Previous Page Table of Contents Next Page


Effet de la supplémentation de la paille de brousse avec différentes proportions de fane de dolique sur la production de viande ovine

H. Nantoumé1, A. Kouriba1, D. Togola1 et B. S. Coulibaly2

1 Centre régional de recherche agronomique de Kayes
BP 281, Kayes (Mali)
2 Département de la planification agricole et de l'économie rurale
BP 258, Bamako (Mali)

Résumé
Introduction
Matériels et méthodes
Résultats et discussions
Conclusion
Références bibliographiques


Résumé

L'effet de la supplémentation de la paille de brousse avec différentes proportions de fane de dolique (Lablab purpurus, variété Highworth) sur la production de viande ovine a été évalué en utilisant des béliers castrés de race Toronké pesant en moyenne 37,14±6,21 kg. Les niveaux d'apport de fane de dolique initialement prévus dans les rations étaient de 0, 25, 50 et 75% mais les proportions finales observées ont été de 0; 39,39; 70,67 et 84,62%. L'ingestion totale d'aliment a varié en fonction du niveau de supplémentation en fane de dolique (p<0,05). L'augmentation de la proportion de fane dans la ration s'est traduite par une amélioration de l'ingestion totale de matière sèche. Les performances pondérales ont varié (p<0,05) en fonction de la proportion de fane de dolique dans les rations. Les trois rations contenant respectivement O; 39,39 et 70,67% de fane de dolique ont occasionné des pertes de poids. Seule celle contenant 84,62% de fane a occasionné un gain moyen quotidien de 2 g. Cependant, le taux de matières azotées totales des rations comportant 70,67 et 84,62% de fane de dolique est dans les normes couramment admises pour les essais d'engraissement. L'apport d'énergie est resté faible et semble être le facteur limitant de meilleures performances pondérales. L'analyse coût/bénéfice de l'opération a permis de dégager un revenu additionnel positif.

Introduction

L'alimentation apparaît comme la contrainte majeure aux productions animales au Mali en général et dans la région de Kayes en particulier. Le disponible fourrager n'est de bonne qualité et en quantité suffisante que pendant une courte période de l'année, c'est-à-dire l'hivernage qui va de juillet à septembre. Les systèmes d'alimentation sont principalement basés sur l'utilisation des pâturages naturels et des résidus de culture. Pendant la saison sèche, les ruminants alimentés exclusivement avec des pâturages naturels et des chaumes de céréales perdent du poids, ce qui indique que ces aliments sont de faible valeur nutritive (Pearce et al., 1988). L'utilisation de concentrés comme suppléments généralement recommandés pour améliorer le niveau d'énergie et de protéines dans les fourrages lignifiés est difficilement applicable au niveau des paysans. Cependant, il importe de prévenir les pertes de production au niveau des paysans en utilisant des techniques simples et les aliments disponibles. La supplémentation des fourrages pauvres avec des fanes de légumineuses permet d'améliorer la digestibilité (revendra, 1982), I' ingestion (Mosi et Butterworth, 1985) ou les deux à la fois (Minson et Milford, 1967; Lane, 1982; Moran et al., 1983; McMeniman et al., 1988; Ngwah et Tawah, 1992).

La présente étude vise à comparer l'effet de différents niveaux d'apport de fane de dolique sur l'ingestion et le gain de poids de moutons alimentés avec de la paille de brousse.

Matériels et méthodes

Caractéristiques géoclimatiques

L'essai a été conduit à Kayes, à la Station de recherche zootechnique du Toronké (SRZ/T), dans la zone semi-aride du Mali. Les précipitations moyennes annuelles sont de 600 à 800 mm et sont essentiellement concentrées sur la période de juillet à septembre. La zone présente des pâturages naturels constitués principalement de graminées et représentant la base de l'alimentation du bétail. Les activités économiques sont axées principalement sur l'agriculture et l'élevage.

Matériels

Animaux

Un total de vingt quatre moutons mâles castrés, de race Toronké, prélevés du troupeau ovin de la SRZ/T et pesant en moyenne 37,14±6,21 kg, ont été utilisés pour cet essai.

Rations alimentaires

Quatre rations à base de paille de brousse, supplémentées avec différentes proportions de fane de dolique ont été utilisées dans cette étude. Les niveaux d'apport de fane de dolique initialement prévus étaient de 0, 25, 50 et 75% de la ration totale. Cependant les proportions finales observées étaient de 0, 39,39, 70,67 et 84,62%. La paille de brousse, en provenance des alentours de la ville de Kayes, est essentiellement composée de Schenefeldia gracilis et de Schizachyrium exile. La fane de dolique a été produite par le programme de cultures fourragères de la SRZ/T. La pierre à lécher KNZ rouge a été utilisée comme complément minéral et vitaminique. Sa composition était la suivante: P:11%, Mg: 1,26%, NaCl: 41,7%, Ca: 9,0%, Fe: 1,0%, Co: 100mg/kg, I: 200mglkg, Mn: 1200 mg/kg, Cu: 450 mg/kg, Vitamine A: 140000 UI/kg, Vitamine D3:28000 UI/kg et Vitamine E:50 UI/kg.

