Sustainable Development Banner
People4 banner

People

Genre et développement

Moyens d'existence durables

Participation

Population

Calendrier

Liens

Publications

Réactions?

Copyright

Environment
Institutions
Knowledge

SD home
About SD

avril 2006

Annonce de nouvelle publication

Guide rapide pour les missions

Analyse des institutions et moyens d'existence locaux


Les objectifs de développement du millénaire ont une fois de plus attiré l'attention mondiale sur l'écrasant défi que représente une réduction importante de la pauvreté et de l'insécurité alimentaire, c'est-à-dire assurer à 600 millions de personnes – qui représentent, au niveau mondial, la moitié de la population vivant en situation de pauvreté absolue – des moyens d'existence décents et stables, d'ici à 2015. Pour relever ce défi trois éléments sont essentiels : une forte volonté politique, des investissements adéquats et un environnement commercial équitable. A cet égard, de nombreux efforts sont concrètement mis en œuvre, sur le terrain, par les gouvernements, la société civile et les organisations internationales pour aider les pauvres à changer leur vie.

Pourquoi ces efforts, si intentionnés soient-ils, ne parviennent-ils pas à obtenir les résultats visés? Une des raisons essentielles de ces échecs réside dans le fait que ces initiatives sont principalement basées sur des apports technologiques et ignorent bien souvent les réalités rurales : l'hétérogénéité des ménages ruraux, la diversité de leurs stratégies de moyens d'existence – qui évoluent en fonction des opportunités qui se présentent – les contraintes auxquelles ils sont soumis, la nécessité de minimiser les risques à l'égard des dangers, des catastrophes naturelles, de la maladie ou de la mort, la fluctuation des prix des produits , les incertitudes en matière d'approvisionnements en intrants , sans oublier l'attachement des ménages ruraux à des valeurs sociales et culturelles qui placent la dignité humaine, les droits, la responsabilisation et le sentiment d'appartenance au processus de développement au même niveau que les progrès matériels.

Par ailleurs, ce centrage technologique ignore également le rôle essentiel que jouent des institutions locales comme les organisations paysannes, les coopératives, les chambres d'agriculture et les partis politiques pour porter l'expression des besoins de la population rurale vers les décideurs politiques, assurer le dialogue ou relayer les plaidoyers. Les institutions locales représentent aussi, pour les ruraux pauvres, des espaces collectifs au sein desquels ils peuvent élaborer et mettre en œuvre des activités économiques, commercialiser leurs produits, construire et entretenir des infrastructures comme les routes, les ponts, et les systèmes d'irrigation. Des institutions informelles comme le mariage, la parenté, et la religion constituent également des moyens essentiels pour organiser l'entraide entre ménages et la mutualisation des travaux sur les terres des uns et des autres pendant les périodes difficiles, pour aider les familles à s'occuper des malades et des handicapés, ainsi que pendant les périodes de deuil et en leur apportant l'aide – notamment alimentaire – dont ils ont tant besoin pendant les périodes d'inondation, de sécheresse, d'épizooties ou de tremblements de terre.

La plupart des missions de formulation de projets intègrent des spécialistes de la sociologie rurale et des institutions mais leurs rapports – habituellement basés sur des processus participatifs partagés avec les ruraux pauvres – sont souvent ignorés ou renvoyés aux annexes et leurs résultats ne sont pas intégrés à la conception du projet. Cela montre une absence d'intérêt pour le travail interdisciplinaire, qui permettrait pourtant de réunir toutes les contributions sectorielles dans un tout cohérent et de privilégier une approche centrée sur la population, qui prenne réellement en compte les besoins des ruraux pauvres. Ce guide vise précisément à encourager ce type d'approche centrée sur la population – pour les membres des missions qui ne sont ni des spécialistes de la sociologie ni des institutions – en leur fournissant des outils simples pour les aider à mieux identifier et évaluer différents types d'institutions locales formelles et non formelles (généralement invisibles pour les non spécialistes) et à intégrer dans leur document de projet une perspective de moyens d'existence fondée sur le renforcement des institutions locales. Ce guide, qui ne prétend pas être exhaustif, doit être plutôt considéré comme un point de départ pour inciter les membres des missions de formulation à adopter une nouvelle perspective sur le travail de développement avec les groupes de populations les plus pauvres et à mieux ancrer la conception de leur projet dans la réalité.

(disponible en anglais)

Pour plus d'informations sur ce document, veuillez cliquer ici.



SD Homepage Back to Top FAO Homepage