Previous Page Table of Contents Next Page


Preuves préliminaires de résistance génétique aux endoparasites chez les agneaux Menz et Horro dans les hauts plateaux éthiopiens

Résumé

Des travaux sont actuellement en cours à la station de recherche du CIPEA à Debre Berhan en Ethiopie, sur l'évaluation de la variation génétique de la résistance aux endoparasites chez les races de moutons Menz et Horro des hauts plateaux. Le protocole expérimental fait intervenir le croisement, pour chaque race, de 150 brebis avec 10 béliers en vue d'un agnelage au début de la saison sèche (octobre/novembre) et de la saison humide (juin/juillet). Le présent article présente les résultats enregistrés sur les agneaux issus des trois premiers groupes de naissances (octobre/novembre 1992; juin/juillet 1993; octobre/novembre 1993). Les variables analysées sont le poids à la naissance et au sevrage, l'hématocrite au sevrage, la transformation log du nombre d'oeufs par gramme de fèces (OPG) au sevrage et le taux de survie des agneaux de la naissance au sevrage. La race et la série d'agnelages avaient un effet significatif (P<0,05) sur tous les paramètres étudiés. Les agneaux Horro avaient des poids à la naissance et au sevrage supérieurs à ceux des Menz et un hématocrite plus faible. La transformation log de leur OPG était plus élevée tandis que leur taux de survie de la naissance au sevrage était plus faible. Il y avait une interaction significative entre la race et le groupe d'agnelages pour tous les caractères étudiés excepté le poids à la naissance. En ce qui concerne le taux de survie des agneaux, le poids au sevrage et l'hématocrite, les différences dues à l'interaction étaient plus ou moins importantes suivant le groupe d'agnelages mais l'ordre de succession des races ne changeait pas. S'agissant en revanche de la transformation log de l'OPG, cet ordre changeait selon le groupe. Ainsi, cette variable était plus élevée chez les Menz que chez les Horro dans le premier groupe d'agnelages alors qu'on observait la situation inverse dans les deux autres groupes. Rien dans ces données ne permettait de dire que la différence entre les taux de survie des agneaux Menz et Horro était due à la résistance aux endoparasites. Les variances génétiques additives directe et maternelle des poids à la naissance et au sevrage étaient significatives. En ce qui concerne le poids à la naissance, les coefficients d'héritabilité directe (h2A) et maternelle (h2M) étaient respectivement de 0,07±0,06 et de 0,34±0,06, les valeurs correspondantes étant respectivement de 0,04±0,05 et de 0,43±0,07 pour le poids au sevrage. Enfin, le coefficient d'héritabilité maternelle n'était pas significatif pour l'hématocrite et la transformation log de l'OPG, les coefficients d'héritabilité totale s'établissant respectivement à 0,34±0,14 et 0,32±0,13.


Previous Page Top of Page Next Page