Méthodes

Les vingt quatre moutons, vaccinés contre la pasteurellose et déparasités au Panacur (fenbendazole de méthyle) ont été répartis au hasard en 8 lots de 3 animaux chacun. Chacune des 4 rations a été assignée au hasard à 2 lots soit 6 moutons. Les animaux étaient alimentés deux fois (08h et 18h) par jour pendant 60 jours. Ils avaient libre accès à I'eau et à la pierre à lécher. Les quantités d'aliments ingérées ont été mesurées par pesée des quantités offertes et des quantités refusées. Les variations de poids ont été évaluées par pesée des moutons tous les 15 jours. Des échantillons d'aliments ont été analysés au laboratoire de nutrition animale de Sotuba. Les analyses chimiques ont porté sur la matière sèche (MS), les matières azotées totales (MAT = azote * 6,25), la matière grasse (MG), la cellulose brute (CB), les cendres (C), le calcium (Ca) et le phosphore (P). Les données ont été traitées par analyse de variance (randomisation totale).

Tableau 1. Composition chimique de la paille de brousse et de la fane de dolique utilisées dans l'essai

Eléments

Paille de brousse

Fane de dolique

Matière sèche (%)

90,55

86,30

Matières azxotées totales (%MS)

2,90

10,28

Cellulose brute (%MS)

40,41

31,69

Matère grass (%MS)

0,61

1,48

Cellulose brute (%

6,23

10,95

Phosphore (%MS)

0,32

0,16

Calcium (%MS)

0,20

0,73

Résultats et discussions

Composition chimique

La composition chimique de la paille de brousse et de la fane de dolique est présentée au tableau 1. Ce tableau montre que les caractéristiques nutritionnelles de la paille de brousse et de la fane de dolique diffèrent en plusieurs points. La fane de dolique a des teneurs plus élevées en PB, MG, C et Ca mais plus faibles en CB et en P que la paille de brousse.

Ingestion de matière sèche

L'effet de la supplémentation de la paille de brousse avec de la fane de dolique est présenté au tableau 2. Ce tableau montre que l'ingestion totale d'aliment dépend du niveau de supplémentation en fane de dolique (p<0,05). L'augmentation de la proportion de fane de dolique s'est traduite par une amélioration de l'ingestion totale de MS. Ce résultat est conforme à ceux rapportés par de nombreux autres auteurs. Ngwa et Tawah (1992) ont montré que l'addition de petites quantités de fane de légumineuses donnait de meilleurs résultats sur l'ingestion de la paille de riz comparée à l'utilisation de l'azote non protéique. Mosi et Butterworth (1985), dans une série d'expériences ont trouvé que la supplémentation des chaumes de céréales (maïs, orge et blé) avec une fane de légumineuse (Trifolium tembense) améliorait l'ingestion totale de matière sèche. L'augmentation de l'ingestion de matière sèche par addition de fane de légumineuse a été rapportée par d'autres auteurs (Minson et Milford, 1967; Lane, 1982; Moran et al., 1983).

Tableau 2. Effet des différents niveaux de supplémentation de la paille de brousse avec de la fane de dolique


Eléments

Rations (Lot)

1

2

3

4

Effectifs

6

6

6

6

Poids moyen initial (kg/tête)

40,07

34,24

37,00

35,86

Poids moyen final (kg/tête)

34,80

30,45

34,43

35,97

Gain moyen quotidien (g/tête)

-94a

-60b

-46c

2d

Ingestion de paille (kg/tête)

0,60

0,40

0,22

0,14

Ingestion de fane de dolique (kg/tête)

0,00

0,26

0,53

0,77

Ingestion total (kg/tête)

0,60a

0,66b

0,75c

0,91d

Porportion de fane (%)

0,00

39,39

70,67

84,62

Les chiffres de la même ligne suivis de lettres différentes sont significativement différents au seuil de 5%.

Performance pondérale

II ressort du tableau 2 que les performances pondérales ont varié (p<0,05) en fonction de la proportion de fane de dolique dans les rations. Dans les trois rations contenant respectivement 0, 39,39 et 70,67% de fane de dolique, les moutons ont enregistré des pertes de poids estimées à 94, 60 et 46 g respectivement. De nombreuses études confirment que les fourrages de qualité médiocre (paille de brousse et chaumes de céréales) sont si pauvres en protéines et en énergie digestible qu'ils ne peuvent satisfaire les besoins d'entretien des animaux. Seul le lot recevant 84,62% de sa ration en fane de dolique a connu un gain moyen quotidien de 2 g.

