FAO.org

Accueil > Country_collector > La FAO au Tchad > Nos projets
La FAO au Tchad

Depuis 2016, La FAO Tchad met en œuvre la production de viande séchée pour lutter contre la malnutrition modérée à travers le développement de la chaine de valeur viande par le déstockage et la transformation de la viande selon les normes  d'"Hygiène et Industrie des Denrées Animales d'Origine Animale" (HIDAOA).

La chaine des activités impliquées comprend les éleveurs, les bouchers, les femmes transformatrices et les unités nutritionnelles ambulatoires. Elle est supportée par les services vétérinaires régionaux, le  Centre de Contrôle de Qualité des Denrées Alimentaires (CECOQDA) et les services de santé dans la distribution de la viande séchée broyée au bénéfice des enfants malnutris modérés et des femmes enceintes ou allaitantes.

Le déstockage permet aux éleveurs d'avoir un revenu supplémentaire prévisible, pour mieux subvenir à leurs besoins de premières nécessités, accéder aux produits vétérinaires et aux aliments bétail dans le but de préserver leurs noyaux reproducteurs. 

Cette pratique bien maitrisée par la FAO est très appreciée par les populations. Elle pourrait être reproduite dans d’autres régions du Tchad, en particulier dans la zone sahélienne qui combine, en ce moment un fort taux de malnutrition et une crise pastorale.

Vers le haut

Programmes au Tchad

« L’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) travaille en étroite collaboration avec le Gouvernement du Tchad et ses partenaires techniques et financiers pour lutter contre l’insécurité alimentaire et encourager le développement du monde rural dans un contexte où les crises alimentaires, nutritionnelles, et climatiques se font de plus en plus récurrentes.

C’est ainsi que le Gouvernement de la République du Tchad et la FAO - Tchad ont lancé conjointement en septembre 2016 la formulation d’un nouveau cadre de programmation pays (CPP) pour la période 2017-2021.

Dans le souci de renforcer la qualité du partenariat qui a toujours existé entre le Gouvernement du Tchad et la FAO, le CPP ainsi élaboré est le fruit d'un large processus consultatif incluant le Ministère de la Production, de l’Irrigation et des Equipements Agricoles (MPIEA), le Ministère de l’Elevage et des Productions Animales (MEPA), le Ministère de l’Environnement et des Pêches (MEP), le Ministère de l’Eau et de l’Assainissement (MEA). Ce processus inclus aussi le Ministère de l'Economie et de la Planification du Développement (MEPD), le Ministère de la Santé Publique (MSP), le Ministère de la Femme, de la Famille et de la Solidarité Nationale (MFFSN), le Ministère de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs (MJSL), le Ministère des Finances et du Budget (MFB) ainsi que les Organisations de la société civile (OSC). Ces organisations sont représentées par le Conseil National de Concertation des Producteurs Ruraux du Tchad (CNCPRT), la Chambre de Commerce, d’Industrie, d’Agriculture, des Mines et d’Artisanat (CCIAMA), représentant le Secteur privé, et les Partenaires Techniques et Financiers (PTF) dont les agences du Système des Nations Unies (SNU).

Trois domaines prioritaires de développement du gouvernement ont été retenus suite aux consultations pour servir de socle à l’assistance de la FAO au pays dans le cadre du CPP 2017-2021.

Ce sont :

1)      Développement des chaines de valeur dans les secteurs de l’agriculture, l’élevage, la forêt, la pêche et l’aquaculture, pour le renforcement de la sécurité alimentaire et nutritionnelle ;

2)      Formulation et mise en œuvre des politiques et stratégies sectorielles en faveur de la sécurité alimentaire et de la nutrition ;

3)      Valorisation et gestion durable des ressources naturelles pour le renforcement de la résilience.

Ces domaines prioritaires retenus s’alignent aussi aux objectifs du Plan National de Développement (2017-2021), ainsi qu’aux priorités du Plan cadre de Nations Unies d’Assistance au Développement (PNUAD) pour le Tchad.