FAO.org

Accueil > Situation alimentaire mondiale > Bulletin de la FAO sur l’offre et la demande de céréales
Situation alimentaire mondiale

Bulletin de la FAO sur l'offre et la demande de céréales

Le Bulletin sur l’offre et la demande de céréales a pour objet de communiquer des prévisions actualisées sur le marché mondial des céréales. Il est complété par une évaluation détaillée de la production ainsi que des conditions de l'offre et de la demande de céréales par pays et par région, publiée dans le bulletin trimestriel Perspectives de récoltes et situation alimentaire. Des analyses plus approfondies des marchés mondiaux des céréales ainsi que d'autres denrées alimentaires de base sont publiées deux fois par an dans les Perspectives de l'alimentation.

Dates de sortie mensuelle pour 2018 : 1 février, 1 mars, 5 avril, 3 mai, 7 juin, 5 juillet, 6 septembre, 4 octobre, 1 novembre, 6 décembre.

Selon la FAO, la production mondiale de céréales devrait baisser, mais l’offre devrait rester abondante en 2018-2019

Date de publication: 07/06/2018

Les perspectives concernant la production mondiale de céréales se sont améliorées depuis le mois dernier. Toutefois, la production devrait encore rester en dessous du niveau record de l’année dernière et des besoins de consommation prévus pour la campagne de commercialisation 2018-2019. Les stocks mondiaux de céréales devraient donc baisser, principalement en raison de la baisse des stocks de maïs et en dépit de l’augmentation des réserves de blé et de riz, qui devrait se poursuivre. 

Les prévisions concernant la production mondiale de céréales ont été relevées par rapport au mois dernier, mais restent encore inférieures au record de l’année dernière

• La FAO prévoit qu’en 2018, la production mondiale de céréales devrait s’établir à 2 610 millions de tonnes, soit 3 millions de tonnes de plus que ce qui avait été prévu en mai. Toutefois, à ce niveau, la production mondiale serait encore en baisse de 40,6 millions de tonnes (1,5 pour cent) par rapport à l’année dernière.

• La production mondiale de blé devrait s’établir à 754,1 millions de tonnes, en raison de la révision à la hausse de 7,5 millions de tonnes réalisée ce mois-ci. Cette hausse est principalement imputable à l’Argentine, ainsi qu’au Canada et aux États-Unis, où les productions hivernales et estivales respectives devraient être favorisées par l’amélioration des conditions météorologiques. Des prévisions officielles récentes indiquent également que la production devrait être plus élevée que prévue en Inde, ce qui devrait encore renforcer la production mondiale.

• En ce qui concerne les céréales secondaires, la production mondiale en 2018 a été revue à la baisse de 5,2 millions de tonnes et devrait désormais s’établir à 1 345 millions de tonnes, soit 3,2 pour cent (44,3 millions de tonnes) de moins que le niveau record de 2017. La révision à la baisse réalisée ce mois-ci est principalement due aux prévisions pour la production de sorgho, qui ont été revues à la baisse pour le Soudan et les États-Unis. La production mondiale de maïs en 2018 a été légèrement revue à la baisse et devrait s’établir à 1 046 millions de tonnes. Les prévisions pour la Chine ont été largement revues à la baisse en raison de la réduction des surfaces cultivées qui s’explique par le fait que les agriculteurs se tournent vers des cultures plus rentables. La tendance est identique pour le Brésil, où la persistance du temps sec devrait faire fléchir les superficies d’emblavage et les rendements de la seconde campagne de récolte. Ces baisses devraient être compensées en grande partie par l’amélioration des perspectives de rendement en Fédération de Russie, en Ukraine et aux États-Unis.

• Les prévisions de la FAO concernant la production mondiale de riz ont été relevées de 0,7 million de tonnes, pour atteindre 511,3 millions de tonnes, soit 1,3 pour cent de plus que le niveau record de 2017. Cette révision s’explique principalement par l’amélioration des perspectives en Inde, qui est dans le droit fil de la révision à la hausse des estimations officielles pour la production du pays en 2017. En outre, les baisses de rendement ayant été plus faibles que prévu, les prévisions de production au Brésil ont été légèrement revues à la hausse.

