FAO.org

Accueil > Situation alimentaire mondiale > Bulletin de la FAO sur l’offre et la demande de céréales
Situation alimentaire mondiale

Bulletin de la FAO sur l'offre et la demande de céréales

Le Bulletin sur l’offre et la demande de céréales a pour objet de communiquer des prévisions actualisées sur le marché mondial des céréales. Il est complété par une évaluation détaillée de la production ainsi que des conditions de l'offre et de la demande de céréales par pays et par région, publiée dans le bulletin trimestriel Perspectives de récoltes et situation alimentaire. Des analyses plus approfondies des marchés mondiaux des céréales ainsi que d'autres denrées alimentaires de base sont publiées deux fois par an dans les Perspectives de l'alimentation.

Dates de sortie mensuelle pour 2019 : 7 février, 7 mars, 4 avril, 9 mai, 6 juin, 4 juillet, 5 septembre, 3 octobre, 7 novembre, 5 décembre.

Dans un contexte d’offre céréalière généralement satisfaisante sur les marchés en 2018 2019, la production de blé devrait rebondir en 2019.

Date de publication: 07/03/2019

Selon les dernières estimations de la FAO, la production mondiale de céréales pour 20181devrait s’établir à 2,609 milliards de tonnes (riz usiné compris), soit 2,8 millions de tonnes de moins par rapport aux prévisions de février. Cette révision à la baisse s’explique presque exclusivement par le fléchissement des estimations pour la production de maïs aux États-Unis et confirme le repli global de la production céréalière mondiale en glissement annuel, estimé actuellement à 1,9 pour cent. La production mondiale de riz en 2018 devrait atteindre le niveau de 515 millions de tonnes – soit une hausse de 1,6 pour cent par rapport à 2017 –, qui marquerait un record absolu. Les prévisions ont été relevées de 800 000 tonnes par rapport à février, la majeure partie de cet ajustement s’expliquant par les révisions successives apportées aux estimations de production au Nigéria. La production de riz a également été revue à la hausse pour la Colombie et les États-Unis, principalement en raison de la hausse des rendements qui a été notée.

En ce qui concerne la production de céréales en 20192, la majorité des cultures de blé d’hiver sont encore en phase de dormance dans l’hémisphère Nord, mais, selon les premières prévisions de la FAO, la production mondiale de blé en 2019 devrait s’établir à 757.4 millions de tonnes. À ce niveau, la production pour cette année devrait augmenter de 4.0 pour cent par rapport au niveau atteint en 2018, mais rester inférieure au niveau record enregistré en 2017. En ce qui concerne les céréales secondaires, les récoltes de 2019 devraient commencer ces prochains mois dans les pays de l’hémisphère Sud, mais les semis ne commenceront qu’en mai dans l’hémisphère Nord.

En raison de la révision à la baisse apportée ce mois-ci à la production mondiale de céréales pour 2018, les prévisions concernant l’utilisation mondiale de céréales en 2018‑2019 ont également été revues à la baisse et s’établissent désormais à 2,652 milliards de tonnes, la majeure partie de cette révision s’expliquant par la réduction prévue de l’utilisation des principales céréales secondaires dans l’alimentation animale, en particulier aux États-Unis. Toutefois, l’utilisation mondiale de céréales secondaires en 2018‑2019 devrait, comme déjà prévu auparavant, augmenter de 2,0 pour cent par rapport au niveau de la campagne précédente. L’utilisation mondiale de riz devrait, quant à elle, progresser de 0,9 pour cent, et celle de blé de 0,5 pour cent.

