Tchad

Accueil > Tchad > La FAO au Tchad

L’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), depuis l’ouverture de son bureau au Tchad en 1977, apporte son appui au pays pour améliorer la sécurité alimentaire et promouvoir un développement rural durable face à des crises climatiques et de sécurité alimentaire et nutritionnelle récurrentes. Les actions multiformes de la FAO visent à créer un environnement favorable pour améliorer, de façon durable sur les plans technique, social et environnemental, les conditions d’existence des petits producteurs très vulnérables aux divers risques sévissant au Tchad.

En vue de renforcer la qualité du partenariat qui a toujours existé entre le Gouvernement tchadien et la FAO, le Cadre de Programmation Pays (CPP) s’est fixé des priorités à atteindre durant la période de cinq ans du cycle de programmation pays (2012-2016). Il poursuit les efforts déjà initiés durant la formulation du NMTPF.

Le CPP a été élaboré avec l’implication étroite de quatre Ministères suivant une approche participative: Ministère de l’Agriculture et de l’Irrigation, Ministère du Développement Pastoral et de Production Animale, Ministère de l’Environnement et des Ressources Halieutiques et celui chargé de l’Hydraulique Urbaine et Rurale. Ce document est le résultat d’une collaboration étroite entre les différents acteurs et les partenaires du développement rural (partenaires techniques et financiers présents au Tchad, la société civile et le secteur privé) et plusieurs experts des bureaux décentralisés et du siège de la FAO.

Les quatre priorités issues du processus de large consultation sont décrites ci-dessous. Elles sont en cohérence avec le cadre stratégique et les avantages comparatifs de la FAO, les priorités du Gouvernement et les engagements de l’UNDAF. D’un côté, elles mettent l’accent sur le renforcement des capacités des ministères en charge du développement rural directement liés au mandat de la FAO. De l’autre, elles englobent les efforts d’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle. La mise en œuvre du CPP est basée sur les actions qui devront assurer la transition entre l’urgence et la réponse à long terme sur la résilience des populations.

La FAO reconnait la nécessité de s’attaquer à ces problématiques de façon transversale en vue d’améliorer de façon durable les conditions d’existence des petits producteurs cibles dans un contexte de gestion de risques de catastrophes prenant en compte le changement climatique.

  1. Les filières porteuses sont identifiées et structurées
  2. La capacité de résilience des populations vulnérables aux menaces et crises est renforcée
  3. La capacité de gérer durablement les ressources naturelles est améliorée
  4. Les capacités des Ministères en charge du développement rural sont renforcées