FAO.org

Accueil > Statistiques > Normes, classifications et règles

Normes, classifications et règles

La FAO élabore, met en œuvre et appuie les normes statistiques internationales, directives méthodologiques et outils de collecte, d’analyse et de diffusion des données. Pour une cohérence et comparabilité des statistiques entre les pays, elle fournit aux instances nationales de statistiques des définitions, concepts et classifications reconnus à l’échelle internationale. 

  • La Classification centrale des produits (CPC) est mise au point et tenue à jour par la Division des statistiques des Nations Unies (UNSD). Son but premier est de servir de cadre pour faciliter la comparaison internationale des statistiques sur les produits et de guide pour l’élaboration ou la révision de mécanismes de classification existants, afin de les harmoniser aux normes internationales.
  • Le Système harmonisé de désignation et de codification des produits (SH) est la nomenclature utilisée à l’échelle mondiale pour la classification des marchandises structurée en fonction des matières premières, du stade de la production, de l’utilisation et des activités économiques. SH est une liste détaillée de marchandises servant à établir des statistiques officielles, plutôt qu’une classification véritable.

  • L’outil de recherche FAOSTAT, mis au point par la Division des statistiques de la FAO, permet aux utilisateurs de chercher dans la liste des produits de FAOSTAT les définitions et correspondances aux systèmes CPC et SH. Il permet également d’accéder aux classifications internationales et régionales et aux tableaux de correspondance entre la liste FCL et certaines listes de produits agricoles utilisées au niveau des pays.

  • Dans le cadre d’ONU-Eau, AQUASTAT est le chef de file des exercices d’harmonisation des données sur l’eau afin de mieux appréhender les similarités et différences entre les organismes. A l’heure actuelle, un mécanisme d’harmonisation systématique est en train d’être élaboré pour permettre aux organisations d’améliorer la qualité de leurs données sur l’eau en mettant leurs ressources en commun.

  • Le Système de comptabilité environnementale-économique 2012: Cadre central (SCEE-CC), a été adopté en tant que première norme internationale de comptabilité environnementale-économique par la Commission Statistique des Nations Unies lors de sa 43ème session en 2012. Dans le cadre du Système de comptes nationaux (SNA), mécanisme intégré de comptabilité macroéconomique suivi par la majorité des pays, le SCEE prend en compte l’impact de l’environnement sur l’économie. L’adoption d’une approche de comptabilisation dans l’agriculture aboutit à une série de classifications standard d’où l’on tire des données harmonisées et comparables entre les pays et les régions.

  • La FAO a également participé à la préparation du système des comptes de l’eau SCEE-Eau piloté par la Division des Statistiques des Nations Unies (UNSD) en collaboration avec le Groupe de Londres sur la comptabilité environnementale (en particulier son sous-groupe sur la comptabilité de l’eau). Le Département FAO de la gestion des ressources naturelles et de l’environnement est intervenu notamment dans la préparation des Recommandations internationales sur les statistiques de l’eau (IRWS), mises au point en 2010 et adoptées par la Commission des statistiques de l’ONU.

  • La Classification statistique internationale type des animaux et des plantes aquatiques (CSITAPA) sert à recueillir des statistiques sur les pêches de capture et d’aquaculture. CSITAPA est une nomenclature mise au point par la FAO qui répartit les espèces commerciales en 50 groupes et 9 divisions sur la base de leurs caractéristiques taxonomiques, écologiques et économiques. La Classification statistique internationale type des produits de la pêche (ISSCFC) a été également élaborée par la FAO. L’ISSCFC est relié aux classifications SH, SITC, CSITAPA.

  • Les codes de la Liste ASFIS des espèces pour les besoins des statistiques des pêches  sont utilisés entre les correspondants nationaux et les organisations internationales dans l’échange de données sur la production des pêches de capture et de l’aquaculture. La liste, également adoptée à des fins de classification par de nombreuses institutions, contient près de 12.500 entrées.

  • Le Groupe de travail chargé de coordonner les statistiques de la pêche (CWP) sert de mécanisme d’établissement de normes pour les statistiques de la pêche et de l’aquaculture et mécanisme de coordination des programmes de statistique des organismes régionaux de pêche et autres organisations intergouvernementales pertinentes.