W/W0690/c - F.855
ARC/96/4 - SUPL.1
Mars 1996

DIX-NEUVIEME CONFERENCE REGIONALE DE LA FAO POUR L'AFRIQUE
Ouagadougou (Burkina Faso), 16-20 avril 1996
CAMPAGNE "NOURRIR LE MONDE"

1. En décidant de convoquer à Rome, du 13 au 17 novembre 1996, un Sommet mondial de l'alimentation qui réunirait les chefs d'Etat et de gouvernement, la Conférence de la FAO a réaffirmé dans sa Résolution 2/95, adoptée le 31 octobre 1995, "le droit inaliénable d'être libéré de la faim et de la malnutrition" proclamé dans la Déclaration universelle sur l'éradication de la faim et de la malnutrition, qui a été adoptée par la Conférence mondiale de l'alimentation en 1974. Elle a aussi réaffirmé la nécessité de parvenir à la sécurité alimentaire pour tous, telle qu'elle est stipulée dans la Déclaration sur l'alimentation et l'agriculture à l'occasion du cinquantième anniversaire. La Conférence a admis le fait que la faim et la malnutrition pouvaient constituer une menace pour la sécurité des nations, des régions et de la communauté mondiale. Elle a en outre reconnu qu'il fallait entreprendre des activités visant à garantir la sécurité alimentaire à tous les niveaux, en particulier au niveau des ménages, dans le cadre du développement durable défini dans Action 21.

2. En définissant les objectifs du Sommet, la Conférence a déclaré notamment que celui-ci devrait sensibiliser l'opinion mondiale au problème de la sécurité alimentaire et promouvoir la recherche de solutions et qu'il devrait également définir un cadre de politique générale et adopter un Plan d'action qui serait mis en oeuvre par les gouvernements, les institutions internationales et tous les secteurs de la société civile, en vue de progresser constamment dans la voie de la sécurité alimentaire universelle.

3. La Conférence a rappelé la contribution utile des organisations non gouvernementales, du secteur privé, des milieux universitaires et des chercheurs, ainsi que des médias et d'autres groupes, aux conférences et initiatives internationales. A cet égard, tout en invitant les pays à participer activement aux préparatifs et aux activités de suivi, la Conférence leur a demandé d'encourager aussi la participation de ces différents secteurs de la société au processus préparatoire, au Sommet proprement dit le cas échéant et aux mesures qui y feront suite.

4. Afin que le Sommet soit couronné de succès et que la Campagne sur le thème "Nourrir le monde" aboutisse, il est essentiel que les initiatives qui seront prises pour donner suite au Sommet fassent l'objet d'une action concertée et coordonnée à l'échelle des pays, avec la participation non seulement des gouvernements, mais aussi des organisations non gouvernementales, du secteur privé, des milieux universitaires et des instituts de recherche, des femmes, des associations de jeunes et de la société civile en général. Cette participation des différents segments de la société pourrait se faire par le biais d'un mécanisme mis en place dans les pays, qui constituerait le moteur des efforts déployés pour atteindre l'objectif fixé à l'échelle nationale et internationale. Ce mécanisme serait la force motrice d'une Campagne sur le thème "Nourrir le monde", qui pourrait être lancée par le Sommet mondial de l'alimentation afin de maintenir l'élan engendré par ce Sommet, de seconder l'action entreprise et de garantir le succès des activités de suivi.

5. La Campagne "Nourrir le monde" susciterait ainsi un mouvement d'opinion grâce auquel le grand public serait informé des questions fondamentales liées à la sécurité alimentaire; elle proposerait des solutions aux problèmes de production vivrière et de sécurité alimentaire; enfin, elle faciliterait le dialogue et la collaboration entre les gouvernements, le secteur privé, les organisations non gouvernementales et la société civile dans son ensemble. La Campagne pourrait jouer un rôle décisif en facilitant la mise en oeuvre des mesures qui feront suite au Sommet mondial de l'alimentation. Le mécanisme national mis en place pour promouvoir la Campagne "Nourrir le monde" pourrait être placé sous la responsabilité du secteur non gouvernemental, ce qui lui permettrait de fonctionner avec plus de souplesse et de dynamisme et de compléter l'action menée par les comités nationaux FAO, avec lesquels il devra établir des liens étroits.

6. La Conférence régionale pourrait envisager de recommander que la Campagne "Nourrir le monde" soit lancée au moment même où se tiendra le Sommet mondial de l'alimentation, qui en définirait le mandat et les objectifs. Le dispositif qui servira de support à cette Campagne sera adapté à la situation particulière de chaque pays.