Tchad

Accueil > Tchad > Actualités > Detail

Le processus d’élaboration de la politique semencière nationale est en marche

10/04/2014

Dans le cadre de la mise en œuvre du projet d’appui à l’élaboration d’une politique semencière nationale, une mission d’information et de collecte d’informations a eu lieu courant février, et a constaté l’absence d’une filière semencière fonctionnelle.

 

Les difficultés d’accès aux intrants agricoles, notamment aux semences et plants de qualité ont été identifiées comme l’une des contraintes majeures à l’amélioration de la productivité des systèmes de productions actuels au Tchad. C’est ainsi que pour établir un diagnostic complet du système semencier, le Tchad, avec l’assistance de la FAO a bénéficié d’un appui technique qui a permis aux experts internationaux et nationaux d’effectuer des missions d’informations et de collecte de données du 10 au 18 Février dans la zone soudanienne et du 22 au 27 février dans la zone sahélienne avec en perspective, l’élaboration d’une politique semencière nationale.

 

Au cours de cette mission dans les différentes zones agro-climatiques, une dizaine de régions a été visitée et plus de 300 personnes ont été rencontrées dont les responsables de services déconcentrés des institutions nationales comme les centres et les fermes semencières, des groupements de producteurs, des ONGs nationales et internationales, des associations, unions et fédérations de producteurs semenciers, des responsables de l'ONDR, des délégués de l'agriculture, des chefs de service de l'élevage et de ressources animales, des délégués de l'environnement, des chefs d'antennes du Programme National de la Sécurité Alimentaire (PNSA) et leurs collaborateurs, des Préfets, des Secrétaires Généraux et des Gouverneurs.

A travers ces rencontres les objectifs de l'élaboration d'une politique semencière ont été exposés et discutés ainsi que les résultats attendus en particulier un document de politique, une règlementation semencière et un plan d'action. Les missions ont particulièrement insisté sur la démarche participative impliquant différentes catégories d’acteurs

Au stade actuel, les résultats des missions indiquent que le niveau de développement du sous-secteur semencier tchadien est encore au stade de l'émergence et s'aligne à une agriculture de subsistance. Les variétés améliorées disponibles concernent les cultures vivrières et sont principalement issues de l'Institut Tchadien de Recherche Agronomique et du Développement (ITRAD). Il n'existe pas de programmes de recherche sur  les cultures maraichères. Le germoplasme est réduit et son entretien est difficilement réalisé faute d’infrastructures et équipements de stockage appropriés. Les ressources humaines relatives à l'amélioration variétale et les technologies de semences sont encore très insuffisantes malgré la mise en œuvre du plan à moyen terme de recherche agronomique (PMTRA II).

Le cadre d’intervention reste encore confus car la plupart des structures concernées ne jouent pas leur rôle ou ne le connaissent pas. Les prérogatives des unes et des autres ne sont pas clairement définies laissant ainsi la latitude aux services publics de s’approprier les fonctions de production et de commercialisation à travers ses services déconcentrés. Selon les principes de libéralisation économique, l’Etat devrait céder au secteur privé les fonctions de production et de commercialisation pour ne garder que celles de règlementation, du contrôle et d’arbitrage. Le diagnostic relève par ailleurs que le sous-secteur semencier tchadien est incapable d’assurer un approvisionnement régulier en quantité et en qualité de variétés de semences performantes.

 

Le projet TCP/CHD/3403 «Assistance à la Formulation d'une Politique Semencière Nationale» lancé officiellement le 3 Février 2014 va permettre au Gouvernement du Tchad de disposer, d’un cadre règlementaire et un plan d'actions en matière de politique semencière. L’objectif est  d’assurer un approvisionnement efficace et régulier des agriculteurs en semences de qualité, d’accroître la demande  et de créer un environnement socio-économique favorable à l’investissement privé visant le développement d’une industrie semencière nationale.