Table des matières - Précédente - Suivante


Nettoyage

1. Prénettoyeur par ventilation
2. Prénettoyeur a tambour
3. Prénettoyeur circulaire à turbine
4. Nettoyeur a tambour
5. Nettoyeur-séparateur

Il est indispensable de bien nettoyer le grain provenant de la moisonneuse-batteuse, que ce soit pour le livrer directement à l'organisme stockeur, pour le sécher et pour le conserver.

Dans le cas des céréales à paille, cette opération a pour but d'enlever les « verdillons » et autres déchets (balles, paille, etc..) qui nuisent à leur bonne conservation, tout en permettant d'obtenir une meilleure présentation et un poids spécifique plus élevé. Pour le maïs et les oléagineux le prénettoyage permet d'éliminer toutes les parties humides souvent de grosses dimensions (morceaux de tige, rafles, siliques, etc..) avant le passage au séchoir. On réduit ainsi considérablement les risques de bourrages, donc d'incendies, et dans le même temps on diminue le coût du séchage en retirant les déchets plus humides que le grain.

Pour ces opérations il existe un certain nombre d'appareils qui vont du simple prénettoyeur par ventilation du flux de grain au nettoyeur-séparateur travaillant « façon semences ».

Les équipements actuellement disponibles sont les suivants

1. Prénettoyeur par ventilation

Il s'agit d'un appareil qui effectue seulement le tri du grain et des particules légères ou sèches et volumineuses par ventilation. Le flux de grain traverse une chambre équipée de chicanes. Un courant d'air d'un débit réglable la traverse et fluidise l'ensemble du produit en évacuant les déchets légers et en laissant passer le grain.

Cet appareil ne fonctionne de façon efficace que sur grain sec et n'effectue qu'un nettoyage sommaire. De faible encombrement et d'un poids réduit, il s'adapte assez facilement sur tout circuit de manutention. Ce matériel est très robuste, mis à part le ventilateur, aucune pièce n'est en mouvement. La puissance nécessaire est faible puisqu'il faut environ 1 ch pour un débit de 150 quintaux/heure. L'entretien se limite au nettoyage des parties obliques où peuvent s'accumuler des déchets humides. Il faut adapter le débit d'air à chaque espèce traitée de façon à éviter l'entrainement du grain dans les impuretés (ou l'inverse).

Principe d'un prénettoyeur par ventilation type PMP (Doc. Lorin).

2. Prénettoyeur a tambour

Cet appareil est aussi appelé épurateur ou émotteur à tambour rotatif.

Le grain non nettoyé tombe sur un crible rotatif et le traverse. Les grosses impurtetés ne passant pas au travers de ce crible sont éliminées. Le grain ayant traversé le tambour est soumis à un courant d'air qui entraîne les particules légères et les fines brisures.

Le crible est dégommé en permanence par une brosse ou par des boules de caoutchouc enfermées dans le tambour. Sur certains modèles le crible rotatif est en même temps soumis à des secousses rapides et de faible amplitude.

Ce matériel peut travailler sur tous les grains: en nettoyage de céréales à paille, mais surtout en prénettoyage de maïs humide et d'oléagineux avant séchage. Il faut alors savoir que le débit annoncé pour des céréales à paille chute de 30 à 40 %. En fin de campagne de séchage, il faut nettoyer manuellement le crible et graisser tous les paliers.

La puissance nécessaire à ce type de matériel est très variable suivant les constructeurs puisque pour 1 ch les débits vont de 100 à 500 quintaux/heure.

Principe d'unépurateur émotteur rotatif type Criblema 1600 (Doc. Morilon)

3. Prénettoyeur circulaire à turbine

Dans ce type d'appareil le grain est amené soit par le dessus soit sur le côté de l'appareil et tombe sur un cône de répartition réglable qui le distribue d'une manière uniforme sur le pourtour de l'appareil.

L'aspiration d'air réglable enlève les déchets (balles, paille, poussière, pellicules roses du maïs, etc..) et les fines brisures, qui sont évacués vers l'extérieur ou qui passent dans un cyclone pour être récupérés en sac.

Ce matériel travaille avec une efficacité maximale sur les grains secs. Son faible encombrement permet une adaptation assez facile dans des circuits de manutention déjà existants.

La puissance demandée par cet appareil est réduite; de l'ordre de 1 ch pour un débit de 80 à 100 quintaux/heure. L'entretien de ce matériel est minime puisque la partie mécanique se limite à la turbine et donc un nettoyage manuel des parties coniques suffit à assurer un bon fonctionnement.

Principe d'un nettoyeur à turbine type DA 67 (Doc. Daguet).

4. Nettoyeur a tambour

Ce matériel de nettoyage est aussi appelé nettoyeur-calibreur car il peut être utilisé pour calibrer les céréales, il suffit pour cela de jouer sur les dimensions des perforations du crible rotatif.

