Previous Page Table of Contents Next Page


La croissance compensatrice chez les agneaux Horro en Ethiopie

Résumé

Cette étude porte sur la croissance compensatrice d'agneaux Horro précédemment élevés sur pâturages naturels de qualité médiocre au cours de la saison sèche et recevant ad libitum un complément de concentré. L'efficacité de la conversion partielle des aliments et les caractéristiques des carcasses ont également été examinées. La période d'essai a été divisée en trois phases de 63 (phase 1), 49 (phase 2) et 74 (phase 3) jours. Quatre groupes (1 à 4) de 10 agneaux chacun ont été constitués. Le groupe 4 était le groupe témoin et n'avait reçu aucun complément alimentaire. Les trois autres groupes avaient reçu des niveaux élevés de complément au cours de la phase 3 alors qu'ils n'en n'avaient pas du tout reçu soit au cours des phases 1 et 2 (groupe 3), soit de la phase 1 uniquement (groupe 2) ou durant l'une des deux phases (groupe 1). Au cours de la phase 1, les agneaux du groupe 1 avaient gagné 1,5 kg alors que ceux des autres groupes avaient perdu 2,0 kg. Au cours des phases 2 et 3, les agneaux des groupes 2 et 3 respectivement ont connu une croissance compensatrice. Les différences de poids observées entre les groupes 1, 2 et 3 pendant les phases précédentes n'étaient plus significatives au cours de la dernière phase. Le coefficient d'efficacité de la conversion partielle des aliments était plus élevé chez les agneaux ayant enregistré une croissance compensatrice que chez ceux dont la croissance était continue, notamment lorsque les différences de poids vif entre eux n'étaient plus significatives. Il y avait une corrélation très significative (P<0,01) entre toutes les mesures des carcasses et les poids vifs, les coefficients variant de 0,66 à 0,99. Cette étude montre que lorsque la complémentation de saison sèche est impraticable, les agneaux Horro peuvent être élevés uniquement sur pâturages naturels et recevoir des compléments par la suite. Cela leur permet d'enregistrer une croissance compensatrice et d'utiliser plus efficacement les aliments que si leur croissance avait été maintenue grâce à une complémentation.


Previous Page Top of Page Next Page