COMITÉ DE L'AGRICULTURE

Quinzième session

Rome, 25 - 29 janvier 1999, Salle Rouge

RAPPORT DU GROUPE TECHNIQUE INTERGOUVERNEMENTAL SUR
LES RESSOURCES ZOOGÉNÉTIQUES POUR L'ALIMENTATION ET L'AGRICULTURE
Rome, 8 - 10 septembre 1998

Point 10 de l'ordre du jour provisoire

Table des matières


I. INTRODUCTION

1. Depuis le début des années 60, la FAO fournit une assistance aux pays en matière de ressources zoogénétiques et d'élaboration de stratégies de conservation de ses ressources. En 1990, le Conseil a recommandé au Secrétariat de préparer un programme complet pour la gestion durable des ressources zoogénétiques au niveau mondial. Une réunion d'experts tenue en 1992 et les sessions des organes directeurs de la FAO qui ont suivi, ont donné l'élan nécessaire au lancement en 1993 de l'élaboration de la Stratégie mondiale de la gestion des ressources zoogénétiques pour l'élevage. La signature du programme Action 21 et la ratification de la Convention sur la diversité biologique ont facilité la poursuite de l'élaboration et de la conception de la Stratégie mondiale. En 1995, le Comité de l'agriculture a examiné le processus d'élaboration de cette stratégie et le Conseil a approuvé la stratégie elle-même, reconnaissant la nécessité d'impliquer le large éventail des parties prenantes et de recueillir des fonds supplémentaires auprès de sources extrabudgétaires pour assurer la poursuite de l'élaboration de la stratégie et son application.

2. En 1995, par sa Résolution 3/95, la Conférence a élargi le mandat de la Commission des ressources phytogénétiques, en commençant par les ressources phytogénétiques et zoogénétiques. En 1996, le Sommet mondial de l'alimentation, ainsi que la troisième réunion des parties à la Convention sur la diversité biologique, ont reconnu l'importance des ressources zoogénétiques et de la Stratégie mondiale de la FAO. La Conférence a demandé au Directeur général de créer un Groupe spécial d'experts des ressources zoogénétiques chargé d'établir le programme de travail d'un futur Groupe de travail technique intergouvernemental sur les ressources zoogénétiques pour l'alimentation et l'agriculture, qui serait créé par la Commission des ressources génétiques. Le Groupe spécial d'experts s'est réuni du 7 au 9 janvier 1997 et le Comité de l'agriculture a reçu son rapport à sa quatorzième session.

3. Le Comité de l'agriculture:

    "est convenu d'informer la Commission de l'urgente nécessité, en principe, d'établir un Groupe de travail technique intergouvernemental subsidiaire sur les ressources génétiques animales pour l'alimentation et l'agriculture (le Groupe de travail), comme prévu dans les statuts de la Commission (Résolution CL 110/1). Le Comité a reconnu qu'aux termes de la Résolution 3/95 de la Conférence, la création du Groupe de travail "ne doit pas compromettre les importants processus en cours aux fins de la Commission... pour la révision négociée de l'Engagement international sur les ressources phytogénétiques..."; il a également été suggéré que le Groupe de travail fasse rapport au Comité de l'agriculture jusqu'à la fin de ces négociations. Il est également convenu que les activités futures du Groupe de travail seraient axées sur la poursuite de l'élaboration de la Stratégie mondiale de gestion des ressources zoogénétiques pour l'élevage."

4. La Commission des ressources génétiques pour l'alimentation et l'agriculture a créé son Groupe de travail technique intergouvernemental sur les ressources zoogénétiques pour l'alimentation et l'agriculture à sa septième session ordinaire, en mai 1997, et lui a confié la tâche de formuler des recommandations sur la poursuite de l'élaboration de la Stratégie mondiale à l'intention de la Commission à sa huitième session ordinaire, en 1999.

5. Le Groupe de travail a tenu sa première session du 8 au 10 septembre 1998. Le présent document inclut le rapport du Groupe de travail qui est soumis au Comité de l'agriculture pour observations et conseils éventuels, notamment en ce qui concerne les domaines prioritaires cités au paragraphe 34 du rapport ci-joint et la façon dont la FAO pourrait renforcer ses programmes dans ce domaine. Les annexes mentionnées dans le texte du rapport ne sont pas incluses dans le présent document pour des raisons d'économie.

