FAO.org

Accueil > Situation alimentaire mondiale > Indice FAO des prix des produits alimentaires
Situation alimentaire mondiale

Indice FAO des prix des produits alimentaires

L'indice FAO des prix des produits alimentaires mesure la variation mensuelle des cours internationaux d'un panier de denrées alimentaires. Il est établi à partir de la moyenne des indices de prix de cinq catégories de produits, pondérés en fonction de la part moyenne à l'exportation de chacune des catégories pour la période 2002-2004.

Dates de sortie mensuelle pour 2015 : 8 janvier, 5 février, 5 mars, 2 avril, 7 mai, 4 juin, 9 juillet, 6 août, 10 septembre, 8 octobre, 5 novembre, 3 décembre.

Veuillez noter que la version de novembre 2013 de l’Indice FAO des prix des produits alimentaires introduit un certain nombre de révisions dans la façon dont l’Indice FAO est calculé, notamment des modifications dans la couverture des produits de base. Les changements apportés ne modifient pas significativement les valeurs des séries. L’Indice FAO des prix des produits alimentaires révisé a également été étendu jusqu’en 1961.

Pour plus d'informations (dans toutes les langues), veuillez consulter le dossier spécial publié dans l’édition de novembre 2013 des Perspectives de l’alimentation. Une version plus développée de l'article, contenant plus de détails techniques est disponible uniquement en anglais.

L’Indice FAO des prix des produits alimentaires a baissé d’un peu moins de 1 pour cent en juin, du fait de la baisse des cours du sucre et des produits laitiers

Date de parution: 09/07/2015

» L’Indice FAO des prix des produits alimentaires* s’est établi à une moyenne de 165,1 points en juin 2015, soit une baisse de 1,5 point (0,9 pour cent) par rapport au mois de mai, et de près de 44 points (21,0 pour cent) par rapport à juin 2014. La fluctuation des cours a été variable selon les marchés. Les prix du sucre et des produits laitiers ont accusé une chute prononcée, tandis que ceux des céréales et des huiles se sont quelque peu raffermis. Les cours de la viande sont restés stables. Dans l’ensemble, à l’exception d’octobre 2014, l’indice des prix des produits alimentaires baisse chaque mois depuis avril 2014.

» L’Indice FAO des prix des céréales s’est établi à une moyenne de 163,2 points en juin, soit une hausse de 2,5 points (1,5 pour cent) par rapport à mai, ce qui représente la première augmentation d’un mois sur l’autre depuis décembre 2014. Comparés à ceux de juin 2014, les cours ont chuté de pas moins de 33 points (17 pour cent). Toute la vigueur des cours au mois de juin a découlé des prix du blé et des céréales secondaires, qui ont chacun gagné 2 pour cent, tandis que les cours du riz sont demeurés sous pression. Dans certaines régions, une météo défavorable a soutenu les prix, mais la hausse a été modérée par d’abondants stocks de report et des perspectives de production qui dans l’ensemble sont bonnes.

» L’Indice FAO des prix des huiles végétales s’est établi à une moyenne de 156,2 points en juin, soit 2,1 points (1,3 pour cent) de plus qu’en mai, mais encore 17 pour cent en dessous de son niveau de juin 2014. L’augmentation récente est principalement due aux huiles de palme et de soja. Les cours de l’huile de palme ont augmenté, soutenus par une hausse de la demande d’importations (en particulier de la part de la Chine et de l’Inde) et par un risque de temps sec toujours d’actualité, lié à El Niño en Asie du Sud-Est. Pour ce qui est de l’huile de soja, la hausse des prix résulte de précipitations plus importantes que d’habitude, dont ont souffert les plantations de soja et les perspectives de récolte aux États-Unis. Les cours du colza ont eux aussi grimpé, du fait d’une météo défavorable dans les principaux pays producteurs.

» L’Indice FAO des prix des produits laitiers s’est établi à une moyenne de 160,5 points en juin, soit une baisse de 6,9 points (4,1 pour cent) par rapport à mai. Les laits en poudre ont été les produits les plus touchés par la faiblesse du marché, même si les cours du beurre et du fromage ont eux aussi baissé. Une ouverture favorable de l’année laitière et l’abolition du régime des quotas laitiers dans l’Union européenne, ajoutées à de grands stocks de produits laitiers invendus en Nouvelle-Zélande ont pesé sur le secteur, dans un climat d’incertitude quant au niveau d’importations de produits laitiers de la Chine et quant au maintien des interdictions à l’importation de la Fédération de Russie.

» L’Indice FAO des prix de la viande* s’est établi à une moyenne de 169,8 points en juin, un niveau globalement inchangé depuis mars. Les cours de la viande porcine ont augmenté, tandis que ceux des viandes bovine et ovine ont baissé, et que ceux de la volaille ont peu bougé. En baisse depuis juin 2014, les prix moyens de la viande porcine sont remontés en mai puis en juin, soutenus par un marché plus vigoureux en Europe. Pour la viande bovine, la hausse de l’offre nationale sur certains marchés s’est traduite par une diminution de la demande d’importations, causant une légère baisse des cours.

» L’Indice FAO des prix du sucre s’est établi à une moyenne de 176,8 points en juin, soit une baisse de 12,4 points (6,6 pour cent) par rapport à mai 2015. Cette chute nette a découlé d’annonces d’une production de sucre plus importante que prévue en Inde, le plus grand consommateur de sucre au monde, ainsi qu’en Thaïlande. La baisse globale des prix est également liée à une production plus élevée que prévu au Brésil, le plus gros producteur et exportateur, favorisé par de bonnes conditions de récolte l’essentiel du mois de juin. Des signes précoces d’un déficit potentiel de la production mondiale en 2015/2016, après cinq saisons excédentaires consécutives, n’ont pas suffi à atténuer la pression qui pèse sur les cours du sucre.

* À la différence des autres catégories de produits, la plupart des prix utilisés pour calculer l’indice FAO des prix de la viande ne sont pas disponibles au moment où l’indice général est calculé et publié; c’est pourquoi la valeur de l’indice des prix de la viande concernant les mois les plus récents est obtenue en panachant des projections chiffrées et des prix avérés. Cette circonstance peut parfois donner lieu à des révisions non négligeables de la valeur finale de cet indice, lesquelles peuvent, par la suite, entraîner une modification de la valeur de l’indice FAO des prix des produits alimentaires.

Télécharger l'ensemble des données: Excel, CSV

| Pour plus d'informations contactez-nous.


Télécharger l'ensemble des données: Excel