FAO.org

Accueil > Portail d'information sur les sols > Etude > Classification des sols
Portail d'information sur les sols

Classification des sols

Acrisol rouge profond provenant d’un granit, Chine

La classification des sols concerne le regroupement des sols ayant une gamme similaire de propriétés (chimiques, physiques et biologiques) dans des unités qui peuvent être géo-référencées et cartographiées. Les sols sont une ressource naturelle très complexe, beaucoup plus que l'air et l'eau.

Les sols contiennent tous les éléments chimiques naturels et combinent des états simultanément solides, liquides et gazeux. Par ailleurs, le nombre de caractéristiques physiques, chimiques et biologiques et leurs combinaisons sont presque infinies. Il n’est donc pas étonnant que de nombreuses approches différentes aient été proposées pour arriver à un regroupement judicieux des différents sols. De plus, des systèmes de classification des sols ont été développés dans des buts différents :

On peut distinguer trois étapes différentes pour illustrer le développement de systèmes de classification des sols. Les plus anciens systèmes de classification des sols (Russie, USDA 1938) ont porté sur l'environnement et les facteurs de formation des sols pour classer les sols en sols zonaux (déterminés par le climat et la végétation) et les sols azonaux et intrazonaux (déterminés par le matériau d'origine et le temps de développement). La différence entre les sols azonaux et intrazonaux a été faite sur la base du développement du profil du sol. Un développement ultérieur a été axé sur les processus qui se produisent dans le sol lui-même (comme la ferallitisation, la salinisation, la lixiviation et l'accumulation etc ...). Ces processus ont été grossièrement caractérisés par les propriétés du sol. Un bon exemple de cette dernière approche est le système de classification français (CPCS, 1967). La classification moderne des sols a commencé avec la publication de la 7e version de la Soil Taxonomy USDA, où les propriétés du sol précisément définies et quantifiées en tant que telles, ou en combinaison, ont été utilisées pour définir les «horizons de diagnostic ». Ceux-ci ont été utilisés à leur tour pour définir les grandes classes de sols.

Des approches postmodernes de classification des sols font un usage intensif des statistiques et comprennent des systèmes numériques de classification des sols (développés par Webster, Fitzpatrick et McBratney, entre autres).