Objectifs de développement durable

L’approche de la sécurité alimentaire au premier plan du Programme d’action d’Addis-Abeba

24/07/2015

La sécurité alimentaire, la nutrition, l'agriculture durable, ainsi que l’utilisation et la gestion durables des ressources naturelles et des écosystèmes ont bénéficié d’une forte reconnaissance dans le Programme d'action d'Addis Abeba de la troisième Conférence internationale sur le financement pour le développement, un accord qui jouera un rôle crucial en aidant à réaliser l’ambitieux Programme de développement pour l’après-2015. 

Le Programme d'action d' Addis Abeba, qui se fonde sur le Consensus de Monterrey (2002) et la Déclaration de Doha  (2008) dans le but d'établir un cadre politique sur le financement du développement et de générer des investissements pour faire face à une série de défis économiques, sociaux et environnementaux, débute en ces termes : « Notre objectif est d’éliminer la pauvreté et la faim... », tandis qu’il est fréquemment fait référence à « l'agriculture » dans le document.

Un paragraphe consacré à l’élimination de la faim (paragraphe 13) reflète l'approche holistique de l’ODD-2, axée sur la sécurité alimentaire, la malnutrition, ainsi que sur les pratiques agricoles et les systèmes alimentaires durables. Le paragraphe 13 reconnaît que la majorité des pauvres vivent en zones rurales, et souligne « la nécessité de revitaliser le secteur agricole, (et) de promouvoir le développement rural ». Mettre l’accent sur la sécurité alimentaire « engendrerait des bénéfices importants à travers les Objectifs de développement durable » - un point souligné par la FAO dans tout le processus sur l'après-2015.

Il est également fait mention dans ce même paragraphe à la nécessité d’encourager le développement des investissements publics et privés; de concentrer les efforts sur les petits exploitants et les femmes agriculteurs, les coopératives agricoles et les réseaux d'agriculteurs; d’améliorer l'accès aux marchés, en rendant les environnements nationaux et internationaux favorables; ainsi qu’au rôle des filets de sécurité sociaux. Puis, il est fait appel à des engagements en matière d’investissements publics pour le financement de la recherche, les infrastructures et les initiatives en faveur des pauvres. L’importance du Comité de la sécurité alimentaire mondiale, de la Déclaration de Rome sur la nutrition de 2014  et du Cadre d'action, ainsi que des Organismes des Nations Unies basés à Rome - la FAO, le FIDA et le PAM- y est également cité.

Les paragraphes 63 et 64 du Programme d’action d'Addis Abeba sont quant à eux consacrés aux ressources naturelles, et mettent fortement l’accent sur les écosystèmes ainsi que sur l’utilisation et la gestion durables des ressources, aussi bien terrestres que marines.

La pierre angulaire de la mise en œuvre des ODD

Le Programme d'action d'Addis Abeba est une importante contribution à la mise en œuvre du Programme de développement global que les dirigeants mondiaux devront adopter en septembre. L'accord a été conclu par les 193 États membres de l'ONU participant à la Conférence, à la suite des négociations à Addis, sous l’égide du ministre éthiopien des Affaires étrangères, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

L'accord, adopté après des mois de négociations entre les pays, marque une étape importante dans la formulation de priorités en matière de financement et l'établissement d'un partenariat intergouvernemental mondial renforcé en faveur d'une prospérité économique universelle et inclusive, de l'amélioration du bien-être de la population mondiale et de la protection de l'environnement.

Le Programme d'action d'Addis-Abeba comprend des engagements politiques importants et des livrables clés dans des secteurs essentiels pour le développement durable, y compris les infrastructures, la protection sociale et la technologie. Des accords ont été conclus en matière de coopération internationale pour le financement des secteurs spécifiques où des investissements importants sont nécessaires, comme dans les infrastructures pour l'énergie, les transports, l'eau et l'assainissement, et d'autres secteurs pour aider à réaliser les objectifs proposés de développement durable.

 

Partagez