FAO.org

Accueil > Sustainable Forest Management > Boîte à outils GDF > Modules > Utilisation des eaux usées en foresterie > Notions de base

Gestion Durable des Forêts (GDF) Boîte à outils

Utilisation des eaux usées traitées en foresterie et en agroforesterie dans les terres arides

Les modifications mondiales des disponibilités en eau par les précipitations augmentent l’impact des sécheresses dans les régions arides et semi-arides. Cela devrait s’intensifier avec le changement climatique. L’utilisation des eaux usées offre une option pour irriguer des cultures agricoles ou forestières, permettant de conserver l’eau douce. Ce module fournit aux responsables des terres et forêts des informations sur l’utilisation sans risque des eaux usées pour l’irrigation et l’amélioration des sols dans les systèmes d’(agro)foresterie de ces régions. Il les guide lors de la planification du (re)boisement des terres arides en utilisant les eaux usées traitées dans des marais artificiels et installations d’irrigation fertilisante.

Utilisation des eaux usées traitées en foresterie et en agroforesterie dans les terres arides contribue aux ODD:

Les forêts et les arbres dispersés dans les terres arides offrent une gamme étendue de services écosystémiques, tels que l’amélioration des sols et la protection contre l’érosion et la désertification des sols. Les forêts et les arbres dispersés peuvent compléter les revenus des agriculteurs en leur fournissant du combustible ligneux, des produits fibreux et du fourrage. Les arbres offrent également de l’ombre au bétail et lorsqu’ils sont plantés dans les bandes boisées, ils protègent les cultures agricoles en réduisant l’évapotranspiration et en servant de brise-vent.

 Les arbres ont besoin de l’humidité du sol pour grandir, et ils sont souvent considérés comme les concurrents des cultures agricoles. Leurs réseaux étendus de racines leur permettent cependant de puiser de l’eau à une plus grande profondeur du sol, occupant dans une certaine mesure des niches environnementales différentes de celles des cultures agricoles. Par ailleurs, de nombreux arbres sont moins exigeants que les cultures agricoles en termes de qualité et de quantité d’eau dont ils ont besoin pour survivre et pousser.

Dans de nombreuses régions à travers la planète, l’ évacuation des eaux usées produites par les industries, l’agriculture et les établissements urbains pose de sérieux défis. Les eaux usées, selon leur origine, peuvent contenir des agents pathogènes nocifs pour la santé humaine, tels que des vers intestinaux, des bactéries et des virus, ainsi que des sels, des métaux lourds et des poisons.

D’après la base de données Aquastat de la FAO, seuls 52 pour cent des eaux usées municipales produites dans le monde sont recyclées. De nombreux pays en développement possèdent des systèmes inappropriés pour traiter les eaux usées, et manquent de réseaux d’égouts et d’installations de traitement des eaux usées. Par voie de conséquence, de grandes quantités d’eaux usées non traitées sont rejetées dans les rivières, les mers, ou dispersées sur les terres, se déversant par la suite dans les eaux souterraines, causant de ce fait de la pollution, contribuant à la salinité des sols et diminuant la qualité de l’eau. Dans les pays dont l’approvisionnement en eau douce est limité et où les effluents ne sont pas gérés, le risque de contamination des sols et des nappes phréatiques, et de nuisibilité pour la production agricole et forestière est très élevé. Par contre, un traitement efficace des eaux usées peut transformer une menace environnementale potentielle en une source importante d’eau supplémentaire tout en réduisant la pollution et en améliorant le recyclage des éléments nutritifs. Les eaux usées traitées peuvent servir à augmenter la production de bois, de biomasse et d’alimentation.

Pour réduire ou éliminer le besoin de pompage (et donc pour réduire les coûts énergétiques), les eaux usées traitées doivent être utilisées immédiatement en aval du site de traitement des eaux usées d’où elles sont expulsées. Par conséquent, l’utilisation d’eaux usées en foresterie et en agroforesterie devrait être intégrée aux zones urbaines et périurbaines, où elles peuvent contribuer à la création de paysages verts et aider les agriculteurs locaux à produire des biens et des services environnementaux.

Les forêts plantées peuvent être irriguées par les eaux usées traitées pour produire du bois de construction, du bois de trituration, du combustible ligneux ou à des fins écologiques (par ex. protection des sols), ou intégrées à l’agriculture pour produire du bois, fournir de l’ombre et du fourrage aux animaux, et protéger les cultures des vents violents. Les espèces ligneuses et les produits arboricoles ne sont pas tous adaptés à l’irrigation au moyen des eaux usées, et il convient d’être particulièrement attentif dans le cas de la plantation d’arbres fruitiers.

Le traitement efficace des eaux usées est essentiel pour assurer des normes élevées en matière de santé publique. Les eaux usées non traitées ne doivent jamais être évacuées dans l’environnement, et dans les terres arides, l’utilisation sans risque d’eaux usées traitées se justifie tout particulièrement d’un point de vue écologique. L’irrigation utilisant des eaux usées traitées peut être onéreuse en raison des coûts associés à la création et à l’entretien des installations de traitement des eaux usées, et de l’énergie nécessaire au traitement de l’eau. Le coût de production d’eaux usées pouvant servir à l’irrigation sera probablement plus que compensé cependant, par les avantages environnementaux et sanitaires obtenus en ne rejetant plus les eaux polluées dans l’environnement et par la hausse de productivité des terres irriguées.