FAO.org

Accueil > Journée mondiale de l'alimentation, 16 octobre > 2016 > Thème
Journée mondiale de l'alimentation, 16 octobre 2016

Le climat change, l’alimentation et l’agriculture aussi.

La sécurité alimentaire est l’une des questions principales liée au changement climatique. Les plus pauvres du monde, pour la plupart des agriculteurs, des pêcheurs et des éleveurs, sont le plus fortement touchés par la hausse des températures et la fréquence croissante des catastrophes liées au climat.

Parallèlement, la population mondiale connaît une croissance continue et devrait atteindre 9,6 milliards de personnes d’ici 2050. Pour satisfaire une telle demande, l’agriculture et les systèmes alimentaires devront s’adapter aux effets négatifs du changement climatique et devenir plus résilients, plus productifs et plus durables. C’est le seul moyen que nous avons de garantir le bien-être des écosystèmes et des populations rurales, tout en réduisant les émissions.

Cultiver des aliments de façon durable revient à adopter des pratiques permettant de produire plus avec moins sur une même surface, en faisant un usage judicieux des ressources naturelles. Cela revient également à réduire les pertes alimentaires, avant d’en arriver au produit final ou à la vente, au travers d’un certain nombre d’initiatives, notamment en améliorant la récolte, le stockage, le conditionnement, le transport, les infrastructures, le fonctionnement des marchés, ainsi que les cadres institutionnels et juridiques.

C’est pourquoi, notre message pour la Journée mondiale de l’alimentation est «Le climat change, l’alimentation et l’agriculture aussi.»

Ce concept correspond à la période cruciale au cours de laquelle sera célébrée la Journée mondiale de l’alimentation, juste avant la prochaine Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques, COP 22, qui se tiendra du 7 au 18 novembre 2016, à Marrakech, au Maroc.

La FAO appelle les pays à inclure les questions relatives à l’alimentation et l’agriculture dans leurs plans d’action sur le climat et à investir davantage dans le développement rural.

En renforçant la résilience des petits exploitants agricoles, il est possible de garantir la sécurité alimentaire pour les populations qui souffrent de plus en plus de la faim dans le monde, et de réduire les émissions..

Le saviez-vous?

L’élevage est à l’origine de près des deux tiers des émissions de gaz à effet de serre (GES) d’origine agricole et de 78 pour cent des émissions agricoles de méthane. La FAO collabore avec les pays pour améliorer la gestion de l’élevage et atténuer les effets du changement climatique.

L’impact négatif du changement climatique sur les ressources naturelles, de la diminution mondiale de l’approvisionnement en eau et de sa qualité à la dégradation des sols, souligne l’importance croissante de la nécessité d’utiliser ces ressources de façon durable. Une bonne gestion des sols et des forêts, par exemple, peut entraîner une absorption naturelle du dioxyde de carbone, réduisant ainsi les émissions de gaz à effet de serre.

La FAO estime que la production vivrière mondiale doit augmenter de 60 pour cent environ pour nourrir une population plus nombreuse. Le changement climatique compromet cet objectif, mais la FAO et ses pays membres travaillent à des solutions.

Plus d’un tiers de la production alimentaire mondiale est perdue ou gaspillée. Cela équivaut à environ 1,3 milliard de tonnes par an. Le méthane émis par la nourriture en décomposition est 25 fois plus puissant que le dioxyde de carbone.

D’ici à 2050, on s’attend à une baisse de 40 % des captures de la plupart des espèces de poisson dans les tropiques, où la sécurité alimentaire et nutritionnelle dépend fortement du secteur des pêches. Le Code de conduite de la FAO pour une pêche responsable fournit des orientations aux gouvernements et aux acteurs privés sur la conservation et la gestion des océans, des rivières et des lacs, au niveau mondial.

Le déboisement et la dégradation des forêts représentent encore environ 10 à 11 pour cent des émissions mondiales de GES. La FAO met à disposition des propriétaires forestiers et d’autres parties prenantes une boîte à outils permettant de gérer durablement les forêts.

L’objectif mondial est d’atteindre le défi Faim Zéro d’ici à 2030; le changement climatique est une question à laquelle il faudra faire face si l’on souhaite poursuivre la lutte contre la faim et parvenir à cet objectif. La FAO apporte son aide aux pays afin d’améliorer les systèmes alimentaires à l’échelle mondiale et atteindre cet objectif.