L’utilisation mondiale de céréales devrait atteindre un nouveau record en 2018-2019

• L'utilisation mondiale de céréales en 2018-2019 devrait s’établir à un niveau record de 2 646 millions de tonnes, soit 1,2 pour cent de plus que pour la campagne 2017-2018. À ce niveau, elle serait inférieure d’environ 0,5 pour cent par rapport à la tendance sur 10 ans. L’augmentation de l’utilisation des céréales dans l’alimentation animale et humaine et dans l’industrie est moins prononcée que la croissance de la consommation totale de céréales.

• L’utilisation de blé devrait atteindre 743 millions de tonnes en 2018-2019, soit une hausse de près de 5 millions de tonnes par rapport à la campagne précédente. L’utilisation mondiale de blé pour l’alimentation humaine devrait augmenter sur le même rythme que la croissance démographique, alors que son utilisation dans l’alimentation animale devrait croître plus rapidement qu’en 2017-2018, à savoir d’environ 1,3 pour cent, malgré l’offre abondante de céréales secondaires, qui constituent une alternative à moindre prix. 

• Il est désormais prévu qu’en 2018-2019, l’utilisation totale des céréales secondaires devrait s’établir à près de 1 394 millions de tonnes, soit 21 millions de tonnes de plus que lors de la campagne précédente et 20 millions de tonnes de plus que ce qui était prévu en mai. La forte hausse en glissement mensuel s’explique par la révision à la hausse des prévisions concernant l’utilisation industrielle du maïs en Chine et aux États-Unis.

• L'utilisation mondiale de riz devrait connaître une hausse de 1 pour cent en 2018-2019, pour atteindre 509,3 millions de tonnes. L’utilisation alimentaire humaine devrait représenter 411,7 millions de tonnes de ce volume, ce qui permettrait à l’utilisation alimentaire mondiale du riz par habitant de rester stable, avec 53,9 kg environ.

Les échanges devraient atteindre un nouveau niveau record en 2018-2019

• Selon les estimations, les échanges mondiaux de céréales en 2018-2019 devraient atteindre 409,6 millions de tonnes, soit 0,5 pour cent de plus (2 millions de tonnes) qu'en 2017-2018, et atteindre un nouveau niveau record. La nouvelle prévision concernant les échanges en 2018-2019 a été relevée de 3,4 millions de tonnes par rapport à la première prévision publiée par la FAO en mai. 

• Il est désormais prévu qu’en 2018-2019 (juillet/juin), les échanges mondiaux de céréales secondaires devraient s’établir à 187,2 millions de tonnes, soit une hausse de 0,9 pour cent par rapport à 2017-2018. Les échanges de maïs devraient atteindre les 147 millions de tonnes, soit une hausse de 1,1 pour cent par rapport à 2017-2018 et une augmentation de 3,4 millions de tonnes par rapport à ce qui était prévu le mois dernier. Cette augmentation en glissement annuel des échanges mondiaux de maïs s’explique par une demande à l’importation globalement plus forte en Asie et des disponibilités à l'exportation toujours abondantes.

• En 2018-2019 (juillet/juin), les échanges mondiaux de blé devraient atteindre 175 millions de tonnes, soit quasiment le volume estimé pour 2017-2018 et une hausse d’environ 1 million de tonnes par rapport au mois dernier. Globalement, la baisse des importations dans les pays africains devrait presque compenser la hausse des achats dans les pays asiatiques, alors que du côté des exportations, la hausse des ventes dans l’Union européenne, en Fédération de Russie et aux États-Unis devrait en principe plus que compenser la baisse des exportations prévue en Argentine et en Ukraine.

• Au cours de l’année civile 2018, les échanges mondiaux de riz ne devraient que légèrement fléchir par rapport au niveau record de 2017, pour atteindre un total de 47,8 millions de tonnes. Chez les exportateurs, les récoltes exceptionnelles attendues devraient permettre à l’Inde d’expédier en 2018 son deuxième plus grand volume jamais enregistré, malgré une baisse de la demande prévue dans certains des principaux marchés de l’Asie du Sud.

