FAO.org

Accueil > Situation alimentaire mondiale > Bulletin de la FAO sur l’offre et la demande de céréales
Situation alimentaire mondiale

Bulletin de la FAO sur l'offre et la demande de céréales

Le Bulletin sur l’offre et la demande de céréales a pour objet de communiquer des prévisions actualisées sur le marché mondial des céréales. Il est complété par une évaluation détaillée de la production ainsi que des conditions de l'offre et de la demande de céréales par pays et par région, publiée dans le bulletin trimestriel Perspectives de récoltes et situation alimentaire. Des analyses plus approfondies des marchés mondiaux des céréales ainsi que d'autres denrées alimentaires de base sont publiées deux fois par an dans les Perspectives de l'alimentation.

En 2014, le bulletin sera publié aux dates suivantes: 06 février, 06 mars, 03 avril, 08 mai, 05 juin, 03 juillet, 11 septembre, 09 octobre, 06 novembre, 04 décembre.

Les perspectives concernant la production de céréales en 2014 se sont encore améliorées

Date de publication: 03/07/2014

Les perspectives relatives à l'offre mondiale de céréales pour la campagne de commercialisation 2014-2015 se sont encore améliorées en raison de la révision à la hausse des prévisions relatives à la production mondiale en 2014 depuis le mois dernier. Les dernières prévisions de la FAO concernant la production mondiale de céréales en 2014 s'établissent désormais à 2 498 millions de tonnes (riz usiné compris), soit une hausse de 18 millions de tonnes par rapport aux prévisions de juin. Elles restent néanmoins inférieures de 1 pour cent (23 millions de tonnes) à la production record de l'année dernière. L'ajustement récent à la hausse reflète l'amélioration des perspectives de production de céréales secondaires et de blé, en particulier aux États-Unis, dans l'Union européenne et en Inde.

Pour une analyse plus détaillée de la production, consulter le numéro de juillet du rapport de la FAO Perspectives de récoltes et situation alimentaire

Les prévisions de la FAO concernant l'utilisation mondiale de céréales en 2014-2015 ont été légèrement abaissées depuis juin. Les principaux ajustements découlent d'une forte réduction de l'utilisation industrielle et fourragère de maïs en Chine, qui a été en grande partie compensée par les hausses enregistrées aux États-Unis, dans l'Union européenne, en Ukraine et au Brésil. La consommation mondiale de céréales devrait s'établir à 2 462 millions de tonnes, soit 2,1 pour cent (50 millions de tonnes) de plus qu'en 2013-2014. Plus de la moitié de l'augmentation (50 millions de tonnes) est imputable aux céréales secondaires, dont l'utilisation devrait progresser de 2,1 pour cent pour atteindre 1 260 millions de tonnes, soutenue par une plus grande utilisation de maïs dans l'alimentation animale en Chine et dans la production d'éthanol aux États-Unis. La consommation de riz devrait également enregistrer une croissance relativement soutenue de 2,4 pour cent (502 millions de tonnes) en 2014-2015, tandis que la consommation de blé devrait connaître une augmentation plus modeste (1,8 pour cent), pour s'établir à 699 millions de tonnes. Dans l'ensemble, le volume de céréales destinées à l'alimentation devrait gagner 1,3 pour cent (15 millions de tonnes) par rapport à 2013-2014, soit une faible progression de 0,3 pour cent de la consommation par habitant, qui s'établirait à 153,4 kg par an, dont 67,3 kg de blé et 57,6 kg de riz. L'utilisation de céréales dans l'alimentation animale devrait être plus importante que dans l'alimentation humaine et atteindre 2,0 pour cent (17 millions de tonnes), à près de 870 millions de tonnes. La croissance concerne principalement les céréales secondaires, en particulier le maïs, mais aussi le blé dans l'Union européenne.

