FAO.org

Accueil > Themes_collector > Protection sociale > Priorités thématiques > Agriculture et gestion des ressources naturelles
Protection sociale

Protection sociale, agriculture et gestion des ressources naturelles

Les preuves disponibles montrent que l'association de la protection sociale et de l'agriculture a un effet synergique sur la réduction de la pauvreté et de la faim dans les zones rurales et sur la croissance économique. En effet, elles se complètent et se renforcent mutuellement. D'une part, les interventions des petits exploitants agricoles améliorent l'accès aux ressources naturelles, aux intrants de production, aux technologies, aux services financiers et aux marchés, et accroissent les opportunités d'emploi pour les petits agriculteurs familiaux. D'autre part, la protection sociale offre une aide en espèces ou en nature aux agriculteurs familiaux pauvres, ce qui leur permet d'investir davantage de temps et de ressources dans les activités productives, d'accroître leur participation aux réseaux sociaux et de renforcer leur capacité de mieux gérer les risques.

La conjugaison des deux secteurs permet de protéger et de promouvoir le bien-être des petits agriculteurs pauvres, ce qui porte à des moyens de subsistance plus durables, à un développement rural et à des avancées pour éloigner le spectre de la faim et de la pauvreté. Toutefois, des enjeux demeurent. La coordination des Ministères chargés des programmes agricoles et des programmes de protection sociale n'est pas toujours efficace, ce qui signifie qu'il y a une forte marge d'amélioration.

La FAO facilite le dialogue entre les gouvernements et les autres partenaires autour de politiques et programmes en faveur des pauvres pour optimiser les impacts de stratégies coordonnées de développement rural.

La FAO offre des compétences techniques et des connaissances agricoles spécifiques pour la conception d'interventions productives en complément des mesures de protection sociale. Elle renforce la sensibilisation sur les liens cruciaux entre agriculture et protection sociale pour accélérer les progrès vers la Faim zéro et la lutte contre la pauvreté.

Le rôle des organisations rurales

Les organisations rurales telles que coopératives, associations de producteurs et d'agriculteurs et autres acteurs de la société civile jountr un rôle essentiel dans la conception, la mise en œuvre et la responsabilité de la protection sociale.

Des études menées par la FAO montrent comment ces organisations jouent le rôle de pourvoyeurs de services pour les gouvernements sur l'accès aux fonds et à la micro-assurance. Elle peuvent également représenter et défendre les ruraux pauvres; et soutenir le gouvernement dans des tâches comme la collecte de données sur les bénéficiaires potentiels des programmes de protection sociale, le partage d'informations et les activités de suivi et d'évaluation.

La FAO renforce la capacité des organisations rurales et leur participation active à la conception et à la mise en œuvre des programmes nationaux de protection sociale.

Protection sociale et pêches

Quelque 120 millions de personnes dans le monde dépendent de la pêche et des activités connexes pour vivre (emploi, revenus et sécurité alimentaire). Les pêcheurs, notamment les petits pêcheurs artisanaux, les équipages des bateaux de pêche, les négociants et transformateurs de poisson et les ménages pratiquant des activités mixtes d'agriculture-pêche, sont particulièrement vulnérables car ils pâtissent des risques environnementaux. Ces risques dérivent d'une mauvaise gestion des ressources naturelles, du changement climatique, de la volatilité des prix, de l'instabilité des revenus et de conditions de travail dangereuses.

L'Initiative Croissance Bleue de la FAO reconnaît les liens entre utilisation durable des ressources naturelles et développement socio-économique des communautés dépendant de la pêche. Les Directives volontaires visant à assurer la durabilité de la pêche artisanale reconnaissent que l'accès aux systèmes de sécurité sociale pour les petits pêcheurs est fondamental pour la sécurité alimentaire.

La FAO étudie les moyens par lesquels la protection sociale pourrait favoriser la gestion durable des ressources naturelles et la résilience des moyens d'existence, pour aider les États membres à concevoir et à mettre en œuvre des programmes ayant pour but ultime la réduction de la pauvreté rurale des communautés dépendant de la pêche.

Protection sociale et foresterie

Nombreux sont les ruraux pauvres qui dépendent des ressources naturelles pour vivre. Les communautés tributaires de la forêt sont particulièrement vulnérables face à la dégradation écologique et au changement climatique et sont exposées aux risques et chocs environnementaux. Cette situation peut porter à la surexploitation des forêts, qui ne fait qu'augmenter la proportion des chocs naturels et socio-économiques et maintient les populations dans le cercle vicieux de la pauvreté.

Des instruments appropriés de protection sociale et de politiques forestières sont en mesure de briser ce cercle vicieux.

La conception et la mise en œuvre des interventions de protection sociale doit tenir compte des objectifs environnementaux pour affronter à la fois la réduction de la pauvreté et la conservation des forêts. En même temps, les mesures d'atténuation de la pauvreté et de protection sociale peuvent être incorporées dans des interventions plus amples de foresterie visant à sauvegarder les moyens d'existence et aider les communautés tributaires de la forêt à mieux gérer les risques.