Le nettoyage du grain s'effectue en deux temps, tout d'abord par aspiration et ensuite par criblage. Avant son introduction dans le tambour, le grain est soumis à un courant d'air qui élimine les produits mi-lourds. Ensuite il descend le long du crible rotatif incliné. Les petites impuretés sont séparées en premier, puis vient le grain propre et en fin de tambour les gros déchets sont évacués. Le dégommage des grilles est assuré soit par un rouleau caoutchouc parallèle au crible et roulant sur ce dernier, soit par un jeu de brosses. Ces grilles sont amovibles et interchangeables, ce qui permet le nettoyage ou le calibrage de tous les grains.

L'essentiel de l'entretien du matériel consiste en un nettoyage régulier des grilles amovibles du crible (au moins une fois à chaque changement de céréales) et un graissage des paliers des différents axes s'il y a lieu (se référer aux préconisations du constructeur).

Lorsque l'on utilise l'appareil en nettoyeur classique, il faut une puissance de 1 ch pour un débit de 70 quintaux/heure. Par contre si l'on veut effectuer un calibrage d'orge, il faut diminuer le débit de 70 à 80 % pour obtenir un résultat correct. A l'inverse pour un prénettoyage rapide, en n'utilisant que la partie nettoyage par aspiration de l'appareil, on augmente le débit de 60 à 70 %.

Principe d'un nettoyeur-calibreur Marot, Type EAC 600 (Doc. Law).

Toujours sur ce principe de nettoyage par crible rotatif il existe un matériel original dans lequel les tamis cylindriques ont un axe de rotation vertical, il s'agit du nettoyeur-séparateur à tambours planétaires.

Principe d'un nettoyeur-séparateur à tambours planétaires type SIGMA TS 10 (Doc. Damas)

Un distributeur répartit les grains à nettoyer dans les tambours, chaque tambour est constitué de 2 tamis cylindriques. Ces tamis sont animés d'un mouvement planétaire, c'est-à-dire tournant autour de leur propre axe de rotation en même temps qu'ils tournent autour de l'axe de la machine.

La force centrifuge projette les grains contre les tamis. Les grosses impuretés sont éliminées et récupérées à la base du cylindre. Seuls les grains et les petites particules passent au travers du premier tamis. Le second ne laisse passer que les petites impuretés. Les grains prénettoyés se trouvent donc entre les deux cylindres. Les trois produits sont récupérés dans trois goulottes annulaires. Les déchets sont alors refoulés vers les sorties. Les grains sont envoyés vers l'aspirateur cylindrique qui permet d'enlever les impuretés légères.

Le dégommage des tamis est assuré par un jeu de brosses situées au centre de l'appareil.

Variation du débit de grain d'un nettoyeur-calibreur à tambour en fonction de son utilisation.

MODE D'UTILISATION DEBIT DE GRAIN (QUINTAUX/HEURE)
CEREALES A PAILLE SECHES MAIS HUMIDE
PRENETTOYAGE 110 à 120 35
NETTOYAGE 70 50
CALIBRAGE 15 à 20 -

5. Nettoyeur-séparateur

C'est l'appareil qui effectue le nettoyage le plus poussé des céréales, à faible débit il peut réaliser un travail type « semences ».

Les grains sont introduits dans l'appareil par une trémie d'alimentation. Une vanne à contrepoids ainsi qu'un rouleau cannelé assurent une nappe régulière du grain et une distribution sur toute la largeur de la grille. Les grains passent alors dans un courant d'air et tombent sur la grille supérieure. Celle-ci arrête les grosses impuretés (cailloux, épis, spathes, tiges, etc..) qui sont évacuées sur le côté. Au passage dans le courant d'air une grande partie des déchets est éliminée, ces derniers sont récupérés dans une chambre de détente puis sont évacués par une vis ou un rouleau à palettes. Le dégommage de cette première grille est assuré par des boules en caoutchouc, des marteaux ou des brosses.

Les grains ayant traversé cette grille tombent sur une deuxième, à perforations plus fines, qui élimine les petites impuretés (brisures, terre, graines étrangères, etc.). Le dégommage de cette seconde grille est généralement assuré par un jeu de brosses en nylon. Les deux grilles sont soumises à des secousses rapides et de faible amplitude. Avant sa sortie de l'appareil, le bon grain subit un ultime nettoyage par aspiration des fines particules restantes.

Le nettoyeur-séparateur utilisé en nettoyage classique demande une puissance de 1 ch pour un débit de 110 quintaux/heure en céréales à paille.

En nettoyage type « semences » le débit baisse de 70 à 80 % environ. Lorsqu'il est utilisé comme prénettoyeur de maïs humide avant séchage le débit chute d'au moins 50 % et il faut surveiller très attentivement les grilles qui ont tendance à se colmater très rapidement.

Il faut choisir judicieusement l'emplacement d'un tel appareil en tenant compte des importantes vibrations qu'il provoque, il doit être impérativement fixé sur un support rigide pour garder son efficacité. L'entretien se limite à la vérification de l'état des grilles (propreté et usure), au bon fonctionnement du dégommage (usure des brosses) et au graissage des différents roulements.

Principe d'un nettoyeur-séparateur type D 200 (Doc. Denis).


Table des matières - Précédente - Suivante