FAO.org

Accueil > Appui à l'investissement > Notre travail > Par domaine de travail > Appui au politiques d'investissement
Appui à l'investissement

Appui aux politiques d'investissement

La FAO aide les pays en développement et en transition dans leurs opérations d'investissement, incluant la conception, la mise en œuvre, la supervision et l'évaluation des plans, programmes et projets.

L'appui de la FAO à l'investissement s'effectue le plus souvent par le biais de partenariats tripartites avec des États membres et des institutions internationales de financement (IFI) telles que la Banque mondiale, le Fonds international pour le développement agricole (FIDA) et les banques régionales de développement, notamment la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD). A ce jour, la collaboration de la FAO avec les institutions financières a permis de lever des investissements d'un montant de plus de 115 milliards de dollars. La FAO collabore aussi étroitement avec les organisations de producteurs et les petits exploitants agricoles pour veiller à ce qu'ils soient pleinement impliqués dans les décisions d'investissement qui se répercutent sur leurs vies et sur leurs moyens d'existence.

La FAO peut compter sur un vaste éventail de compétences techniques, notamment d'un Centre d'investissement constitué de 95 spécialistes de l'investissement agricole, dont 20 fonctionnaires basés dans ses bureaux régionaux et sous-régionaux. Cette équipe mène à bien environ 800 missions par an dans le but de formuler et d'exécuter des programmes et projets, évaluer les progrès à divers stades d'avancement des projets et fournir un appui technique afin d'améliorer la qualité et l'efficacité.

Le soutien de la FAO à l'investissement couvre des domaines tels que les terres, l'eau, l'irrigation, les forêts, l'élevage et les agro-industries. Il peut également toucher des questions transversales comme l'agriculture familiale, les approches territoriales, l'intégration des questions de genre et de nutrition, la gestion intégrée des ressources naturelles, l'agriculture intelligente face au climat ou le bilan carbone.

La FAO entreprend des évaluations socio-économiques et des analyses de genre afin que les programmes ou projets d'investissement prennent en compte les besoins des bénéficiaires ciblés. Elle veille en outre à ce que les considérations environnementales soient intégrées dans la conception de tout projet ou programme d'investissement.


Histoires de succès

Appuyer les plans d'investissement des pays

Suite à la crise des prix alimentaires de 2007-08, le Gouvernement du Bangladesh a sollicité le bureau de la FAO dans le pays et le Centre d'investissement pour l'élaboration  d'un plan d'investissement national, ciblant les secteurs prioritaires dans l'agriculture, la sécurité alimentaire et la nutrition. Le plan quinquennal s'est inspiré de la politique alimentaire nationale, élaborée avec l'aide de la FAO. Treize ministères, partenaires de la société civile, des universités et des acteurs du développement ont pris part à son actualisation. Le plan, constitué de 12 secteurs d'investissement prioritaires, a été conçu pour aligner les financements nationaux et extérieurs afin d'améliorer la coordination et éviter les lacunes et le double emploi, avec un mécanisme de suivi des résultats. De 2010 à 2014, 4,5 autres milliards de dollars ont été mobilisés. Dans ce contexte, la FAO fournit une assistance au développement des capacités pour renforcer la qualité et le caractère inclusif de la programmation et de la mise en œuvre des investissements.


Forêts multifonctions durables

En 2008, une violente tempête de pluie verglaçante s'est abattue sur 22 millions d'hectares de forêts en Chine centrale et méridionale, provoquant près de 9 milliards de dollars de dégâts. Dans la province de Hunan, 35 pour cent des superficies boisées ont été détruites, partiellement ou totalement. Les peuplements comportant une combinaison d'essences indigènes  dans des systèmes forestiers multi-étagés ont essuyé moins de dommages que ceux constitués de monocultures conifères. La FAO soutient deux projets financés par la Banque mondiale visant la plantation des forêts plus résilientes associant des essences natives, adaptées localement. Un  projet a pour but de reboiser et restaurer 58 900 hectares de forêts de plantation multifonctionnelles dans 22 comtés, tandis que l 'autre compte établir 93000 hectares de nouvelles forêts plantées multifonctions dans quatre provinces (Anhui, Hebei, Liaoning et Shanxi) et remettre en état quelque 39 600 hectares de forêts dégradées dans les provinces d'Anhui et de Zhejiang.

Watershed management in India

FAO is working with the World Bank in India to assist state and federal government to design new generation watershed projects. A new project in Karnataka aims to scale up and strengthen the government schemes with new tools, approaches and means of incorporating more scientific information into watershed basin planning, and to create efficient institutional linkages with agriculture and rural employment schemes. The project also seeks to build capacity of relevant departments and staff to monitor the performance of their services and environmental change.  Based on this design, FAO was also involved in the design of the Neeranchal National Watershed Project, which aims to roll out and scale up similar support across the country for the over USD 1 billion national Integrated Watershed Management Programme.

Meilleure sécurité de revenus  pour les ménages grâce aux alliances

Productive alliances are formal agreements that bring together small-scale producer organizations with commercial buyers. They also involve an investment in production and marketing as well as technical assistance. FAO has been working closely with the World Bank and governments to carry out productive alliance projects in many countries throughout Latin America and the Caribbean. Such alliances help create employment and increase incomes by ensuring rural producers have a reliable market for their goods. They also facilitate knowledge sharing on best production and marketing practices. These alliances ensure buyers have a consistent supply of products that meet certain quality and safety standards. More than 100,000 families − about half a million people − are currently benefitting from these projects. The goal is to triple the number of beneficiaries in the near future.


Les régimes fonciers en Amérique latine et aux Caraïbes

L'élaboration et la mise en œuvre de politiques foncières au profit des agriculteurs défavorisés, l'accroissement de la production agricole et l'amélioration de la sécurité alimentaire exigent des investissements complexes et à long terme. Depuis le début des années 2000, le Centre d'investissement collabore avec la Division foncière de la FAO et la Banque mondiale sur les questions d'accès à la terre, de sécurité foncière et d'administration des terres. En Amérique latine et aux Caraïbes, la FAO se concentre sur le renforcement des institutions. Elle soutient aussi des initiatives nationales sur la reconnaissance des territoires des peuples autochtones, en particulier en Bolivie, au Guatemala et au Honduras. Aux côtés de la Banque mondiale,  le Centre d'investissement a mis au point un ensemble d'outils pour le suivi et l'évaluation de programmes d'administration foncière dans la région propres à estimer l'efficacité et la productivité de la mise en œuvre des projets, ainsi que leur impact sur les institutions, les municipalités, les territoires indigènes et les ménages.

Renforcer la résilience au Sahel

Le Centre d'investissement contribue à la conception d'un projet régional financé par la Banque mondiale de 250 millions de dollars en faveur du pastoralisme au Sahel. Le but est d'accroître la résilience des moyens d'existence des pasteurs dans les zones transfrontalières sujettes à la sécheresse de six pays semi-arides et arides d'Afrique de l'Ouest: Burkina Faso,  Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal et Tchad. Le Centre d'investissement a entrepris un inventaire des enseignements tirés afin d'identifier les activités qui se sont avérées efficaces pour les groupes d'éleveurs et renforcer  l'intégration régionale, avec un potentiel de retombées significatives. La formation sur le tas dispensée aux équipes nationales pour la formulation du document d'évaluation du projet facilite le leadership national et la prise en charge par le pays.