FAO.org

Accueil > Sustainable Forest Management > Boîte à outils GDF > Modules > Réduire la déforestation > Notions de base

Gestion Durable des Forêts (GDF) Boîte à outils

Réduire la déforestation

Ce module est destiné aux aménagistes des forêts et des terres, ainsi qu'aux parties prenantes de tous les secteurs participant aux efforts conjoints de lutte contre la déforestation. Il fournit des indications spécifiques sur l'analyse des facteurs de la déforestation, sur la manière de les combattre à différentes échelles et sur ce que les aménagistes peuvent faire dans leur sphère d'influence et de contrôle. Il est conseillé de lire ce module en parallèle avec le module Réduire la dégradation des forêts

Réduire la déforestation contribue aux ODD:

La déforestation et ses répercussions

La déforestation est la conversion à long terme ou permanente de la forêt en d'autres affectations, comme l'agriculture, le pâturage, les bassins versants, les infrastructures et les zones urbaines. Le terme déforestation ne s'applique pas aux superficies où les arbres ont été prélevés par suite de la récolte ou de l'exploitation, et où la forêt devrait se régénérer (de manière naturelle ou en adoptant des mesures sylvicoles), mais il s'applique aux situations dans lesquelles l'exploitation est suivie d'une conversion de la superficie forestière exploitée en d'autres affectations.

La déforestation peut avoir des répercussions énormes – allant de l'échelle locale à l’échelle mondiale – sur les sociétés et l'environnement. Au niveau mondial, la déforestation et la dégradation des forêts contribuent à près d'un cinquième des émissions totales de gaz à effet de serre. Les autres répercussions de la déforestation pour l'environnement incluent: les dégâts causés aux habitats et leur fragmentation, ainsi que la perte de biodiversité; la perturbation des cycles hydrologiques; l'érosion des sols; et la désertification.

La déforestation peut avoir de graves conséquences socioéconomiques. Elle peut, par exemple: menacer les moyens d'existence, les cultures et la survie des populations tributaires des forêts, y compris des populations autochtones; affaiblir les économies locales et nationales; déclencher des conflits sociaux pour les ressources naturelles; augmenter l’impact des castastrophes naturelles; et provoquer des déplacements de population.

Bien que, dans de nombreux endroits (notamment dans certains pays en développement), le taux de déforestation est inquiétant, des études indiquent que la déforestation s'inscrit souvent dans un processus de dépérissement du couvert forestier qui est suivi par des périodes de gains dans le couvert. Ces «transitions forestières» se produisent dans des pays présentant deux situations qui se chevauchent parfois: 1) une situation de développement économique qui conduit à l'abandon des terres agricoles et à la régénération spontanée des forêts; 2) une situation de pénurie de produits forestiers qui conduit à la plantation active d'arbres à la place des cultures ou des herbes pâturées. Les conditions dans lesquelles ces transitions ont lieu varient et, dans certains endroits, les transitions n'ont pas eu lieu du tout. La théorie de la transition forestière souligne l'importance de tenir compte des moteurs de la déforestation et de la dégradation des forêts à la fois.

Le rôle de la GDF et des aménagistes dans la réduction de la déforestation

Le rôle de la GDF et des aménagistes dans la réduction de la déforestation

La déforestation est une préoccupation majeure pour les utilisateurs et les aménagistes des forêts parce qu'elle menace leurs moyens d'existence. La déforestation porte non seulement à la réduction de la forêt disponible, mais elle peut aussi avoir des effets néfastes sur la productivité, la biodiversité et la santé des autres forêts voisines.

Les moteurs de la déforestation existent à l'intérieur et à l'extérieur du secteur forestier, et ils peuvent avoir des dimensions locales, nationales ou mondiales. C’est pourquoi il est souvent préférable de traiter la question de la déforestation à plusieurs échelles et selon des approches intersectorielles qui concernent toutes les utilisations des sols dans un paysage. Bien que les aménagistes aient un rôle à jouer à cet égard, la plupart des moteurs de la déforestation – surtout les moteurs socioéconomiques et politiques sous-jacents – se trouvent en-dehors de leur sphère d'influence et de contrôle.

Les aménagistes peuvent mettre un frein à la déforestation en sensibilisant les populations sur les rôles joués par les forêts et les paysages et sur les effets négatifs qu’elle a pour les autres utilisations des terres. Par exemple, la déforestation peut conduire à une pénurie d'eau et à une baisse de sa qualité, avec des conséquences inéluctables pour la productivité agricole et les utilisateurs d’eau en aval.

Les aménagistes et les autres parties prenantes peuvent aider à réduire la déforestation en montrant que les forêts constituent une possibilité d'utilisation viable, bénéfique pour les autres utilisations des terres, si la gestion durable des forêts (GDF) est appliquée dans le cadre d'une approche paysagère (et s'il existe une politique environnementale appropriée favorable). Cela peut être fait, par exemple, en étudiant l'utilisation et la commercialisation durables des différents produits et services forestiers; en évaluant les débouchés commerciaux et le développement des entreprises forestières; en favorisant la pleine reconnaissance de la valeur des forêts et de leurs services environnementaux; en étudiant les possibilités de paiement pour les services environnementaux fournis par les forêts; en contribuant à la diversification des moyens d'existence ruraux; et en promouvant la diffusion des expériences – des exemples de cas jugés particulièrement réussis dans lesquels les forêts sont des sources de subsistance importantes.

Outre la promotion des forêts en tant qu'utilisation viable des terres, les autres mesures à prendre pour s’attaquer à la déforestation incluent:

  • le renforcement et l'expansion des aires forestières protégées;
  • l'adoption de l'agroforesterie, du boisement, du reboisement et de la gestion durable des forêts plantées existantes pour satisfaire à la demande de bois, ce qui permettra de réduire les pressions pesant sur les forêts naturelles.

La plupart des moteurs de la déforestation devront être pris en charge en-dehors du secteur forestier – au niveau national et, si possible, au niveau mondial. La REDD+, par exemple, s'inscrit dans le cadre des efforts internationaux permanents de réduction de la déforestation et des émission de gaz à effet de serre associées, notamment dans les pays en développement.

*REDD+= réduction des émissions causées par la déforestation et la dégradation des forêts et le rôle joué par la conservation, la gestion durable des forêts et le renforcement des stocks de carbone forestier dans les pays en développement.