Situation alimentaire mondiale

Indice FAO des prix des produits alimentaires

L'indice FAO des prix des produits alimentaires mesure la variation mensuelle des cours internationaux d'un panier de denrées alimentaires. Il est établi à partir de la moyenne des indices de prix de cinq catégories de produits, pondérés en fonction de la part moyenne à l'exportation de chacune des catégories pour la période 2002-2004. Pour plus d'informations (dans toutes les langues), veuillez consulter le dossier spécial publié dans l’édition de novembre 2013 des Perspectives de l’alimentation. Une version plus développée de l'article, contenant plus de détails techniques est disponible uniquement en anglais.

Dates de sortie mensuelle pour 2020: 9 janvier, 6 février, 5 mars, 2 avril, 7 mai, 4 juin, 2 juillet, 6 août, 3 septembre, 8 octobre, 5 novembre, 3 décembre.

En janvier, l’Indice FAO des prix des produits alimentaires a enregistré son quatrième mois consécutif de hausse

Date de parution: 06/02/2020

» L’Indice FAO des prix des produits alimentaires* s’est établi en moyenne à 182,5 points en janvier 2020, soit une hausse de 1,3 point (0,7 pour cent) par rapport à décembre 2019 et de 11,3 pour cent par rapport à sa valeur au même mois l’année dernière. La progression enregistrée en janvier est la quatrième hausse mensuelle consécutive de l’Indice. La dernière hausse est principalement due au fait que les prix des huiles végétales, du sucre et, dans une moindre mesure, des céréales et des produits laitiers sont restés solides, ce qui a plus que compensé le net retrait des prix de la viande.

» L’Indice FAO des prix des céréales s’est établi en moyenne à 169,2 points en janvier, en hausse de 4,8 points (2,9 pour cent) par rapport à décembre, soit son niveau le plus haut depuis mai 2018. Les cours internationaux de l’ensemble des principales céréales ont progressé en janvier. Les prix du blé ont enregistré la plus forte hausse, sous l’effet de l’accélération des achats de plusieurs pays dans un contexte de ralentissement des expéditions en France, où les ports étaient en grève, et de l’annonce d’une possible mise en place de quotas à l’exportation jusqu’au 30 juin 2020 en Fédération de Russie, en raison de prix intérieurs élevés. Les prix du maïs à l’exportation ont également enregistré une progression importante en janvier, qui s’explique par la vigueur de l’activité commerciale et le resserrement saisonnier de l’offre dans les pays exportateurs de l’hémisphère Sud. Les prix internationaux du riz ont augmenté, en raison de l’allègement de la pression liée aux récoltes et d’inquiétudes quant aux effets des conditions météorologiques sur la production des exportateurs.

» L’Indice FAO des prix des huiles végétales s’est établi en moyenne à 176,3 points en janvier, soit une progression de 11,6 points (7,0 pour cent) par rapport à décembre et son niveau le plus élevé depuis trois ans. Les cours internationaux de l’huile de palme ont enregistré leur sixième hausse mensuelle consécutive, sous l’effet du resserrement prévu de l’offre, dans un contexte de demande soutenue de la part du secteur de l’agrogazole. Les prix de l’huile de soja et de l’huile de tournesol ont également continué de progresser, car la vigueur de la demande mondiale à l’importation a coïncidé avec des disponibilités exportables moindres que prévu. Par ailleurs, les cours de l’huile de colza ont atteint leur plus haut niveau depuis mai 2014, car l’offre mondiale a continué à se resserrer. Toutefois, depuis la mi‑janvier, les prix ont reculé dans l’ensemble du groupe des huiles végétale, principalement en raison des incertitudes sur l’issue des négociations commerciales entre les États-Unis et la Chine et des craintes que suscitent les incidences possibles de la crise sanitaire mondiale du coronavirus. En ce qui concerne l’huile de palme, les tensions commerciales entre l’Inde et la Malaisie ont contribué à tirer les prix vers le bas.

» L’Indice FAO des prix des produits laitiers s’est établi en moyenne à 200,6 points en janvier, soit une hausse de 1,8 point (0,9 pour cent) par rapport à décembre. À ce niveau, l’Indice progresse de 18,5 points (10,2 pour cent) par rapport à sa valeur à la même période l’année dernière. En janvier, les cours du beurre, du fromage et du lait écrémé en poudre ont tous augmenté, sous l’effet d’une forte demande à l’importation, associée à des disponibilités limitées sur le marché au comptant en Europe, ainsi qu’en Océanie. La baisse saisonnière de la production laitière en Océanie a également soutenu les prix. En revanche, la demande mondiale limitée pendant la première moitié du mois a fait fléchir les cours du lait entier en poudre.

» L’Indice FAO des prix de la viande* s’est établi en moyenne à 182,5 points en janvier, cédant 7,5 points (soit 4,0 pour cent) par rapport au mois de décembre. Il s’agit de la première baisse enregistrée après onze mois de hausse continue. À ce niveau, l’Indice progresse de 22,4 points (14,0 pour cent) par rapport au mois de janvier de l’année dernière. Les cours de toutes les catégories de viande figurant dans l’Indice ont reculé en janvier, le retrait le plus important étant à mettre au compte de la viande ovine, suivie de la viande bovine, de la viande porcine et de la viande de volaille, qui ont subi le contrecoup d’une réduction des achats, en particulier en Chine et en Extrême-Orient, après d’abondantes importations à la fin de 2019. En outre, les importantes disponibilités à l’exportation, en particulier de viande porcine et de viande bovine, ont pesé sur les prix à l’exportation ces dernières semaines.

» L’Indice FAO des prix du sucre s’est établi en moyenne à 200,7 points en janvier, soit une hausse de 10,4 points (5,5 pour cent) par rapport au mois de décembre. Il s’agit de la quatrième hausse mensuelle consécutive et de son niveau le plus haut depuis décembre 2017. La dernière hausse est imputable à des prévisions indiquant une baisse de 17 pour cent de la production de sucre en Inde, une chute de 66 pour cent de la production dans la plus importante région de production du Brésil (le centre-sud) et une contraction de 25 pour cent de la récolte au Mexique. Toutefois, le fléchissement récent des cours du pétrole brut et la faiblesse persistante de la monnaie brésilienne (le real) par rapport au dollar des États-Unis ont limité la hausse des prix internationaux du sucre.

* À la différence des autres catégories de produits, la plupart des prix utilisés pour calculer l'Indice FAO des prix de la viande ne sont pas disponibles au moment où l'Indice général est calculé et publié; c'est pourquoi la valeur de l'Indice des prix de la viande concernant les mois les plus récents est obtenue en panachant des projections chiffrées et des prix avérés. Ceci peut parfois donner lieu à des révisions non négligeables de la valeur finale de cet Indice, lesquelles peuvent, par suite, impliquer une modification de la valeur de l'Indice FAO des prix des aliments.

Télécharger l'ensemble des données: Excel, CSV

| Pour plus d'informations contactez-nous.


Télécharger l'ensemble des données: Excel