FAO.org

Accueil > Situation alimentaire mondiale > Indice FAO des prix des produits alimentaires
Situation alimentaire mondiale

Indice FAO des prix des produits alimentaires

L'indice FAO des prix des produits alimentaires mesure la variation mensuelle des cours internationaux d'un panier de denrées alimentaires. Il est établi à partir de la moyenne des indices de prix de cinq catégories de produits, pondérés en fonction de la part moyenne à l'exportation de chacune des catégories pour la période 2002-2004. Pour plus d'informations (dans toutes les langues), veuillez consulter le dossier spécial publié dans l’édition de novembre 2013 des Perspectives de l’alimentation. Une version plus développée de l'article, contenant plus de détails techniques est disponible uniquement en anglais.

Dates de sortie mensuelle pour 2019 : 10 janvier, 7 février, 7 mars, 4 avril, 9 mai, 6 juin, 4 juillet, 1 août, 5 septembre, 3 octobre, 7 novembre, 5 décembre.

Le mois d’octobre a enregistré la première augmentation d’un mois sur l’autre de la valeur de l’Indice FAO des prix des produits alimentaires depuis mai 2019

Date de parution: 07/11/2019

» L’Indice FAO des prix des produits alimentaires* s’est établi en moyenne à 172,7 points en octobre 2019, soit une hausse de 1,7 pour cent (3 points) par rapport à septembre et de 6,0 pour cent pour cent par rapport à la même période l’année dernière. L’augmentation d’octobre est la première hausse importante de la valeur de l’indice d’un mois sur l’autre depuis mai 2019, les flambées des prix du sucre, des céréales et, dans une moindre mesure, de la viande et des huiles végétales, ayant plus que compensé une légère baisse de la valeur du sous-indice des produits laitiers.

» L’indice FAO des prix des céréales a atteint une valeur moyenne de 164,0 points en octobre, en hausse de 4,2 points (près de 7 points) par rapport au mois de septembre; il reste néanmoins inférieur de 1,0 pour cent à son niveau d’octobre 2018. Les prix internationaux du blé ont fortement augmenté en octobre, principalement en raison du dynamisme des activités commerciales et des perspectives de récoltes moins bonnes en Argentine et en Australie. Parmi les principales céréales secondaires, les prix à l’exportation du maïs ont également bondi en octobre après avoir atteint des niveaux très bas en septembre. Leur envolée s’explique non seulement par une réduction de la production aux États-Unis et les inquiétudes concernant les conditions de plantation en Argentine, mais aussi par une reprise des ventes à l’exportation. En revanche, l’indice FAO des prix du riz a fléchi en octobre sous l’effet de la baisse des cours du riz parfumé provoquée par la faible demande et les perspectives d’une récolte abondante de basmati.

» L’Indice FAO des prix des huiles végétales s’est établi en moyenne à 136,4 points en octobre, soit une augmentation de 0,5 pour cent (0,7 point) par rapport au mois précédent et son niveau le plus haut depuis septembre 2018. La légère progression d’un mois sur l’autre est due principalement à la hausse des cours de l’huile de palme, qui a plus que compensé la baisse des cours des huiles de tournesol et de colza. Les cours internationaux de l’huile de palme ont augmenté pour le troisième mois consécutif, soutenus par la fermeté de la demande mondiale d’importations, un ralentissement à prévoir de la production dans les principaux pays producteurs, et l’annonce de prescriptions concernant un taux d’incorporation plus élevé de biodiesel en Indonésie l’année prochaine. En revanche, les cours de l’huile de tournesol ont chuté en raison des ventes actives effectuées par les agriculteurs à la suite des récoltes exceptionnelles de graines de tournesol dans la région de la mer Noire, tandis que le broyage plus important que prévu de graines de colza dans l’UE a pesé sur les cours de l’huile de colza.

» L’Indice FAO des prix des produits laitiers s’établit à une moyenne de près de 192 points en octobre, en baisse de 0,7 pour cent (1,4 point) par rapport au mois précédent, ce qui représente le deuxième mois consécutif de baisse. Cependant, l’indice reste toujours 5,6 pour cent au-dessus de son niveau du mois correspondant de l’année dernière. La baisse d’octobre est imputable au net fléchissement des cours du fromage, qui a plus que compensé les hausses des cours du lait écrémé en poudre et du lait entier en poudre. L’augmentation des disponibilités à l’exportation en Nouvelle-Zélande a été le principal facteur de la dernière baisse des cours du fromage. En revanche, la forte demande à l’importation, en particulier en Asie pour des livraisons à court terme, a soutenu la hausse des cours du lait écrémé en poudre et du lait entier en poudre. Après quatre mois de baisse continue, les cours du beurre ont commencé à se stabiliser en raison d’un regain d’intérêt à l’importation.

» L’Indice FAO des prix de la viande* s’est établi en moyenne à 182,7 points en octobre, soit 0,9 pour cent (1,7 point) de plus qu’en septembre, ce qui représente le neuvième mois consécutif de hausse. Les cours internationaux de la viande bovine et de la viande ovine ont continué leur progression, soutenus par la forte demande à l’importation, en particulier en Chine. Les cours de la viande porcine ont également progressé, quoique modérément, car la demande à l’importation reste forte en Asie malgré une augmentation de l’offre saisonnière en provenance d’Europe et d’abondantes disponibilités à l’exportation au Brésil. Les prix de la viande de volaille ont subi des pressions à la baisse en raison de l’augmentation des disponibilités à l’exportation dans les principales régions productrices.

» L’Indice FAO des prix du sucre s’est établi en moyenne à 178,3 points en octobre, en hausse de 5,8 pour cent (9,8 points) par rapport à sa moyenne réduite de septembre. La nette reprise des cours internationaux du sucre en octobre est principalement due à des prévisions tablant sur un resserrement de l’offre mondiale de sucre en 2019-2020. Les derniers éléments indiquent une forte contraction de la production de sucre en Inde, premier producteur mondial, principalement en raison d’une réduction de 10 pour cent des superficies plantées en canne à sucre par rapport à l’année précédente. De même, la production de sucre en Thaïlande, deuxième exportateur mondial, devrait baisser de 7 pour cent par rapport à l’année dernière en raison d’une sécheresse prolongée. Cependant, les cours du sucre sont restés instables en raison des variations des prix du pétrole brut, de l’évolution des conditions météorologiques en Inde et des fluctuations du réal brésilien par rapport au dollar des États-Unis.

* À la différence des autres catégories de produits, la plupart des prix utilisés pour calculer l'Indice FAO des prix de la viande ne sont pas disponibles au moment où l'Indice général est calculé et publié; c'est pourquoi la valeur de l'Indice des prix de la viande concernant les mois les plus récents est obtenue en panachant des projections chiffrées et des prix avérés. Ceci peut parfois donner lieu à des révisions non négligeables de la valeur finale de cet Indice, lesquelles peuvent, par suite, impliquer une modification de la valeur de l'Indice FAO des prix des aliments.

Télécharger l'ensemble des données: Excel, CSV

| Pour plus d'informations contactez-nous.


Télécharger l'ensemble des données: Excel