FAO/ITALY COOPERATIVE PROGRAMME
 

Programme de Coopération Décentralisée Italie/FAO (PCDIF)

Mme Paola Castelgrande, Agent de Programme de la FAO - Italie/FAO Programme de Coopération Décentralisée

Les directives 2010-2012 et la programmation du Ministère Italien des Affaires Étrangères mettent l’accent sur la Coopération Italienne pour le Développement, qui prône la complémentarité entre les activités de coopération de l’État et celles des Autorités Régionales et Locales (RLA).

Le Programme de Coopération Décentralisée Italie/FAO (PCDIF) a été lancé officiellement en septembre 2002 après la signature d’un accord entre la FAO et la Direction Générale de la Coopération pour le Développement du Ministère Italien des Affaires Étrangères dans le sillage du Sommet mondial de l’alimentation, cinq années plus tard. Le PCDIF a pour but de mobiliser des ressources sociales, humaines et financières dans les régions, les provinces et certaines villes italiennes dans le but de promouvoir la sécurité alimentaire. Il vise à créer un réseau entre les Autorités Régionales/Locales des pays développés et leurs contreparties des pays en développement pour atteindre des objectifs clairement définis.

Depuis 2003, le Programme a cofinancé 11 projets représentant 10 millions d’USD, dont 4 millions d'USD émanant des Autorités Régionales et Locales.

La mise en œuvre des projets fait appel à des mécanismes de financement flexibles et au cofinancement. La FAO joue le double rôle de catalyseur et de pourvoyeur d'appui externe et de conseils techniques afin de renforcer la collaboration entre les villes ou les régions.

L’action commune des autorités locales des pays riches et pauvres contribue à élargir la participation au développement et ce faisant, à faciliter l’intervention des ONG, du secteur privé, des universités et des instituts de recherche. Elle fait également un meilleur usage des ressources externes, ce qui contribue à améliorer la coordination par rapport aux initiatives menées par les canaux traditionnels. La FAO, en synergie avec des partenaires locaux, garantit la mise en œuvre des projets. Notamment, elle promeut la communication avec les institutions et suit l’intégralité du cycle des projets, parallèlement aux autorités régionales et locales.

Ce processus décentralisé et participatif est propice à l’élaboration d’initiatives et de politiques apportant des réponses concrètes aux besoins des populations les plus vulnérables.