Nziengui Diawara

"À l'avenir, je voudrais obtenir une parcelle d'au moins un hectare pour former des personnes malvoyantes et malentendantes à ce type d'agriculture".

Gabon

Au Gabon, un programme innovant encourage les familles à cultiver des légumes et des herbes aromatiques dans des micro-potagers à domicile, en particulier maintenant que les mesures de lutte contre la pandémie de Covid-19 menacent l'accès aux marchés et aux champs. Jusqu'à présent, 8 000 familles ont bénéficié de ce programme mis en œuvre conjointement par la FAO et le Gouvernement du Gabon.

Un bénéficiaire du programme, Nziengui Diawara, souhaite maintenant partager les techniques agricoles qu'il a apprises avec des personnes ayant des déficiences visuelles et auditives. En première ligne de la pandémie, il est l'un des nombreux héros de l'alimentation qui contribuent à garantir l'accès de tous à la nourriture.

C'est avec une grande détermination que Nziengui s'est lancé dans cette initiative. Sans moyens financiers, il a récupéré des boîtes de conserve, des bouteilles, des bocaux et d'autres matériaux nécessaires à la réalisation de son projet de micro-potager. Les micro-potagers sont un exemple de cultures hors sol de légumes, herbes et autres plantes vivrières qui peuvent être cultivés dans n'importe quel récipient récupéré.

Les membres de la communauté ont reconnu les efforts de Nziengui et lui ont offert des objets usagés, ce qui, en même temps, contribue à préserver l'environnement.

Sur une surface d'à peine sept mètres carrés, Nziengui a réussi à cultiver près de quinze variétés de légumes pour la consommation de sa famille, en utilisant uniquement des engrais naturels et des biopesticides afin de lutter contre les parasites.

Son succès a suscité l’intérêt de la part des voisins et des commerçants qui l’ont interrogé sur ses techniques agricoles.

Nziengui ne s'est pas arrêté là. Formé comme interprète en langue des signes, il veut enseigner les techniques de culture maraîchère aux personnes malvoyantes et malentendantes.

"À l'avenir, je voudrais obtenir une parcelle d'au moins un hectare pour former les personnes malvoyantes et malentendantes à ce type d'agriculture", a-t-il déclaré.

"En plus d'être bénévole, Nziengui a introduit l'innovation dans sa ferme. C'est le type d'initiative que nous allons soutenir et étendre à tout le territoire", a affirmé Biendi Maganga Moussavou, ministre gabonais de l'agriculture, de l'élevage, de la pêche et de l'alimentation, à l'issue d'une visite à la FAO.

Retour