Les prévisions de la FAO relatives aux stocks mondiaux de céréales à la fin de la campagne agricole de 2015 ont été relevées de 5 pour cent (28 millions de tonnes) depuis le mois dernier, pour s'établir à 604 millions de tonnes, soit une hausse de 5,3 pour cent (30 millions de tonnes) par rapport à la campagne de 2013-2014, et leur plus haut niveau depuis 2001. Selon les prévisions les plus récentes concernant les stocks de clôture et l'utilisation des céréales, le rapport stocks mondiaux/utilisation de céréales devrait atteindre 24,3 pour cent, son plus haut niveau en 12 ans, contre 23,3 pour cent en 2013-2014. Les stocks mondiaux de maïs devraient atteindre 200 millions de tonnes en 2015, soit 31 millions de tonnes de plus que les prévisions précédentes. Cette révision est due en grande partie aux ajustements à la hausse qui ont suivi la baisse de l'utilisation du maïs en Chine. En conséquence, les stocks de report mondiaux de céréales secondaires à la fin de la campagne devraient s'établir à 241 millions de tonnes, soit une hausse de 10 pour cent (23 millions de tonnes) d'une année sur l'autre. Le niveau des stocks mondiaux de blé en 2015 est estimé à 180 millions de tonnes, légèrement en dessous de la prévision de juin, mais 3,5 pour cent au-dessus de leurs niveaux d'ouverture. En raison de meilleures perspectives de production, les stocks de clôture de riz ont été relevés à 183 millions de tonnes, soit 1,3 million de tonnes de plus que le niveau estimé pour 2014.

Les prévisions relatives au commerce international de céréales en 2014-2015 sont actuellement de 332,3 millions de tonnes, un niveau quasiment inchangé depuis juin et 4 pour cent en dessous du record de 2013-2014. Le recul par rapport à 2013-2014 reflète une diminution des expéditions de céréales secondaires et de blé, alors que le commerce du riz devrait reprendre légèrement. Les échanges internationaux de céréales secondaires (juillet/juin) en 2014-2015 s'établissent, selon les prévisions actuelles, à 144 millions de tonnes, soit le même niveau que le mois dernier. Par rapport à 2013-2014, la baisse de 6 pour cent des échanges de céréales secondaires concerne principalement le maïs, car la demande de l'Union européenne, qui s'était envolée en 2013-2014, devrait revenir à des niveaux plus normaux. Selon les prévisions, le commerce du blé en 2014-2015 (juillet/juin) restera inchangé à 149 millions de tonnes. Les estimations relatives aux exportations de la Fédération de Russie et de l'Union européenne ont été relevées suite à une augmentation de la production dans ces deux pays, mais les changements ont été compensés par une baisse des expéditions en provenance de l'Inde, du Kazakhstan et des États-Unis. Sur la base des prévisions actuelles, le commerce de blé subirait une contraction de 3,6 pour cent d'une année sur l'autre et s'établirait à 149 millions de tonnes. Cette baisse serait due au ralentissement des exportations provenant de l'Union européenne, de l'Inde, de l'Ukraine et des États-Unis. Le commerce international du riz durant l'année civile 2015 devrait avoisiner 39,3 millions de tonnes, soit 300 000 tonnes de plus que les prévisions du mois dernier et légèrement au-dessus du record attendu pour 2014. Les perspectives d'exportation en 2015 sont meilleures pour le Pakistan, la Thaïlande et la Tanzanie, tandis que celles de l'Inde ont été abaissées. L'Indonésie et la Malaisie sont en grande partie responsables de la révision des prévisions d'importation pour 2015. Par rapport à 2014, les exportations de la Thaïlande devraient progresser beaucoup plus que l'an dernier, mais des augmentations importantes sont aussi prévues pour l'Australie, la Chine, Guyana, le Paraguay et les États-Unis. Ces augmentations se feront principalement au détriment de l'Inde, qui devrait réduire ses exportations de 15 pour cent en 2015. 

Tableaux récapitulatives

Télécharger l'ensemble des données

1/   Les données relatives à la production sont celles de la première année civile de la période indiquée. La production de riz est exprimée en poids de riz usiné.
2/   Somme de la production et des stocks reportés.
3/   Il s'agit des exportations au cours de la campagne commerciale allant de juillet à juin, dans le  cas du blé et des céréales secondaires, et de la campagne commerciale allant de janvier à décembre pour le riz (deuxième année de la période indiquée).
4/   Ce chiffre ne correspond pas forcément à la différence exacte entre l'offre et l'utilisation, compte tenu que les campagnes commerciales sont différentes selon les pays.
5/   Les principaux exportateurs de céréales sont l'Argentine, l'Australie, le Canada, les États-Unis et l'Union européenne; les principaux exportateurs de riz sont les États-Unis, l'Inde, le Pakistan, la Thaïlande et le Viet Nam. L'écoulement désigne l'utilisation sur le marché intérieur plus les exportations relatives à une campagne donnée.