Efficacité de la mise en défens testée dans l’aménagement d’un petit bassin versant de Thysse Kaymor (Sénégal).

Par Diatta M1, Albergel J2
Perez P3, Faye E1
Séne M1, et Grouzis M4

1 ISRA, BP. 53 Bambey, Sénégal;
3 IRD, BP 434 1004 El Menzah Tunisie, Tunis
4 IRD, BP.434 Antananarivo, 101 Madagascar


 

 

 

Cette étude est extraite du bulletin du réseau érosion no 20 (2000) publié par l’IRD et la GTZ.

Résumé

Dans le Sud du bassin arachidier en général et dans la communauté rurale de Thyssé Kaynior en particulier, les défrichements, le surpâturage et la surexploitation des ligneux exposent les sols superficiels des plateaux résiduels a l’agressivité des pluies: d’où un ruissellement important et une érosion intense dans les zones de cultures en aval. Le contrôle de ce phénomène requiert des aménagements qui favorisent la revégétalisation et la restauration des couvertures pédologiques. Parmi celles-ci la mise en défens est une technique qui consiste a mettre au repos, par des rotations périodiques, des surfaces dégradées afin d’y favoriser la restauration de l’écosystème. L’étude de son efficacité sur la maîtrise du ruissellement et la stabilisation de l’érosion hydrique s’est déroulée dans les formations végétales dégradées du plateau résiduel des hauts de toposéquence d’un petit bassin versant de 60 ha du terroir villageois de Thyssé Kaymor. Après quatre années de protection intégrale, l’étude du ruissellement et de l’érosion en condition de pluies naturelles est réalisée dans un couple de parcelles d’érosion de 50 m l’une à l’intérieur de la mise en défens et l’autre sur le témoin non protégé.

Les résultats obtenus montrent la possibilité de réduire significativement le ruissellement et l’érosion des particules fines par la simple mise en défens des zones déboisées. En effet, il a suffit de 4 années de mise en défens pour assurer la régénération et Ie développement de la végétation spontanée au niveau des terres marginales du plateau résiduel a Thyssé Kaymor (augmentation de 50% du nombre d’espèces et multiplication par 2 & 3 de la densité de végétation par rapport au témoin). Cette régénération se traduisant par une amélioration remarquable des caractéristiques physiques des sols, le ruissellement est devenu faible à négligeable, trois fois inférieur a celui du témoin et l.érosion est réduite de 4 à 11 fois dans la mise en défens. La question qui mérite d.être soulevée est de savoir comment dans un contexte de pression démographique croissante gérer dans le moyen et long terme la mise en défens.

La version complète de ce document est disponible au format PDF (15 pp; 476 Kb) à ce lien:

ftp://ftp.fao.org/docrep/nonfao/lead/x6208f/x6208f00.pdf