FAO.org

Accueil > Sustainable Forest Management > Boîte à outils GDF > Modules > Planification de la gestion des forêts > Notions de base

Gestion Durable des Forêts (GDF) Boîte à outils

Planification de la gestion des forêts

Bienvenue au module sur la Planification de la gestion des forêts. Ce module s’adresse aux propriétaires et gestionnaires forestiers qui veulent planifier des activités de GDF et assurer la surveillance et le contrôle.

Le module fournit des informations et des liens vers des outils et études de cas pouvant aider les utilisateurs à planifier la mise en œuvre de la GDF à l’échelle de l’unité forestière d'aménagement.

Planification de la gestion des forêts contribue aux ODD:

La gestion forestière est le processus de planification et d’application de pratiques d’intendance et d’utilisation des forêts et des autres terres boisées. Le but est de rencontrer des objectifs environnementaux, économiques, sociaux et culturels spécifiques. La planification de la gestion forestière est un élément fondamental de la GDF et pourrait être nécessaire à différentes échelles, du niveau local au niveau national ; le présent module concerne l’échelle locale (ou de l’unité de gestion forestière).

Le but de la planification de la gestion forestière consiste à déterminer et décrire les objectifs de la gestion forestière dans une zone donnée et à établir les mesures à prendre pour les réaliser.

La planification de la gestion forestière est importante pour maintes raisons. Elle peut, par exemple :

  • aider les propriétaires et gestionnaires forestiers à identifier ce qu’ils veulent tirer de la forêt et fournir un plan d’action efficace pour l’obtenir ;
  • fournir les moyens permettant aux parties prenantes de participer à la gestion de la forêt et définir clairement leurs rôles et responsabilités ;
  •  assurer l’existence et la fonctionnalité de la ressource tout en augmentant sa valeur (en spécifiant, par exemple, où, comment et dans quelles conditions et face à quelles contraintes la ressource peut être utilisée) ;
  • gagner du temps et réduire les coûts (dans la construction de routes et la récolte de bois, par exemple) ;
  • réduire les risques et leurs impacts et éviter des erreurs de gestion potentiellement coûteuses (en exploitant, par exemple, des arbres non matures, en omettant de mettre en place des mesures de gestion des incendies, ou en ne tenant pas compte d’une infestation d’insectes) ;
  • assurer la continuité des opérations de gestion au fil du temps en formalisant les démarches administratives et en établissant une base pour la surveillance des activités forestières ;
  • prévoir les volumes et gains futurs de la récolte ;
  • contribuer à la collecte efficace d’informations et à l’organisation des registres commerciaux.

La planification de la gestion forestière comprend souvent les étapes suivantes :

  • évaluation préliminaire (des aspects juridiques, biophysiques, socioéconomiques et commerciaux, par exemple) ;
  • évaluation des ressources forestières (un inventaire forestier, par exemple) ;
  • participation et consultation ;
  • établissement des objectifs de gestion ;
  • zonage ou stratification de la zone forestière ;
  • calcul des rendements durables (produits ligneux et non ligneux) ;
  • élaboration du contenu du plan de gestion forestière conformément aux modèles fournis par l’organisme gouvernemental, le cas échéant ;
  • approbation du plan de gestion par l’autorité forestière (avant sa mise en œuvre) ;
  • révision périodique du plan sur la base de la surveillance et de l’évaluation sur le terrain.

De nombreux systèmes d’aide à la décision sont disponibles pour contribuer à ce processus (voir Outils).

Une partie importante du processus est l’obtention de données nécessaires à la planification efficace de la gestion forestière. Des informations sont requises sur le milieu (topographie, hydrologie, régime hydrique, régime trophique) et sur le matériel sur pied, comme les espèces, le nombre de tiges, la surface terrière et le volume par hectare. Il faut aussi des informations sur divers paramètres économiques, sociaux et environnementaux, comme le régime foncier, l’existence et l’état des infrastructures, la disponibilité de ressources humaines, les attitudes des communautés, les zones à haute valeur de conservation et la présence d’espèces rares ou en danger.

Le résultat du processus de planification est un document – appelé habituellement plan de gestion forestière – contenant toutes les informations nécessaires sous forme de textes, cartes, tableaux et diagrammes. Ce plan oriente la mise en œuvre de la GDF – ce qu’il faut faire, où, quand, pourquoi et par qui – en fonction des objectifs spécifiés. Dans de nombreuses juridictions, une organisation gouvernementale désignée doit autoriser ces plans avant que les activités forestières ne puissent démarrer.