6. Les recommandations du Groupe de travail (paragraphe 33) seront examinées par la Commission des ressources génétiques pour l'alimentation et l'agriculture à sa huitième session ordinaire prévue, pour le printemps de 1999.

II. COMMISSION DES RESSOURCES GÉNÉTIQUES
POUR L'ALIMENTATION ET L'AGRICULTURE:
RAPPORT DE LA PREMIÈRE SESSION DU GROUPE DE TRAVAIL INTERGOUVERNEMENTAL SUR LES RESSOURCES ZOOGÉNÉTIQUES POUR L'ALIMENTATION ET L'AGRICULTURE

Rome (Italie), 8 - 10 septembre 1998
INTRODUCTION

1. La première session du Groupe de travail technique intergouvernemental sur les ressources zoogénétiques pour l'alimentation et l'agriculture s'est tenue à Rome (Italie) du 8 au 10 septembre 1998. On trouvera à l'Annexe E la liste des délégués et observateurs.

2. M. Abdoulaye Sawadogo, Sous-Directeur général, Département de l'agriculture, a ouvert la session. Il a décrit le processus qui a abouti à la création du Groupe de travail et pris acte de la tâche que la Commission a confiée au Groupe de travail pour le présent exercice biennal, à savoir avancer l'élaboration de la Stratégie mondiale en vue de son examen lors de sa huitième session.

3. Le Groupe de travail a noté que l'Article III de ses statuts stipule que "les membres du Groupe de travail sont élus à chaque session ordinaire de la Commission et pour une période allant jusqu'à la session ordinaire suivante. Ils peuvent être réélus". On trouvera à l'Annexe D la liste des membres du Groupe de travail qui ont été élus à la septième session ordinaire de la Commission, en mai 1997.

4. Mme Elzbieta Martyniuk (Pologne) a été élue Présidente du Groupe de travail, M. Aigua Wang (Chine) Vice-Président et M. Kor Oldenbroek (Pays-Bas) Rapporteur.

5. L'ordre du jour de la session, tel qu'il a été adopté, figure à l'Annexe A.

6. Il a été donné lecture d'une déclaration du Secrétariat de la Convention sur la diversité biologique faisant état de l'appui que la Conférence des Parties a fourni à l'élaboration de la Stratégie mondiale à ses troisième et quatrième sessions et soulignant la nécessité de valoriser de manière intégrée les ressources phytogénétiques et zoogénétiques. Le texte de cette déclaration figure à l'Annexe C.

IDENTIFICATION DES PRINCIPALES COMPOSANTES DE LA STRATÉGIE MONDIALE ET ÉTABLISSEMENT D'UN PLAN DE TRAVAIL PLURIANNUEL

7. Le Groupe de travail a examiné le document CGRFA/WG-AnGR/98/2 formulant des propositions en vue de la poursuite de l'élaboration de la Stratégie mondiale pour la gestion des ressources zoogénétiques pour l'élevage (Stratégie mondiale), y compris la préparation du premier Rapport sur l'état des ressources zoogénétiques dans le monde.

8. Le Groupe de travail a examiné les diverses composantes de la Stratégie mondiale et les volets du plan d'exécution pluriannuel proposé pour la poursuite de son élaboration et pour sa mise en œuvre. Il a souligné le rôle et la valeur considérables des ressources zoogénétiques pour l'élevage aux fins de l'instauration de la sécurité alimentaire mondiale, dans le respect des principes de la Convention sur la diversité biologique, pour les pays l'ayant signée, et a insisté sur la nécessité d'efforts cohérents et soutenus pour préserver et continuer à valoriser ces ressources. La Stratégie mondiale devrait fournir aux pays un cadre les incitant à participer à l'effort mondial, chaque pays étant responsable de ses propres ressources zoogénétiques pour l'élevage et de la mise en œuvre de la Stratégie mondiale.

