Situation alimentaire mondiale

Indice FAO des prix des produits alimentaires

L’indice FAO des prix des produits alimentaires est une mesure de la variation mensuelle des cours internationaux d’un panier de produits alimentaires de base. Il s’agit de la moyenne des indices des cinq groupes de produits de base, pondérée selon la part respective moyenne des exportations de chacun des groupes pour la période 2014-2016. Un article publié dans le numéro de juin 2020 des Perspectives de l’alimentation présente les modifications apportées à l’indice, à savoir la révision de la période de référence et l’élargissement du panier de produits, qui seront appliquées à partir de juillet 2020. Cet article de novembre 2013 contient des informations techniques sur les formules précédemment employées pour composer l’indice.

Dates de sortie mensuelle pour 2021: 7 janvier, 4 février, 4 mars, 8 avril, 6 mai, 3 juin, 8 juillet, 5 août, 2 septembre, 7 octobre, 4 novembre, 2 décembre.

Nette hausse de la valeur de l’Indice FAO des prix des produits alimentaires en mai

Date de parution: 03/06/2021

» L’Indice FAO des prix des produits alimentaires s’est établi en moyenne à 127,1 points en mai 2021, soit une hausse de 5,8 points (4,8 pour cent) par rapport à avril et pas moins de 36,1 points (39,7 pour cent) de plus que sa valeur à la même période l’année dernière. La hausse enregistrée en mai est la plus forte progression mensuelle de l’indice depuis octobre 2010. Il s’agit également de la douzième hausse mensuelle consécutive de la valeur de l’indice, qui atteint son niveau le plus haut depuis septembre 2011 et s’établit à seulement 7,6 pour cent de son niveau record, 137,6 points, enregistré en février 2011. La nette hausse enregistrée en mai s’explique par la forte progression des prix des huiles, du sucre et des céréales, ainsi que par le raffermissement des prix de la viande et des produits laitiers.

» L’Indice FAO des prix des céréales s’est établi en moyenne à 133,1 points en mai, en hausse de 7,6 points (6,0 pour cent) par rapport au mois d’avril et de 35,7 points (36,6 pour cent) par rapport à sa valeur de mai 2020. Parmi les principales céréales, les prix internationaux du maïs sont ceux qui ont le plus progressé. Ils gagnent 12,9 points (8,8 pour cent) en mai et s’établissent à 75,6 points (89,3 pour cent) de plus que leur valeur de l’année dernière, soit leur niveau le plus haut depuis janvier 2013. La révision à la baisse des perspectives de production pour le Brésil a accru la pression sur les disponibilités mondiales, qui étaient déjà limitées en raison d’une demande qui ne faiblit pas. Toutefois, vers la fin du mois, les prix du maïs ont commencé à reculer, principalement en raison de la révision à la hausse des prévisions de production aux États-Unis d’Amérique. Les prix internationaux de l’orge et du sorgho ont également progressé en mai, de 5,4 pour cent et 3,6 pour cent respectivement. Après une flambée des prix du blé début mai, l’amélioration des conditions de culture, en particulier dans l’Union européenne et aux États-Unis d’Amérique, a entraîné une importante baisse des prix à la fin du mois. Malgré cela, les prix ont en moyenne progressé de 8,0 points (6,8 pour cent) par rapport à avril et de 27,7 points (28,5 pour cent) par rapport à mai 2020. Les prix internationaux du riz sont restés stables en mai, les coûts de la logistique et des expéditions ayant limité l’activité commerciale tout au long du mois.

» L’Indice FAO des prix des huiles végétales s’est établi en moyenne à 174,7 points en mai, soit un gain de 12,7 points (ou 7,8 pour cent) par rapport au mois précédent qui marque sa douzième hausse mensuelle consécutive. La vigueur continue de l’indice s’explique principalement par l’augmentation des cours des huiles de palme, de soja et de colza. Les cours internationaux de l’huile de palme sont restés sur leur trajectoire ascendante en mai et ont atteint leurs plus hauts niveaux depuis février 2011, car la faible croissance de la production dans les pays d’Asie du Sud-Est et l’accroissement de la demande mondiale à l’importation ont maintenu les stocks des principaux pays exportateurs à des niveaux relativement bas. En ce qui concerne l’huile de soja, la forte demande mondiale prévue, en particulier dans le secteur de l’agrogazole, a soutenu les prix, tandis que les cours internationaux de l’huile de colza ont bénéficié d’un resserrement prolongé des disponibilités mondiales.