Les prévisions de la FAO concernant les stocks mondiaux de céréales pour les campagnes qui se terminent en 2019 ont été revues à la baisse par rapport à celles de février et s’établissent désormais à 766,5 millions de tonnes. Le rapport entre les reports mondiaux de céréales et leur utilisation (stocks/utilisation) en 2018‑2019 passerait ainsi de 30,5 pour cent en 2017‑2018 à 28,3 pour cent en 2018-2019, ce qui représente néanmoins un niveau encore relativement élevé. La dernière révision à la baisse porte principalement sur les stocks de blé et de maïs. Les prévisions concernant les stocks d’orge et de riz en fin de campagne ont, quant à elles, été relevées par rapport aux précédentes. Des prélèvements plus importants que prévus dans les stocks de maïs des pays de l’hémisphère Sud et des États-Unis devraient également faire réduire les stocks totaux de céréales secondaires de près de 11 pour cent en 2018‑2019. En raison de nouvelles révisions à la baisse des stocks de blé dans plusieurs pays d’Asie et en Argentine, les stocks totaux de blé devraient baisser de près de 4 pour cent par rapport à leurs niveaux d’ouverture. En revanche, les stocks mondiaux de riz, qui enregistrent une hausse de 3 pour cent par rapport à leurs niveaux d’ouverture, devraient atteindre un nouveau record, cette progression des stocks lors de cette campagne étant principalement imputable à l’Inde et à la Chine.

Les prévisions de la FAO concernant les échanges mondiaux de céréales en 2018-2019 ont été revues à la baisse de près de 2 millions de tonnes par rapport au mois dernier et s’établissent désormais à un peu plus de 413 millions de tonnes. Les prévisions concernant les échanges mondiaux de blé, qui devraient s’établir à près de 171 millions de tonnes, ont été réduites d’environ 800 000 tonnes par rapport au mois dernier, principalement en raison d’achats plus faibles que prévus dans plusieurs pays d’Asie et d’Amérique du Sud. De ce fait, les échanges mondiaux de blé seraient en baisse de 3,3 pour cent par rapport au niveau record de 2017-2018. Les échanges totaux de céréales secondaires devraient également se contracter de 0,7 pour cent par rapport à 2017-2018, pour s’établir à environ 195 millions de tonnes en 2018-2019. Les dernières prévisions indiquent une baisse de 1,1 million de tonnes par rapport à février, car la révision à la baisse des échanges mondiaux d’orge (qui s’explique par de nouvelles baisses des importations de la Chine) devrait compenser largement l’augmentation prévue des échanges de maïs (qui s’explique par l’augmentation des importations de la Chine et des États-Unis). Les prévisions concernant les échanges internationaux de riz en 2019 ont été légèrement revues à la baisse (moins 200 000 tonnes) et indiquent désormais que ceux-ci devraient reculer de 2,1 pour cent en glissement annuel, pour s’établir à 47 millions de tonnes. Cette légère révision à la baisse des échanges pour ce mois-ci serait, pour l’essentiel, imputable à la détérioration des perspectives d’exportations pour le Brésil, l’Argentine et l’Uruguay, qui est due quant à elle à la baisse des récoltes prévue.

1Les dernières prévisions de la FAO ne comprennent pas les révisions historiques qui concernent les surfaces emblavées et la production de céréales en Chine publiées par le Bureau national chinois de statistique en octobre 2018. À la suite des différentes révisions officielles, un examen important du bilan céréalier de la Chine est mené actuellement et ses résultats doivent être publiés prochainement.

2 Voir Perspectives de récoltes et situation alimentaire – No.1, 03, http://www.fao.org/giews/reports/crop-prospects/fr/.

Tableaux récapitulatives

Télécharger l'ensemble des données

1/   Les données relatives à la production sont celles de la première année civile de la période indiquée. La production de riz est exprimée en poids de riz usiné.
2/   Somme de la production et des stocks reportés.
3/   Il s'agit des exportations au cours de la campagne commerciale allant de juillet à juin, dans le  cas du blé et des céréales secondaires, et de la campagne commerciale allant de janvier à décembre pour le riz (deuxième année de la période indiquée).
4/   Ce chiffre ne correspond pas forcément à la différence exacte entre l'offre et l'utilisation, compte tenu que les campagnes commerciales sont différentes selon les pays.
5/   Les principaux exportateurs de céréales sont l'Argentine, l'Australie, le Canada, les États-Unis et l'Union européenne; les principaux exportateurs de riz sont les États-Unis, l'Inde, le Pakistan, la Thaïlande et le Viet Nam. L'écoulement désigne l'utilisation sur le marché intérieur plus les exportations relatives à une campagne donnée.