FAO.org

Accueil > Sustainable Forest Management > Boîte à outils GDF > Modules > Restauration et remise en état des forêts > Notions de base

Gestion Durable des Forêts (GDF) Boîte à outils

Restauration et remise en état des forêts

Bienvenue au module sur la Restauration et la remise en état des forêts, qui s’adresse aux personnes réalisant des programmes de boisement et de reboisement. Le module établit la différence entre la restauration et la remise en état des forêts et décrit les principales étapes relatives aux deux activités.

Il fournit des informations de base et des données plus exhaustives sur la restauration et la remise en état des forêts, ainsi que des liens vers des outils et études de cas clés présentant des exemples de restauration et de remise en état réussies.

Restauration et remise en état des forêts contribue aux ODD:

La restauration et la remise en état des forêts sont des entreprises stimulantes à long terme qui exigent une planification, une mise en œuvre et un suivi judicieux.  Bien qu’elles soient étroitement reliées, on peut faire une distinction entre elles. L’objectif de la restauration des forêts consiste à remettre une forêt dégradée dans son état naturel – c’est-à-dire rétablir la structure, la productivité et la diversité spécifique présumées de la forêt présente naturellement dans un lieu. La remise en état des forêts vise à restaurer la capacité d’une terre boisée dégradée à fournir des produits et services forestiers. La remise en état des forêts rétablit la productivité naturelle de la forêt et certaines, mais pas nécessairement toutes, les espèces végétales et animales estimées avoir été présentes initialement sur un lieu. Tant la restauration que la remise en état des forêts sont mises en œuvre sur des lieux ou des paysages dans lesquels la perte de forêt a causé une détérioration de la qualité des services environnementaux. Elles visent à renforcer la résilience des terres et paysages forestiers et, partant, à garder ouvertes les options futures d’utilisation et de gestion des terres.

Un concept nouveau est la restauration du paysage forestier (RPF), une approche de la restauration qui comporte la participation des parties prenantes à tous les secteurs d’utilisation des terres intéressés ainsi que des processus de prises de décisions participatifs. La RPF est une approche de la gestion des interactions dynamiques et souvent complexes entre les personnes, les ressources naturelles et les utilisations foncières qui constituent un paysage. Elle utilise des approches concertées pour harmoniser les nombreuses décisions sur l’utilisation des terres des parties prenantes en vue de restaurer l’intégrité écologique et de renforcer le développement des communautés locales dans leurs efforts pour multiplier et perpétuer les avantages qu’elles tirent de la gestion de leur terre.

La restauration et la remise en état des forêts peuvent être réalisées sur des terres agricoles stériles ou abandonnées, des prairies défrichées, des friches, des terrains broussailleux ou des zones dénudées, et dans des forêts dégarnies ou dégradées. Les forêts peuvent être restaurées et remises en état grâce à des mesures de protection (protection contre les incendies ou le pâturage et lutte contre l’érosion, par exemple), des mesures visant à accélérer la croissance naturelle (par l’ensemencement direct ou la plantation de semis dans des forêts primaires ou secondaires dégradées, par exemple), des mesures visant à stimuler la régénération naturelle (par l’élimination des adventices sur des terres dégradées et des terres agricoles marginales, par exemple) et la plantation d’arbres indigènes ou introduits dans des plantations monospécifiques ou mixtes et des systèmes de production agroforestiers comme les arbres hors forêt.

Des initiatives réussies, rationnelles écologiquement, acceptables socialement et viables économiquement, de restauration et de remise en état des forêts devraient tenir compte des

10 principes directeurs clés

10 principes directeurs clés

  1. Choisir un lieu ou un paysage adapté et analyser et évaluer les utilisations des terres et le régime foncier/de propriété actuels et identifier les parties prenantes.
  2. Analyser et évaluer les moteurs de déforestation ou de dégradation des forêts.
  3. Engager les parties prenantes, examiner de concert les objectifs à long terme de la restauration en tenant compte des intérêts de tous les groupes de parties prenantes, et ébaucher un plan préliminaire de restauration/remise en état.
  4. Élaborer un plan de gestion de la restauration, y compris en:
    • préparant une carte topographique de l’utilisation des terres comprenant la désignation des fonctions forestières, l’évaluation de l’accessibilité des routes, l’existence de régénération naturelle et les besoins de plantation;
    • convenir des objectifs de la restauration/remise en état;
    • choisir le système de restauration/remise en état;
    • choisir les espèces à planter et établir une pépinière;
    • évaluer les impacts sociaux et environnementaux positifs et négatifs éventuels.
  5. Collecter les semences, produire des semis dans les pépinières et se préparer à la plantation.
  6. Planter des arbres.
  7. Évaluer les besoins de renforcement des capacités et planifier la formation nécessaire.
  8. Établir des calendriers réalistes et un plan financier.
  9. Surveiller les zones restaurées/remises en état et entreprendre des activités d’entretien selon les besoins.
  10. Envisager les impacts éventuels du changement climatique.