FAO.org

Accueil > Objectifs de développement durable > Aperçu > Les moyens d’action et la Troisième Conférence internationale sur le financement du développement
Objectifs de développement durable

Les moyens d’action

La nécessité d’une mobilisation significative des ressources provenant de différentes sources et de l’utilisation effective du financement est largement reconnue comme étant un enjeu fondamental pour la mise en œuvre d’un véritable cadre de développement global transformatif.

Les moyens d’action font référence à la combinaison d’éléments interdépendants - ressources financières, développement et transfert technologiques, renforcement des capacités, mondialisation et commerce inclusifs et équitables, intégration régionale et création d’un environnement national favorable - nécessaires à la mise en œuvre du Programme de développement durable.

Les moyens d’action et le financement du développement durable ont été initialement débattus par les États membres de l’ONU dans le contexte du Programme de développement pour l’après-2015 au sein de deux groupes de travail mandatés par le Document final (L’avenir que nous voulons) de la Conférence des Nations Unies sur le développement durable (Rio+20): le Groupe de travail ouvert (GTO) intergouvernemental de l’Assemblée générale des Nations Unies (AGNU) sur les Objectifs de développement durable (ODD) et le Comité intergouvernemental d’experts sur le financement du développement durable.

Dans le document final pour l’après-2015, Transformer notre monde : le Programme de développement durable à l’horizon 2030les moyens d’action ont été intégrés dans des cibles, sous chacun des 16 premiers objectifs ainsi que dans le dernier objectif indépendant où les 19 cibles étaient séparées dans des sections sur la finance, la technologie, le renforcement des capacités, le commerce et les problèmes systémiques. Le document inclut également une section consacrée aux Moyens d’Action et au Partenariat mondial, où mention importante est faite au Programme d'action d'Addis-Abeba, le document final de la Troisième Conférence Internationale sur le Financement pour le Développement. 

Les négociations intergouvernementales

« Afin de faciliter la cohérence et de limiter au maximum le chevauchement des efforts », la résolution 68/279 de l’Assemblée générale de l’ONU a insisté sur « la nécessité d’une véritable coordination » entre le processus préparatoire pour la Troisième Conférence sur leFinancement du Développement et celui en vue du sommet pour l’adoption du Programme de développement pour l’après-2015 qui se tiendra en septembre 2015.

Mettant son savoir-faire et son expérience à profit an tant que principal organisme spécialisé de l’ONU dédié à la sécurité alimentaire et au développement durable, la FAO a apporté son soutien aux États membres en offrant des informations et analyses sur les moyens d’action liés aux 14 thèmes clés sur le développement durable: sécurité alimentaire et droit à l’alimentation; nutrition; élimination de la pauvreté; résilience; protection sociale; changement climatique; écosystèmes, biodiversité et génétique; énergie; pêche, aquaculture, océans et mers; forêts et montagnes; terre et sols; agriculture durable; droits fonciers; et eau.

Mettant son savoir-faire et son expérience à profit an tant que principal organisme spécialisé de l’ONU dédié à la sécurité alimentaire et au développement durable, la FAO apporte son soutien aux États membres en offrant des informations et analyses sur les moyens d’action liés aux 14 thèmes clés sur le développement durable: sécurité alimentaire et droit à l’alimentation; nutrition; élimination de la pauvreté; résilience; protection sociale; changement climatique; écosystèmes, biodiversité et génétique; énergie; pêche, aquaculture, océans et mers; forêts et montagnes; terre et sols; agriculture durable; droits fonciers; et eau.

Rénover le système des Nations Unies

L’une des questions fondamentales relative au processus concerne le rôle et la capacité à réagir efficacement du système des Nations Unies pour soutenir les États dans la mise en œuvre du Programme de développement pour l’après-2015. Le cadre pour l’après-2015 doit compléter le travail existant sur les ODM et deviendra à terme un facteur important dans la détermination des activités du système des Nations Unies à tous les niveaux, avec des cibles pour l’après-2015 informant les équipes de pays des Nations Unies du développement de la nouvelle génération du Plan cadre des Nations Unies pour l’aide au développement (PNUAD) ou d’autres cadres de programmation de l’ONU.

Dans le cadre des débats successifs, le Conseil des chefs de secrétariat des organismes des Nations Unies pour la coordination (CCS) a identifié cinq éléments clés caractéristiques du « fit for purpose »: universalité, intégration, droits de l’Homme, égalité et données pour le développement. Entre-temps, le Conseil économique et social de l’ONU (ECOSOC) a tenu plusieurs séries de dialogues sur le positionnement à long-terme du système des Nations Unies pour le développement. Le premier dialogue tenu en décembre 2014 s’est centré sur la gouvernance, l’évolution et les priorités du système.

Suivi et examen

Le Forum politique de haut niveau pour le développement durable (sous les sigles HLPF en anglais) créé lors de la Conférence des Nations sur le développement durable (Rio+20) servira de plateforme principale pour le suivi et l’examen du Programme de développement pour l’après-2015. Le Forum se réunit tous les quatre ans au niveau des chefs d’État et de gouvernement sous les auspices de l’AGNU, et tous les ans sous les auspices de l’ECOSOC.

Partagez