FAO.org

Accueil > Situation alimentaire mondiale > Bulletin de la FAO sur l’offre et la demande de céréales
Situation alimentaire mondiale

Bulletin de la FAO sur l'offre et la demande de céréales

Le Bulletin sur l’offre et la demande de céréales a pour objet de communiquer des prévisions actualisées sur le marché mondial des céréales. Il est complété par une évaluation détaillée de la production ainsi que des conditions de l'offre et de la demande de céréales par pays et par région, publiée dans le bulletin trimestriel Perspectives de récoltes et situation alimentaire. Des analyses plus approfondies des marchés mondiaux des céréales ainsi que d'autres denrées alimentaires de base sont publiées deux fois par an dans les Perspectives de l'alimentation.

En 2017, le bulletin sera publié aux dates suivantes: 2 février, 2 mars, 6 avril, 4 mai, 8 juin, 6 juillet, 7 septembre, 5 octobre, 2 novembre, 7 décembre.

L’offre de céréales devrait rester abondante en 2017-2018

Date de publication: 06/07/2017

L’offre mondiale de céréales devrait rester abondante en 2017-2018. L’offre devrait être particulièrement abondante sur les marchés des principales céréales secondaires, compte tenu du volume record des récoltes de maïs en Amérique du Sud. Les disponibilités de blé devraient elles aussi être importantes, même si l’offre de blés riches en protéines risque de diminuer, compte tenu de la détérioration des perspectives de récolte aux États-Unis. D’après les estimations actuelles, la production de riz devrait légèrement augmenter, ce qui permettra à l’offre mondiale de bien se porter en 2017, même si celle-ci dépendra toujours dans une large mesure des conditions de culture dans les prochains mois.

Le niveau de la production de céréales devrait rester élevé en 2017 tout en restant inférieur au niveau record de 2016

  • Les prévisions de la FAO concernant la production mondiale de céréales en 2017 ont été revues à la baisse (moins 1,2 million de tonnes) et tablent désormais sur 2 593 millions de tonnes, soit 0,6 pour cent de moins que le niveau de 2016. La diminution en glissement mensuel reflète la baisse de la production mondiale d’orge et de blé, qui a surtout été observée dans l’Union européenne (UE).
  • Le volume de la production mondiale de blé en 2017 devrait s’élever à 739,9 millions de tonnes, soit près de 3,3 millions de tonnes (0,4 pour cent) de moins que les estimations de juin. Cette révision à la baisse est presque entièrement à mettre au compte de la diminution du volume des récoltes dans l’UE et en Ukraine, où l’on s’attend à une baisse des rendements à cause du manque de précipitations observé dans ces régions.
  • Le volume de la production mondiale de céréales secondaires devrait s’élever à 1 350 millions de tonnes, ce qui représente une augmentation de 1,9 million de tonnes par rapport aux prévisions de juin. Cette révision à la hausse est principalement le fait de l’amélioration des perspectives de production mondiale de maïs, qui s’explique par des dynamiques observées dans deux régions : aux États-Unis, les superficies ensemencées seront plus grandes que prévu, et en Afrique du Sud, les conditions météorologiques s’améliorent. Ces révisions à la hausse ont plus que compensé la révision à la baisse de la production d’orge et de maïs dans l’UE, qui s’explique par le climat sec qui sévit ces derniers temps dans la région.
  • Les prévisions concernant le volume de la production mondiale de riz en 2017 tablent désormais sur 502,9 millions de tonnes, ce qui représente une augmentation de 0,6 pour cent par rapport au niveau record atteint en 2016 et une légère augmentation par rapport aux prévisions de juin. Cette modeste révision à la hausse se fonde sur des prévisions qui anticipent une légère augmentation des superficies ensemencées en Asie et une augmentation des rendements en Amérique du Sud. Ces dynamiques ont été en partie contrebalancées par la révision à la baisse des estimations concernant les États-Unis d’une part, où des inondations ont provoqué des dommages et où l’on s’attend à une baisse des prix, et le Viet Nam d’autre part, où les conditions météorologiques sont défavorables.