9. Le Groupe de travail a reconnu qu'une série de programmes et activités de développement nationaux, bilatéraux, régionaux et multilatéraux contribuait déjà, dans plusieurs pays, à la réalisation de certains objectifs de la Stratégie mondiale. Notant que des organisations nationales, régionales et mondiales étaient impliquées dans la préservation, la mise en valeur et l'utilisation des ressources zoogénétiques pour l'élevage, le Groupe de travail a souligné qu'il importait d'instaurer une synergie et d'encourager une utilisation optimale des ressources humaines, financières et autres, grâce à un recensement des activités et à des mécanismes favorisant la coopération et la collaboration, dans le contexte de la Stratégie mondiale. Il a estimé qu'il importait de dresser un tableau général de ces activités, éventuellement à l'occasion de l'établissement d'un Rapport sur l'état des ressources zoogénétiques dans le monde.

10. Le Groupe de travail a noté le succès du projet pilote sur les ressources zoogénétiques en Asie, qui avait été rendu possible grâce à la généreuse contribution financière du Gouvernement japonais. Il a aussi noté la mise en place réussie de centres de coordination et de plans nationaux pour la gestion des ressources zoogénétiques pour l'élevage et a souligné qu'il fallait d'urgence trouver des ressources pour créer de nouveaux centres de coordination ou appuyer les centres existants et pour assurer la poursuite des activités dans la région, dans le cadre de la Stratégie mondiale.

11. Le Groupe de travail a souligné que les ressources zoogénétiques jouaient un rôle crucial face aux changements climatiques ou économiques ou aux foyers de maladie qui affectaient la production et la productivité animales et le développement rural. Le Groupe de travail a mis en lumière la nécessité d'examiner le lien entre la perte de ressources zoogénétiques et la dégradation de l'environnement et de mieux intégrer les systèmes d'élevage et d'agriculture afin de parvenir à une utilisation durable des systèmes agro-écologiques. Il a souligné la valeur et le potentiel des ressources acclimatées pour une utilisation optimale de milieux de production très divers.

12. Le Groupe de travail a souligné que des études de cas s'appuyant sur l'information disponible pourraient contribuer à l'analyse de l'impact sur l'élevage positif ou négatif, de la gestion des ressources zoogénétiques, et notamment à l'évaluation de l'effet sur divers systèmes de production animale de l'introduction de ressources génétiques exotiques.

13. Le Groupe de travail a souligné la nécessité de mieux caractériser et entretenir la diversité des ressources zoogénétiques, afin de doter les pays et les agriculteurs de la souplesse nécessaire face à la grande diversité des milieux de production. Le Groupe de travail a noté que les espèces et les races sous-utilisées pouvaient offrir un potentiel considérable, notamment aux niveaux régional et local, qui méritait d'être étudié en vue d'accroître la contribution de ces espèces à l'alimentation et à l'agriculture dans le contexte de la Stratégie mondiale.

14. Le Groupe de travail a souligné que les centres de coordination nationaux permettaient d'assurer la participation effective de tous les pays à l'élaboration de la Stratégie mondiale et a noté en outre que les centres de coordination régionaux permettaient de répondre aux besoins particuliers des régions participantes.

15. Le Groupe de travail a souligné qu'il importait d'assurer la participation d'experts de toutes les régions du monde à la poursuite de l'élaboration et à la mise en œuvre de la Stratégie mondiale, tout en notant la nécessité d'une représentation régionale équilibrée au sein des groupes d'experts. Il existait déjà dans les différentes régions une masse importante de connaissances scientifiques et techniques et la FAO devait s'appuyer sur cette expertise pour concevoir et mettre en œuvre des programmes de formation et d'autres activités de renforcement des capacités.

16. Le Groupe de travail a souligné qu'il fallait faire participer les organisations gouvernementales et non gouvernementales locales, régionales et internationales, y compris le secteur privé, aux activités des centres de coordination nationaux et régionaux, afin d'assurer une large participation aux activités visant les ressources zoogénétiques.

17. Le Groupe de travail a noté que les ressources zoogénétiques n'étaient pas uniformément réparties et que les pays en développement dotés de ressources zoogénétiques pour l'élevage très diversifiées méritaient de bénéficier d'un rang de priorité élevé, dans le respect de l'équilibre régional, en matière d'assistance internationale. Cette assistance devrait les aider à créer des centres de coordination nationaux et régionaux, pour une meilleure gestion de leurs ressources zoogénétiques, en tant qu'élément clé de la Stratégie mondiale.