Le gain de poids est proportionnel à la teneur de la ration en fane de dolique. Ce phénomène s'explique d'abord par le taux d'azote très faible des deux premières rations. La littérature rapporte un taux minimum de 8% de matières azotées totales pour un bon fonctionnement du rumen. C'est aux proportions de 70,67 et 84,62% de fane de dolique que les rations contiennent au moins 8% de MAT.

La perte de poids du lot 3 (70,67% de fane de dolique) et le gain de poids du lot 4 (84,62% de fane de dolique) s'expliquent principalement par un déficit énergétique des rations.

Analyse coût/bénéfice

Grâce aux efforts conjugués de la recherche et des services de vulgarisation, la fane de dolique est actuellement produite par une large proportion d'agroéleveurs et occupe la première place des cultures fourragères vulgarisées au Mali. L'hypothèse retenue pour l'analyse est basée sur le fait que la ration contenant 84,26% de fane de dolique a permis non seulement d'assurer les besoins d'entretien mais aussi un gain quotidien de 2g. Le régime sans fane de dolique a occasionné une perte de poids de 94g. Cependant la ration contenant 84,26% de fane permet non seulement d'éviter une telle perte de poids, mais, d'assurer un gain de 2g/j.

Le gain potentiel a été de 5760g ((94 + 2) 60j). La valeur ajoutée est de 4665 Fcfa (5,76 kg x 900 Fcfa). La quantité de fane de dolique ingérée étant de 46 kg (0,77kg 60j), son coût est de 4370 Fcfa (46 kg x 95 Fcfa), soit un revenu additionnel positif de 295 Fcfa (4665 Fcfa - 4370 Fcfa).

Conclusion

Cette étude montre que la supplémentation de la paille de brousse avec de la fane de dolique améliore l'ingestion de matière sèche et le gain de poids des moutons. Cependant, même avec une proportion élevée de fane de dolique (84,62%) dans la ration, le gain de poids a été faible (2g/tête/jour). En effet, le taux de matières azotées totales des rations contenant 70,67 et 84,62% de fane est dans les normes couramment admises pour les essais d'engraissement. L'apport d'énergie est resté faible et semble être le facteur limitant les performances pondérales. L'analyse financière de l'opération montre que le revenu additionnel est positif. Cependant pour une intensification de la production de viande ovine, l'apport d'un aliment énergétique serait nécessaire.

Références bibliographiques

Devendra C. 1982. Perspectives in the utilisation of untreated rice straw by ruminants in Asia. In: P. T. Doyle (Editor); The Utilisation of Fibrous Agricultural Residues as Animal Feeds. School of Agriculture and Forestry, The University of Melbourne, Parkville, Vic. 191 p.

Lane I R. 1982. Effects of forage legume supplements on intake and apparent digestibility of grass. In: P T. Doyle (Editor); The Utilisation of Fibrous Agricultural Residues as Animal Feeds. School of Agriculture and Forestry, The University of Melbourne, Parkville, Vic. 191 p.

McMeniman N P. Elliot R and Ash A J. 1988. Supplementation of rice straw with crop byproducts. 1. Legume straw supplementation. Animal Feed Science and Technology, 19: 43-53.

Minson D J and Milford R. 1967. The volontary intake and digestibility of diets containing different proportions of legume and mature Pangol grass (Digitaria decumbens). Aust. J. Exp. Agric Anim. Husb., 7: 546-551

Moran J B. Satoto K B and Dawson J E. 1983. The utilisation of rice straw fed to zebu cattle and swamp buffalo as influenced by alcali treatment and Leucaena supplementation. Aust. J. Agric. Res. 34: 73-84.

Mosi A K and Butterworth M H. 1985. The volontary intake and digestibility of diets containing different proportions of tef (Eragrostis tef) straw and Trifolium tembense hay when fed to sheep. Trop. Anim. Prod., in press.

Ngwa A T and Tawah C L. 1992. Effects of legume crop residues and concentrate supplementation on volontary intake and performance of kirdi sheep fed a basal diet of rice straw. In: The complementarity of feed resources for Animal production in Africa. Proc. of the Joint Feed Res. Networks Workshops held in Gaborone, Botswana 4-8 March 1991, p. 239-248

Pearce G R. Lee J A, Simpson R J and Doyle P T. 1988. Sources of variation in the nutritive value of wheat and rice straws. In: Plant Breeding and the Nutritive Value of Crop Residues. Proc. of workshop held at ILCA, Addis Ababa, Ethiopia 7-10 Dec. 1987 p. 195-229.


Previous Page Top of Page Next Page