Au cours des cent dernières années, une quantité d'actions ont été menées en faveur de la jeunesse rurale et nombre d'expériences pratiques ont été acquises, grâce à l'éducation et à la formation. La FAO a elle-même largement contribué à cet effort, depuis une quarantaine d'années au moins. Aujourd'hui, la promotion des jeunes peut s'appuyer sur de solides bases de recherches et de connaissances et sur un soutien approprié en matière de politiques et de ressources, pour encourager de nombreux jeunes ruraux à jouer un rôle actif en agriculture durable et en développement rural, et contribuer ainsi au progrès général dans leur pays.

La mission de la FAO en matière de promotion de la jeunesse rurale est de renforcer ou d'élargir les programmes gouvernementaux et non gouvernementaux dans ce domaine et d'aider à en lancer de nouveaux qui permettront aux garçons et aux filles, aux jeunes femmes et aux jeunes hommes de devenir productifs et des citoyens à part entière dans leur communauté locale.

Parmi les principales activités de la FAO ces dernières années, citons deux consultations d'experts: l'une en 1985 dans le cadre de l'Année internationale de la jeunesse du système des Nations Unies et l'autre en 1995. Cette dernière consultation d'experts est à l'origine du programme actuel en faveur de la jeunesse rurale. Le bulletin YouthWorks, publié par la FAO en anglais, en espagnol et en français, et dont la première édition date de 1986, permet de toucher des milliers de spécialistes de la jeunesse rurale partout dans le monde.

Ces dernières années, une série de dix séminaires nationaux ont été dédiés à la jeunesse rurale en Asie, en Afrique, en Amérique latine et aux Caraïbes, soulignant le rôle important que peut jouer et que joue effectivement la jeunesse rurale en matière de sécurité alimentaire et de développement rural.

Les activités de la FAO en faveur de la jeunesse rurale sont coordonnées par le Fonctionnaire principal chargé de la jeunesse rurale (rural-youth@fao.org), au sein du Service de la vulgarisation, de l'éducation et de la communication, du Département du développement durable (siège de la FAO à Rome). Mais, les antennes régionales de la FAO avec leursfonctionnaires chargés de la vulgarisation, de l'éducation et de la communication à travers le monde sont également actifs en matière de promotion de la jeunesse rurale. Ces personnes se trouvent dans les bureaux régionaux de la FAO à Santiago du Chili, pour l'Amérique latine et les Caraïbes, à Accra (Ghana) pour l'Afrique, au Caire (Egypte) pour le Proche-Orient, à Bangkok (Thaïlande) pour l'Asie Pacifique. Les fonctionnaires oeuvrant en faveur de la jeunesse peuvent également être contactés au sein des bureaux sous-régionaux de la FAO à ChristChurch (Barbade) pour les Caraïbes et à Harare (Zimbabwe) pour l'Afrique de l'est et l'Afrique australe. La promotion de la jeunesse rurale s'appuie non seulement sur le Service de la vulgarisation, de l'éducation et de la communication, mais également sur l'expertise de nombreuses autres divisions de la FAO, notamment Nutrition, Agriculture, Forêts et Pêches.

Les activités de la FAO en faveur de la jeunesse rurale sont menées sous l'égide du système des Nations Unies, et en particulier du Programme d'action mondial pour la jeunesse d'ici à l'an 2000. . La FAO est un membre actif du Groupe de travail inter-institutions des Nations Unies sur la jeunesse, coordonné par l'Unité pour la jeunesse du Département des affaires économiques et sociales des Nations Unies à New York.

La FAO participe également aux Forums internationaux pour la jeunesse organisés par le système des Nations Unies.

Au fil des ans, les actions de la FAO en faveur de la jeunesse rurale ont beaucoup contribué à rendre la vie des jeunes ruraux plus productive et plus intéressante en renforçant les organisations qui les aident. Les besoins de ces jeunes ainsi que les défis auxquels ils sont confrontés n'ont jamais été aussi importants. Dans la plupart des pays en développement, les jeunes constituent plus de la moitié de la population rurale totale. En raison de ce facteur quantitatif et de l'impact potentiel de la jeunesse rurale, celle-ci doit être un élément déterminant si l'on veut apporter une solution immédiate ou à long terme aux questions de sécurité alimentaire et de développement durable. Oui, il faut donner aux jeunes une éducation et une formation les préparant à devenir les agriculteurs et le chefs des communautés de demain, mais il faut avant tout leur offrir un appui sans faille et l'accès aux ressources faisant d'eux des partenaires actifs en matière de sécurité alimentaire dès aujourd'hui!

Outre les ressources disponibles en son sein, la FAO cherche également à établir avec d'autres organisations des partenariats en faveur de la jeunesse rurale partout dans le monde. Le Service de la vulgarisation, de l'éducation et de la communication a un nouveau rôle à jouer, un rôle de leader pour faciliter une plus grande collaboration au sein de la FAO et promouvoir des partenariats effectifs avec les agences des Nations Unies, les organismes de développement internationaux, les groupes donateurs, les états membres et la société civile, tous partageant la même philosophie : donner à la jeunesse rurale les moyens de devenir les partenaires actifs en matière de sécurité alimentaire et de développement durable.