FAO.org

Accueil > Journée mondiale de l'alimentation, 16 octobre > 2017 > Mon Histoire
Journée mondiale de l'alimentation, 16 octobre 2017

Mon Histoire

"Nous avons appris beaucoup de choses par ce projet. Nous espérons en apprendre encore davantage ces prochains jours. Si nous apprenons d'autres choses, il n'y aura plus besoin d'aller à l'étranger."
"On est triste quand on doit partir. On se sent coupé de sa famille. Je m’inquiétais pour les miens- pour ma femme, pour mes enfants."
"J'ai pensé à migrer, mais j'ai finalement décidé de rester sur ma terre"
"Je suis heureux de pouvoir travailler dans mon pays. Je travaille pour changer de vie."
"Je rêvais d'envoyer ma fille dans une bonne école."
"Ce serait mieux de travailler ici sur nos parcelles pour offrir une meilleure éducation à nos enfants sans devoir abandonner nos champs."
"Je ne sais pas comment j’ai fait pour sauver ma peau."
"Il y a d'innombrables ressource s qui n'ont jamais été exploitées."
"Nous sommes arrivés ici comme personnes déplacées. Nous avons dû quitter notre maison qui a été attaquée. Nous sommes partis juste après."
"Maintenant je vois les opportunités que j’ai ici chez moi et avec ma famille."
"Mes plantes poussent. Je vais pouvoir les récolter et avoir de la nourriture."
"Avec l'aide de la FAO, nous pouvons envoyer nos enfants à l'école et nous lançons un programme de petits déjeuners scolaires."
"La situation était si violente que je ne pouvais plus supporter ça."
"Nous avons besoin de paix parce que si nous avons une stabilité économique et de quoi manger, nous réussirons et nous nous affranchirons de tous les problèmes que l'on peut voir dans les zones urbaines. Nous construisons la paix un pas aprè"
"J'ai maintenant l'espoir que ma famille ait assez à manger et puisse même vendre une partie de notre production pour acheter d'autres produits de base."
"Au sein de ma communauté, nous avons souvent à prendre des décisions très difficiles, comme envoyer les enfants ou même les bébés à l'étranger."
"Vous ne pouvez pas imaginer la douleur de devoir quitter votre foyer et vivre la vie d'un immigrant dans votre propre pays."
"Je vais maintenant apprendre l'agriculture, car c'est une occasion pour moi de reprendre ma vie en main."
"L'argent est là, devant ma porte."
"Je ne suis plus inquiète du lendemain comme avant; je me sens plus forte et j'ai confiance."
"Nous voulons développer notre entreprise d'horticulture et être un modèle pour d'autres jeunes de la région."
"Chaque soir, je me pose et je me mets à penser comment je pourrais donner à ma communauté les moyens d'agir. Que pourrions-nous faire mieux ?"
"J'étais sur le point de migrer pour trouver du travail et des revenus. J'ai changé d'avis et j'ai adhéré à cette initiative."
"Je voudrais continuer la formation et grâce aux nouveaux revenus, j'ai acheté des outils pour montrer à ma famille comment on produit du café."
"Avec l'aide de la FAO pour remettre mes terres en état, j'ai semé de l'okra et d'autres légumes sur un demi-acre"
"Grâce à l'Open School pour les femmes, je peux désormais cultiver et vendre plus de légumes. Durant toute la saison, ma famille et moi mangeons des légumes frais sans produits chimiques."

Partagez