18. L'importance d'une communication efficace pour sensibiliser l'opinion aux nombreux rôles et avantages des ressources zoogénétiques et à leur contribution à la production agricole et au développement rural a été soulignée par le Groupe de travail, de même que la nécessité d'associer davantage les organisations de sélection animale et d'autres organisations aux efforts de préservation des ressources zoogénétiques.

19. Le Groupe de travail a souligné qu'il importait de mieux sensibiliser l'opinion publique et de lui faire comprendre les multiples rôles et avantages des ressources zoogénétiques, en s'appuyant sur tous les outils d'information et de communication disponibles, dont la télévision.

20. Le Groupe de travail a reconnu l'importante contribution que la FAO avait déjà apportée à la mise au point d'outils de gestion des ressources zoogénétiques dans le cadre de l'élaboration de la Stratégie mondiale, en soulignant le rôle du DAD-IS en tant qu'outil d'information et éventuellement de communication, et il est convenu de l'utilité de directives visant à aider les pays à structurer les éléments techniques de leur programme national. De nombreuses autres organisations contribuaient, elles aussi, à améliorer la gestion des données et informations sur les ressources zoogénétiques.

21. Le Groupe de travail a noté la nécessité de promouvoir et de coordonner des activités de caractérisation systématique, afin d'identifier et de décrire des ressources zoogénétiques et d'orienter les activités de préservation et d'utilisation, de façon que les pays puissent mieux préserver, mettre en valeur et utiliser l'ensemble de leurs ressources génétiques. Il a reconnu que la caractérisation était aussi indispensable, vu le grand nombre de races d'animaux d'élevage menacées, pour cibler les efforts de préservation de façon à préserver la plus grande diversité génétique possible et à faire le meilleur usage de ressources financières limitées.

22. Le Groupe de travail a reconnu que les gouvernements devaient absolument participer à la poursuite de l'élaboration du cadre et des éléments constitutifs de la Stratégie mondiale et a souligné que le Groupe de travail devrait se réunir dès que possible afin d'étudier plus en détail les activités et mesures nécessaires pour faire progresser l'élaboration et la mise en œuvre de la Stratégie mondiale.

LE RAPPORT SUR L'ÉTAT DES RESSOURCES ZOOGÉNÉTIQUES MONDIALES POUR L'ALIMENTATION ET L'AGRICULTURE

23. Le Groupe de travail a examiné le document CGRFA/WG-AnGR-1/98/3 traitant de la mise en route éventuelle du premier Rapport sur l'état des ressources zoogénétiques mondiales pour l'alimentation et l'agriculture.

24. Le Groupe de travail a souligné qu'il importait de mieux connaître et de mieux comprendre l'état des ressources zoogénétiques, la capacité des pays à gérer ces ressources et la situation actuelle en matière de méthodologies et de technologies disponibles pour mieux utiliser, mettre en valeur et préserver ces ressources. Ils ont noté qu'à cet effet, le Rapport sur l'état des ressources zoogénétiques dans le monde serait particulièrement utile.

25. Le Groupe de travail a souligné la nécessité d'établir un processus de préparation du Rapport sur l'état des ressources zoogénétiques dans le monde qui ait pour effet de renforcer les capacités nationales, notamment grâce à une formation à un stade précoce, et de jeter les bases d'une mise à jour régulière et peu coûteuse des données et informations pertinentes.

26. Tous les pays n'ayant pas les moyens de faire rapport sur l'état de leurs ressources zoogénétiques, le Groupe de travail a souligné qu'il importait de concevoir une approche de l'élaboration du Rapport sur l'état des ressources zoogénétiques dans le monde qui, tout en incluant des consultations avec les pays pour l'établissement de directives pratiques, tienne compte de la diversité des capacités et de laisser un délai suffisant à chaque pays en fonction de ses moyens.

ÉTABLISSEMENT DU PROJET DE CADRE POUR L'ÉVALUATION DES PROGRÈS ACCOMPLIS DANS L'ÉLABORATION ET LA MISE EN OEUVRE DE
LA STRATÉGIE MONDIALE

27. Le Groupe de travail a examiné le Cadre pour l'évaluation des progrès accomplis dans l'élaboration et la mise en œuvre de la Stratégie mondiale pour la gestion des ressources zoogénétiques pour l'élevage figurant à l'Annexe 2 du document CGRFA/WG-AnGR-1/98/Inf.1.

