Samar Ibrahim

“There have been changes in my life and the women laborers’ lives. The income is certainly higher now. There is something new every day”

Égypte

Samar Ibrahim El Askary travaillait auparavant dans une station d'exportation d'agrumes et de raisins en Égypte. Aujourd'hui, elle supervise une unité dans un projet destiné à réduire les pertes alimentaires tout en créant de nouveaux revenus grâce aux abondantes cultures de tomates du pays.

“J'ai un bon travail qui marche bien,” dit Samar, qui vient d'Abu El Matamir, Janaklis. Elle admet qu'elle a dû s'habituer à passer beaucoup de temps au soleil après avoir travaillé dans des locaux climatisés.

“Il y a eu des changements dans ma vie et dans celle des autres travailleuses. Les revenus sont certainement meilleurs maintenant. Il y a du nouveau tous les jours.”

Cette nouvelle orientation a été possible pour Samar grâce à une activité de la FAO de transformation des tomates séchées au soleil. Celle-ci fait partie d'une plus vaste initiative visant à réduire les pertes et gaspillages alimentaires et à développer la chaîne de valeur agricole en Égypte.

L’Égypte produit entre 8,5 et 9 millions de tonnes de tomates chaque année, mais plus de la moitié sont complètement gâtées ou semblent abîmées lorsqu'elles arrivent dans les rayons.

Après avoir suivi une formation, Samar, a, à son tour, formé d'autres femmes. Elle explique que beaucoup de travailleuses dépendent entièrement des revenus du projet de transformation des tomates. Elles ont toutes acquis, dit-elle, de nouvelles compétences qu'elles peuvent utiliser à la maison.

Back to stories page