FAO.org

Accueil > Sustainable Forest Management > Boîte à outils GDF > Modules > Les forêts et l’eau > Notions de base

Gestion Durable des Forêts (GDF) Boîte à outils

Les forêts et l’eau

Le module sur les forêts et l’eau souligne l’importance de la relation entre les forêts et l’eau et le rôle de l’eau dans différentes fonctions des forêts. Il présente des orientations générales sur les priorités de la gestion de l’eau dans les forêts, ainsi que des conseils plus détaillés sur des questions spécifiques concernant la gestion de l’eau, comme celles relatives aux forêts marécageuses, aux forêts sur des sols pouvant devenir salins, aux zones tampons riveraines et aux étangs vernaux.

Le module fournit aussi des liens vers des outils et études de cas clés sur la gestion efficace de l’eau dans les forêts.

Les forêts et l’eau contribue aux ODD:

L’eau est un facteur essentiel à la GDF et les forêts jouent un rôle crucial en régulant le cycle de l’eau. L’un des défis pour les gestionnaires forestiers consiste à augmenter au maximum les avantages procurés par les forêts tout en conservant les ressources en eau.

Les forêts ont besoin d’eau

Les forêts sont d’importants utilisateurs d’eau. Les arbres absorbent le taux le plus élevé d’eau lorsqu’ils ont atteint leur hauteur finale (c’est-à-dire la hauteur maximale à laquelle ils croîtront durant leur durée de vie) et pendant la saison de leur croissance la plus intensive. La quantité d’eau utilisée par les forêts est influencée aussi par le climat, la topographie, le sol, l’âge de la forêt, le mélange des espèces et les pratiques de gestion. Trop peu d’eau (à cause d’un manque de précipitations ou d’une réduction des disponibilités en eau souterraine) ou trop d’eau (engorgement du sol) peuvent avoir des effets néfastes sur la santé de la forêt.

Les forêts fournissent et régulent l’eau

Une grande partie de l’eau potable de la planète vient des zones boisées et des millions de personnes sont tributaires de l’eau douce de bonne qualité qui s’écoule des forêts. Ainsi, les forêts des monts Uluguru fournissent de l’eau potable aux 2,5 millions d’habitants de la capitale de la Tanzanie, Dar es Salaam. De même, 1,3 million de personnes à Quito et 20 millions de personnes à Mexico tirent leur eau potable des forêts de montagne. Les forêts aident à maintenir une eau d’une grande qualité, influencent de volume de l’eau disponible et régulent les débits d’eau de surface et souterraine. Les forêts contribuent aussi à réduire les risques liés à l’eau comme les glissements de terrain, les inondations et les sécheresses et jouent un rôle préventif contre la désertification et la salinisation.

Les forêts servent de tampons contre les conditions météorologiques extrêmes

Les forêts ont un pouvoir tampon important par leur action de rafraîchissement, d’interception des précipitations et d’infiltration et de rétention de l’eau. Les forêts peuvent donc atténuer les événements météorologiques extrêmes et réduire les impacts du changement climatique sur les ressources en eau. En revanche, les forêts sont elles-mêmes vulnérables aux effets du changement climatique tels que la diminution des précipitations ou des changements dans le régime des précipitations. Les gestionnaires forestiers devraient viser à réduire la vulnérabilité des forêts au stress hydrique et accroître leur capacité à assurer un approvisionnement constant en eau (voir atténuation du changement climatique et adaptation à ses effets).

Gestion de l’eau forestière

Les priorités de gestion de l’eau dans les forêts dépendent essentiellement de la géographie physique de la forêt et seront différentes dans les plaines (où les précipitations sont plus faibles et l’infiltration de l’eau plus importante à cause des pentes plus douces) par rapport aux zones montagneuses (où les précipitations sont plus fréquentes et abondantes, les sols moins profonds et les pentes plus escarpées avec plus de ruissellement superficiel). Il existe des directives de gestion des milieux forestiers suivants qui sont très influencés par l’eau:

  • les forêts montagneuses des nuages;
  • les forêts marécageuses;
  • les forêts sur des sols exposés à la salinité;
  • les zones tampons riveraines
  • les étangs vernaux (une forme particulière de marécage) ; et
  • les forêts de protection contre les avalanches.