» L’Indice FAO des prix des produits laitiers a enregistré une valeur moyenne de 120,8 points en mai, soit une hausse de 1,7 point (1,5 pour cent) par rapport au mois d’avril qui marque une année de hausses ininterrompues et porte sa valeur à 26,4 points (28 pour cent) de plus qu’un an auparavant. Toutefois, l’indice est encore inférieur de 22,8 pour cent à son niveau record atteint en décembre 2013. En mai, les cours internationaux du lait écrémé en poudre ont enregistré la plus forte hausse, sous l’effet d’une demande à l’importation soutenue dans un contexte d’offre limitée sur le marché au comptant dans l’Union européenne. Ceux du lait entier en poudre ont aussi progressé, malgré l’abondance des ventes proposées par la Nouvelle-Zélande, car les achats à l’importation ont été importants, en particulier en Chine. Les cours du fromage se sont également renforcés, principalement en raison de la baisse des disponibilités dans l’Union européenne dans un contexte de forte demande. En revanche, les prix du beurre ont reculé à la suite de l’accroissement des disponibilités exportables en Nouvelle-Zélande, ce qui marque la fin d’une période de onze mois de hausse.

» L’Indice FAO des prix de la viande* s’est établi en moyenne à 105,0 points en mai, en hausse de 2,3 points (2,2 pour cent) par rapport à avril. À la suite de cette huitième hausse mensuelle consécutive, l’indice a atteint un niveau supérieur de 10 pour cent à celui enregistré il y a un an, mais il reste toujours inférieur de près de 12 pour cent à son niveau record d’août 2014. En mai, les cours de tous les types de viande figurant dans l’indice ont augmenté, principalement en raison de l’accélération des achats à l’importation dans les pays d’Asie de l’Est, surtout en Chine. Le resserrement des disponibilités mondiales a également soutenu les prix de tous les produits carnés, sous l’effet de multiples facteurs qui vont du ralentissement des abattages, dans le cas de la viande de bovins et de la viande d’ovins, à la hausse de la demande interne de viande de volaille et de viande de porcins dans les principales régions de production.

» L’Indice FAO des prix du sucre s’est établi en moyenne à 106,7 points en mai, soit une progression de 6,8 points (6,8 pour cent) par rapport à avril. Il enregistre sa deuxième hausse mensuelle consécutive et atteint son niveau le plus haut depuis mars 2017. La hausse des prix internationaux du sucre est surtout liée à des retards de récolte et à des craintes concernant une baisse des rendements des cultures au Brésil, le premier exportateur mondial de sucre, car une période prolongée de temps sec a eu des incidences sur le développement des cultures. Les prix internationaux du sucre ont en outre bénéficié de la hausse des prix du pétrole brut et d’une nouvelle appréciation du real brésilien par rapport au dollar des États-Unis, les expéditions en provenance du Brésil ayant tendance à se réduire dans ce contexte. Les exportations abondantes de l’Inde ont toutefois contribué à atténuer la flambée des prix et ont empêché une plus forte hausse mensuelle des prix.

* À la différence des autres catégories de produits, la plupart des prix utilisés pour calculer l'Indice FAO des prix de la viande ne sont pas disponibles au moment où l'Indice général est calculé et publié; c'est pourquoi la valeur de l'Indice des prix de la viande concernant les mois les plus récents est obtenue en panachant des projections chiffrées et des prix avérés. Ceci peut parfois donner lieu à des révisions non négligeables de la valeur finale de cet Indice, lesquelles peuvent, par suite, impliquer une modification de la valeur de l'Indice FAO des prix des aliments.

Télécharger l'ensemble des données: Excel, CSV

| Pour plus d'informations contactez-nous.


Télécharger l'ensemble des données: Excel