Les stocks mondiaux de céréales nettement revus à la hausse en raison des révisions historiques des stock de maïs en Chine

• La FAO prévoit désormais que les stocks mondiaux de céréales à la clôture des campagnes se terminant en 2019 devraient s’établir à 772 millions de tonnes, soit une hausse de près de 37 millions de tonnes par rapport aux prévisions précédentes de mai, mais un niveau encore inférieur de 44,5 millions de tonnes (5,4 pour cent) par rapport à leurs niveaux d’ouverture. À ce niveau, le rapport entre les reports mondiaux de céréales à la fin de la campagne 2018-2019 et la tendance concernant l’utilisation en 2019-2020 s’établirait à 28,5 pour cent, en légère baisse par rapport à la campagne 2017-2018, mais un rapport encore relativement élevé, ce qui indique que l’offre de céréales devrait rester abondante lors de la campagne 2018-2019.

• L’ample révision effectuée depuis le précédent rapport publié en mai s’explique principalement par les ajustements à la hausse des estimations des stocks de maïs en Chine, qui eux-mêmes découlent d’une certaine baisse de l’utilisation industrielle du maïs dans le pays ces dernières années. Ces ajustements cumulés ont entrainé une augmentation de près de 63 millions de tonnes des stocks de maïs en Chine pour 2018-2019, qui s’établissent désormais à 122 millions de tonnes. Malgré cela, les prévisions révisées indiquent toujours une baisse notable en glissement annuel des stocks de maïs détenus en Chine, qui s’explique par l’anticipation de la baisse de la production de maïs dans le pays cette année et par la hausse de la demande intérieure. Au niveau mondial, les stocks totaux de céréales secondaires devraient reculer pour la première fois depuis cinq ans, pour s’établir à 315 millions de tonnes, entrainant une baisse du rapport stocks/utilisation au niveau mondial, qui passerait de 26,4 pour cent en 2017-2018 à 22 pour cent en 2018-2019.

• Les stocks mondiaux de blé pour les campagnes se terminant en 2019 devraient s’établir à un niveau record de 283 millions de tonnes, soit 6 millions de tonnes de plus que leur niveau d’ouverture déjà élevé. La nouvelle prévision est supérieure de 4,4 millions de tonnes par rapport à celle de mai, principalement parce que les stocks de clôture sont plus élevés que prévu en Argentine, en Union européenne et en Inde. Toutefois, si l’on exclut l'accumulation de stocks en glissement annuel en Chine, les stocks mondiaux de blé devraient reculer de près de 6 millions de tonnes par rapport à leur niveau d’ouverture.

• On estime que les stocks mondiaux de riz à la fin des campagnes 2018-2019, qui ont été revus à la hausse de 0,8 million de tonnes depuis mai, devraient désormais dépasser leur niveau d’ouverture de 1,4 pour cent, pour atteindre 173,8 millions de tonnes. Même si l’on envisage une hausse des reports en Indonésie et aux États-Unis, cette accumulation devrait être imputable principalement à la Chine et à l’Inde. Le Bangladesh, le Brésil et l’Égypte devraient, quant à eux, puiser dans leurs réserves.

 

Tableaux récapitulatives

Télécharger l'ensemble des données

1/   Les données relatives à la production sont celles de la première année civile de la période indiquée. La production de riz est exprimée en poids de riz usiné.
2/   Somme de la production et des stocks reportés.
3/   Il s'agit des exportations au cours de la campagne commerciale allant de juillet à juin, dans le  cas du blé et des céréales secondaires, et de la campagne commerciale allant de janvier à décembre pour le riz (deuxième année de la période indiquée).
4/   Ce chiffre ne correspond pas forcément à la différence exacte entre l'offre et l'utilisation, compte tenu que les campagnes commerciales sont différentes selon les pays.
5/   Les principaux exportateurs de céréales sont l'Argentine, l'Australie, le Canada, les États-Unis et l'Union européenne; les principaux exportateurs de riz sont les États-Unis, l'Inde, le Pakistan, la Thaïlande et le Viet Nam. L'écoulement désigne l'utilisation sur le marché intérieur plus les exportations relatives à une campagne donnée.