28. Le Groupe de travail a noté que ce cadre incluait une longue liste de critères et d'indicateurs destinés à mesurer les progrès accomplis dans la mise en œuvre de la Stratégie mondiale, qui pourraient être utilisés par les pays pour suivre leurs activités en matière de ressources zoogénétiques et faire rapport à leur sujet.

29. Le Groupe de travail a constaté que nombre de ces critères et indicateurs pourraient servir à rassembler des données et informations utiles à l'établissement du Rapport sur l'état des ressources zoogénétiques dans le monde.

30. Plusieurs instances mondiales, telles que la Commission sur les ressources génétiques pour l'alimentation et l'agriculture, la Commission du développement durable et la Conférence des parties à la Convention sur la diversité biologique, exigeaient, elles aussi, des rapports sur les ressources génétiques: à cet égard, le Groupe de travail a fait observer que la liste des critères et indicateurs susmentionnés pourrait servir à renforcer la coordination et la collaboration en matière d'établissement des rapports destinés à ces différentes instances.

AUTRES QUESTIONS

31. Le Groupe de travail s'est déclaré profondément inquiet de l'absence de versions arabe et chinoise des documents d'information utilisés pendant la réunion et a instamment prié la FAO de redresser la situation pour ses prochaines sessions.

32. Le Groupe de travail a noté l'importance que la FAO accordait aux ressources zoogénétiques et à leur précieuse contribution à la sécurité alimentaire nationale, régionale et mondiale. Il a exprimé sa gratitude aux Etats-Unis d'Amérique qui avaient mis à sa disposition des ressources financières pour aider certains pays en développement membres du Groupe de travail à inclure dans leurs délégations des experts techniques nationaux.

RECOMMANDATIONS

33. Conscient des travaux déjà réalisés par les pays, les parties prenantes et les organisations non gouvernementales en matière de gestion des ressources zoogénétiques et reconnaissant le travail déjà accompli par la FAO pour élaborer la Stratégie mondiale pour les ressources zoogénétiques, le Groupe de travail technique intergouvernemental formule les recommandations ci-après à l'intention de la Commission, en vue de renforcer et de multiplier les activités dans le domaine des ressources zoogénétiques.

  1. La FAO devrait continuer à préciser le cadre et les éléments constituants de cette stratégie mondiale pour la gestion des ressources zoogénétiques pour l'élevage et à fournir un soutien budgétaire de base; toutes les parties prenantes devraient chercher à mobiliser un soutien extrabudgétaire auprès de toutes les sources possibles, aux fins de la préservation et de l'utilisation durable des ressources zoogénétiques;
  2. les pays ne l'ayant pas encore fait devraient identifier d'urgence des centres de coordination/coordinateurs nationaux et, le cas échéant, des centres de coordination régionaux; et
  3. la FAO devrait coordonner l'élaboration, impulsée par les pays, d'un Rapport sur l'état des ressources zoogénétiques dans le monde, qui fournirait une évaluation des programmes nationaux concernant les ressources zoogénétiques et de l'état des ressources zoogénétiques pour l'élevage.

IDENTIFICATION D'AUTRES MESURES PRIORITAIRES NÉCESSAIRES À L'ÉLABORATION DE LA STRATÉGIE MONDIALE: INCIDENCES DES RECOMMANDATIONS

34. Le Groupe de travail a estimé que ces recommandations devraient avoir les incidences suivantes sur les priorités du programme du prochain exercice biennal: préparation de directives, en consultation avec les pays, en vue de la collecte et de la compilation des données et informations existantes, aux fins de l'établissement du Rapport sur l'état des ressources zoogénétiques dans le monde; renforcement du système DAD-IS, pour que les pays disposent d'un système commode de gestion des données et de l'information; aide à la mise en place de centres de coordination nationaux et régionaux incluant la formation, le cas échéant, de coordonnateurs nationaux; collecte et compilation de données et d'informations sur les ressources zoogénétiques pour l'élevage, grâce à DAD-IS et/ou à d'autres systèmes de gestion des données et de l'information; et début de la préparation, en consultation avec les pays, du premier Rapport sur l'état des ressources zoogénétiques dans le monde.