L’utilisation de céréales devrait légèrement augmenter en 2017-2018, mais pas assez pour que les stocks mondiaux s’en ressentent

  • L’utilisation mondiale de céréales devrait augmenter de 0,5 pour cent en glissement annuel en 2017-2018 pour atteindre 2 584 millions de tonnes.
  • La diminution de l’utilisation de céréales fourragères devrait faire baisser l’utilisation globale de blé en 2017-2018, mais l’utilisation globale de maïs devrait augmenter de 2,1 pour cent et la consommation de riz devrait s’accroître de 1,2 pour cent.
  • Compte tenu de la faible augmentation prévue de l’utilisation mondiale de céréales, les stocks mondiaux de céréales devraient continuer de progresser pour atteindre un nouveau niveau record d’environ 704 millions de tonnes, soit une valeur légèrement supérieure aux prévisions du mois dernier.
  • Ce seront sans doute les stocks mondiaux de blé qui augmenteront le plus : ils devraient atteindre le niveau record de 256 millions de tonnes, soit une augmentation de 3,5 pour cent par rapport à leurs niveaux d’ouverture, déjà élevés. Le rapport stocks de blé-utilisation de blé devrait ainsi demeurer stable en 2017-2018, à environ 34 pour cent.

Les échanges mondiaux de céréales, notamment de blé, devraient diminuer en 2017-2018

  • La FAO a revu à la hausse ses prévisions concernant les échanges mondiaux de céréales pour 2017-2018 (395 millions de tonnes, soit une augmentation de 4 millions de tonnes par rapport au mois dernier), mais on s’attend néanmoins à ce que les échanges diminuent de 2,3 millions de tonnes (0,6 pour cent) par rapport au volume estimé de 2016-2017.
  • Les échanges mondiaux de blé devraient diminuer de 1,4 pour cent pour s’établir à près de 172 millions de tonnes en 2017-2018, principalement du fait des prévisions selon lesquelles le Maroc et l’Inde réduiront leurs importations. Les dernières prévisions sont légèrement supérieures à celles du mois dernier.
  • Le volume des échanges mondiaux de céréales secondaires en 2017-2018 devrait s’établir à environ 178,8 millions de tonnes, soit un niveau proche de celui estimé pour 2016-2017. Les exportations de maïs et d’orge devraient légèrement augmenter, ce qui devrait compenser la diminution, probable, des exportations de sorgho. Les dernières prévisions sont supérieures de 3 millions de tonnes à celles du mois dernier, principalement du fait des prévisions tablant sur une augmentation des volumes importés par le Canada, l’Égypte et l’UE.
  • Le volume des échanges mondiaux de riz au cours de l’année civile 2018 devrait s’établir à 44,4 millions de tonnes, soit une valeur proche des prévisions révisées pour 2017 (44,2 millions de tonnes). Les perspectives d’une croissance de la demande en 2018 sont en partie contrebalancées par les prévisions tablant sur une offre plus abondante en Asie, qui pourrait permettre au Bangladesh, à l’Indonésie et à Sri Lanka de réduire leurs importations.

Tableaux récapitulatives

1/   Les données relatives à la production sont celles de la première année civile de la période indiquée. La production de riz est exprimée en poids de riz usiné.
2/   Somme de la production et des stocks reportés.
3/   Il s'agit des exportations au cours de la campagne commerciale allant de juillet à juin, dans le  cas du blé et des céréales secondaires, et de la campagne commerciale allant de janvier à décembre pour le riz (deuxième année de la période indiquée).
4/   Ce chiffre ne correspond pas forcément à la différence exacte entre l'offre et l'utilisation, compte tenu que les campagnes commerciales sont différentes selon les pays.
5/   Les principaux exportateurs de céréales sont l'Argentine, l'Australie, le Canada, les États-Unis et l'Union européenne; les principaux exportateurs de riz sont les États-Unis, l'Inde, le Pakistan, la Thaïlande et le Viet Nam. L'écoulement désigne l'utilisation sur le marché intérieur plus les exportations relatives à une campagne donnée.