Small Island Developing States

Appui au développement durable d’un secteur semencier performant en Guinée Bissau

L’instabilité politique que la Guinée Bissau a connu depuis son indépendance en 1974, a ralenti de manière très significative le développement agricole du pays. Cependant, l’agriculture demeure l’activité économique principale de la Guinée-Bissau et a un impact significatif sur la situation macroéconomique du pays. Le  secteur emploie plus de 80 pour cent de la population active (DENARP II: 2011), constitue la principale source de revenus pour 85 pour cent de la population et contribue pour plus de 80 pour cent aux exportations totales du pays.
L’agriculture est très peu diversifiée en Guinée Bissau. L’anacarde (noix de cajou) est la principale culture d’exportation du pays. Cette culture couvre 47 pour cent  des superficies agricoles, occupe 80 pour cent des agriculteurs et joue un rôle stratégique en termes de  création d'emplois et de  réduction de la pauvreté. D’autres cultures d’exportation dont le coton fibre, la noix palmiste, l’arachide, la mangue, les agrumes et de la banane existent à petite échelle, mais avec des potentialités réelles de développement. Le riz domine les productions céréalières, qui comptent également d’autres spéculations, et occupent environ 138.900 ha pour l’ensemble des céréales.
Malgré les conditions agro-écologiques favorables, la production agricole n’arrive pas à couvrir les besoins alimentaires du pays, de sorte que  29 pour cent  des ménages ruraux sont affectés par l’insécurité alimentaire, dont  5 pour cent touchés par une insécurité alimentaire sévère et 24 pour cent par une insécurité alimentaire modérée (Enquête PAM, FAO et Plan International, 2013).
L’agriculture Bissau-guinéenne est caractérisée par une faible productivité et une faible  compétitivité. L’approvisionnement en intrants de qualité et en quantité, et leur accessibilité constituent  actuellement  une contrainte majeure à la relance de la production agricole. Parmi  ces intrants, les semences des cultures vivrières constituent une préoccupation particulière compte tenue de leur importance dans l’accroissement de la productivité agricole et donc dans la réalisation de la sécurité alimentaire et nutritionnelle durable du pays. En effet, l’importance des semences de bonne qualité n’est plus á démontrer car la semence est, après l’eau, l’intrant qui influence le plus le rendement agricole. Les spécialistes  en la matière ont observé, qu’une semence de bonne qualité peut contribuer à une augmentation des rendements de l’ordre de 30 pour cent dans les conditions optimales de mise en culture. Malheureusement à ce jour, il n’existe pas de programme national  semencier dans le pays.
Ayant pris la pleine mesure des enjeux de disponibilité de semences pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle nationale, le Gouvernement de la Guinée Bissau a demandé l’assistance technique et financière de la FAO pour aider le pays  à relancer la production de semences de bonne qualité des  principales cultures vivrières. D’où l’opportunité de ce projet du Fonds du Programme de Coopération Technique (PCT) portant sur une assistance pour la relance du secteur semencier en Guinée Bissau. L’assistance de la FAO contribuera à la relance du secteur semencier pour le développement agricole et la sécurité alimentaire et nutritionnelle en Guinée Bissau.

Résultats attendus:

  • L’étude diagnostique/revue du secteur semencier en Guinée Bissau est réalisée;
  • Un document de politique et un plan d’actions pour le développement du secteur semencier en Guinée Bissau sont élaborés;
  • Le document de projet d’appui à la relance du secteur semencier est finalisé.
25 Feb 2015
 - 30 Jun 2015
Funding
US$ 56,342
Donors
Food and Agriculture Organization of the United Nations
AIMS