FAO.org

Accueil > Sustainable Forest Management > Boîte à outils GDF > Modules > Gestion des incendies de végétation > Notions de base

Gestion Durable des Forêts (GDF) Boîte à outils

Gestion des incendies de végétation

Bienvenue au module sur la Gestion des incendies de végétation. Le module s’adresse aux gestionnaires forestiers et autres gestionnaires fonciers qui cherchent à réduire les impacts néfastes des incendies de végétation, y compris par le biais de la prévention et la suppression des incendies, de la préparation et de la remise en état des zones touchées.

Le module fournit des informations de base et des données plus exhaustives sur la gestion des incendies, ainsi que des liens vers des outils et études de cas sur la gestion efficace des incendies de végétation.

Gestion des incendies de végétation contribue aux ODD:

Le feu est un facteur important dans la gestion de nombreuses forêts, terres boisées et autres types de végétation. Il peut être un outil de gestion efficace pour défricher les terres, éliminer les débris et réduire les accumulations de combustibles, bien qu’il soit toujours préférable d’envisager d’autres alternatives. Le feu peut aussi jouer un rôle écologique important, comme dans les forêts d’eucalyptus australiennes par exemple. Toutefois, les incendies de forêts non contrôlés peuvent avoir des conséquences néfastes sur la santé humaine, les moyens d’existence, les biens matériels, la qualité de l’air et de l’eau et la biodiversité. Selon les estimations, environ 350 millions d’hectares de terres ont été touchés par le feu en 2000, dont une grande partie consistait en forêts et terres boisées, produisant une large gamme d’impacts négatifs pour les populations et sur la fourniture de produits forestiers et de services environnementaux.

Les êtres humains seraient responsables pour plus de 90 pour cent des incendies de forêts, soit intentionnellement soit par négligence. En outre, l’augmentation des températures et de la fréquence des sécheresses due au changement climatique devrait augmenter l’incidence et l’intensité des incendies de végétation ainsi que l’étendue des zones touchées. Les émissions de gaz à effet de serre causées par ces incendies de végétation croissants pourraient, à leur tour, exacerber le changement climatique.

Il est de plus en plus reconnu qu’une approche intégrée de la gestion des incendies («gestion intégrée des incendies» – GII) est nécessaire; celle-ci devrait comprendre cinq éléments clés: examen (suivi et analyse), réduction des risques (prévention), préparation, réponse (extinction) et rétablissement. Pour chacun de ces éléments, les gestionnaires forestiers ont des rôles importants à jouer.

Souvent, les incendies ne s’arrêtent pas à l’orée de la forêt et ils peuvent aussi naître hors forêt. La GII doit donc prendre en compte les terres avec des utilisations non forestières et avec d’autres types de végétation, comme l’agriculture, les pâturages, les savanes, les tourbières, les aires protégées et les interfaces friches-urbains. La gestion des incendies doit être intégrée au sein d’une approche holistique axée sur le paysage qui applique les cinq éléments de la GII. Dans les régions où le feu est un outil de gestion important, les gestionnaires forestiers devraient l’utiliser de façon responsable et contrôlée afin d’éviter des dommages aux vies humaines, aux avoirs et aux écosystèmes.

De nombreuses communautés ont utilisé le feu comme outil de gestion pendant des siècles et leurs connaissances et pratiques de gestion traditionnelles du feu sont considérables. Ces connaissances et pratiques sont de précieuses ressources pour la GII et devraient constituer la base de systèmes de gestion communautaire des incendies. La recherche et l’application de solutions alternatives à l’utilisation du feu, notamment dans des environnements à risque élevé d’incendies, peuvent contribuer aussi à prévenir les incendies. De manière générale, toutes les parties prenantes devraient participer activement à la planification et à la mise en œuvre de stratégies de GII; et la prévention et l’extinction des incendies devraient être entreprises conjointement. Les parties prenantes devraient inclure les décideurs du secteur forestier et d’autres secteurs compétents, les gestionnaires forestiers et fonciers, les propriétaires forestiers, les communautés vivant dans les forêts ou à proximité, les services de protection civile et les services d’incendie.

Les communautés locales sont des acteurs clés. En effet, leurs décisions prises quotidiennement peuvent exercer une forte influence sur la prévention ou la survenance des incendies, et ces communautés peuvent agir rapidement pour éteindre un feu de friches. Les activités et efforts de la GII ont donc lieu, dans une large mesure, au niveau local, et représente ce qui est connu sous le nom de gestion communautaire des incendies.