Directives volontaires visant à assurer la durabilité de la pêche artisanale
dans le contexte de la sécurité alimentaire et de l'éradication de la pauvreté

Sécurité alimentaire et nutrition dans les pêches artisanales

La pêche artisanale qui comprend toutes les activités de la chaîne de valeur, est réellement importante pour la sécurité alimentaire et la nutrition, tant au niveau local que mondial. Elle joue un rôle essentiel dans les efforts pour réaliser les objectifs du Programme « Faim zéro » d'ici 2030, comme indiqué dans les Objectifs de développement durable (Objectif 2).

Pour de nombreuses personnes dans les pays en développement, le poisson et autres fruits de mer pêchés par les petits pêcheurs sont particulièrement importants pour leur santé. Sans cet apport, beaucoup n'auraient pas les moyens de consommer régulièrement et en quantité suffisante des protéines, des acides gras oméga-3 ou des micronutriments essentiels tels que la vitamine A, le fer, le calcium, la vitamine D, le zinc et l'iode.

Cependant, malgré l'importance de la pêche artisanale pour la sécurité alimentaire et la nutrition, de nombreuses communautés de pêcheurs continuent d'être marginalisées et leur contribution à la sécurité alimentaire et à la nutrition n'est pas pleinement réalisée.

Sécurité alimentaire et nutrition dans les Directives sur la pêche artisanale
Comme l'indique le titre des Directives volontaires pour la sécurité des pêcheries durables à petite échelle dans le contexte de la sécurité alimentaire et de l'éradication de la pauvreté, assurer la sécurité alimentaire est une priorité absolue dans les Directives sur la pêche artisanale. En fait, le premier des six objectifs principaux est «d'accroître la contribution de la pêche artisanale à la sécurité alimentaire et à la nutrition dans le monde et de soutenir la réalisation progressive du droit à une nourriture suffisante». À cet égard, les Directives sur la pêche artisanale complètent les Directives volontaires pour soutenir la réalisation progressive du droit à une nourriture suffisante dans le contexte de la sécurité alimentaire nationale, également nommées Directives sur le droit à l'alimentation.

Les Directives sur la pêche artisanale invitent les États et les autres acteurs à mettre en place des politiques cohérentes privilégiant la sécurité alimentaire et la nutrition. Par exemple, les États ont la responsabilité de veiller à ce que les exportations et le commerce internationaux du poisson n'épuisent pas les réserves en poisson des marchés locaux pouvant répondre aux besoins nutritionnels de leurs propres citoyens.

Les Directives sur la pêche artisanale soulignent également combien il est important de mener des recherches sur le rôle de la pêche artisanale dans la sécurité alimentaire et la nutrition. Les États sont instamment priés de mettre à disposition des informations susceptibles d'orienter la pêche responsable à petite échelle et le développement durable en matière de sécurité alimentaire, en accordant une attention particulière aux groupes vulnérables et marginalisés. Les États ont en outre la responsabilité de surveiller les progrès accomplis dans la mise en œuvre des objectifs énoncés dans les Directives sur la pêche artisanale, notamment le droit à une nourriture suffisante.

L'un des principaux objectifs des Directives sur la pêche artisanale est de «renforcer la contribution des pêches artisanales à la sécurité alimentaire et à la nutrition dans le monde et d'appuyer la réalisation progressive du droit à une alimentation adéquate». L’ensemble des Directives sur la pêche artisanale font ressortir l'importance de la sécurité alimentaire et de la nutrition


ODD 2: Éradiquer la faim, réaliser la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir une agriculture durable

Cible 2.3: D'ici à 2030, doubler la productivité agricole et les revenus des petits producteurs de produits alimentaires, en particulier des femmes, des peuples autochtones, des exploitants familiaux, des pasteurs et des pêcheurs, notamment grâce à un accès égal et sécurisé à la terre, aux autres ressources productives et aux intrants, au savoir, aux services financiers, aux marchés et aux possibilités d'ajout de valeur et d'emploi non agricole.

Indicateur 2.3.1: Volume de production par unité de travail par classes d'exploitation agricole/pastorale/forestière
Indicateur 2.3.2: Revenu moyen des petits producteurs de produits alimentaires, selon le sexe et le statut d'autochtone