FAO.org

Accueil > Situation alimentaire mondiale > Indice FAO des prix des produits alimentaires
Situation alimentaire mondiale

Indice FAO des prix des produits alimentaires

L'indice FAO des prix des produits alimentaires mesure la variation mensuelle des cours internationaux d'un panier de denrées alimentaires. Il est établi à partir de la moyenne des indices de prix de cinq catégories de produits, pondérés en fonction de la part moyenne à l'exportation de chacune des catégories pour la période 2002-2004. Pour plus d'informations (dans toutes les langues), veuillez consulter le dossier spécial publié dans l’édition de novembre 2013 des Perspectives de l’alimentation. Une version plus développée de l'article, contenant plus de détails techniques est disponible uniquement en anglais.

Dates de sortie mensuelle pour 2018 : 11 janvier, 1 février, 1 mars, 5 avril, 3 mai, 7 juin, 5 juillet, 2 août, 6 septembre, 4 octobre, 1 novembre, 6 décembre.

Hausse de l'Indice FAO des prix des produits alimentaires pour le deuxième mois consécutif

Date de parution: 05/04/2018

» L'Indice FAO des prix des produits alimentaires* s'est établi en moyenne à 172,8 points en mars 2018, soit 1,1 pour cent (1,8 point) de plus qu'en février, ce qui représente le deuxième mois consécutif de hausse. Il est ainsi de 0,7 pour cent supérieur à sa valeur à la même période l'année dernière. Comme en février, l'augmentation en glissement mensuel est principalement due à la hausse des cours internationaux des céréales et des produits laitiers. Les prix du sucre et des huiles végétales ont quant à eux continué de baisser et ceux de la viande ont légèrement augmenté.

» La valeur moyenne de l'Indice FAO des prix des céréales est de 165,6 points en mars, soit une hausse de 2,7 pour cent (4,3 points) par rapport au mois précédent et de pas moins de 12,1 pour cent par rapport à son niveau de mars 2017. Ces derniers mois, l'indice a continué de grimper sans interruption, ce qui traduit un affermissement des cours internationaux de pratiquement toutes les principales céréales.  Ces dernières semaines, des préoccupations liées aux conditions météorologiques, en particulier une sécheresse prolongée aux États-Unis d'Amérique, ainsi que des températures froides et des précipitations dans diverses régions d'Europe, ont tiré les prix du blé vers le haut. L'augmentation des cours du maïs a été encore plus prononcée, en raison d'une dégradation des perspectives de récolte, surtout en Argentine, et d'une demande mondiale qui reste forte. S'agissant du riz, les achats de l'Asie ont contribué à maintenir les prix internationaux à un niveau globalement élevé.

» L'Indice FAO des prix des huiles végétales affichait une valeur moyenne de 156,8 points en mars, soit un léger recul par rapport au niveau de février, qui était déjà au plus bas depuis plusieurs mois. La baisse des cours des huiles végétales de soja, de colza et de tournesol a été compensée par la hausse de ceux de l'huile de palme, qui est l'huile végétale la plus largement commercialisée dans le monde. Malgré des perspectives de gains de production saisonniers, les prix de l'huile de palme se sont affermis en mars du fait d'une forte demande internationale et, en conséquence, de prélèvements dans les stocks en Malaisie et en Indonésie. La reprise attendue des importations d'agrogazole indonésien à base d'huile de palme de la part de l'Union européenne et la vigueur retrouvée des cours des huiles minérales ont soutenu les prix de l'huile de palme.

» L'Indice FAO des prix des produits laitiers s'est établi en moyenne à 197,4 points en mars, soit une hausse de 6,2 points (3,3 pour cent) par rapport à février; il atteint ainsi un niveau légèrement supérieur à sa valeur de l'année dernière à la même période. Au cours du mois, les cours du beurre, du lait entier en poudre et du fromage ont progressé tandis que ceux du lait écrémé en poudre ont fléchi, ce qui représente une inversion de tendance par rapport aux deux mois précédents. Une production de lait moins abondante que prévue en Nouvelle-Zélande et une demande mondiale à l'importation qui reste vigoureuse ont fait grimper les prix du beurre, du fromage et du lait entier en poudre; en revanche, la pression continuellement exercée par les stocks mondiaux et une production accrue ont entraîné un affaissement des cours du lait écrémé en poudre.

» L'Indice FAO des prix de la viande atteignait en moyenne 169,8 points en mars, soit un niveau quasiment égal à celui de février. Il se situe ainsi 3 pour cent au-dessus de son niveau enregistré l'année dernière à la même période, mais encore 20 pour cent en dessous de son niveau record d'août 2014. L’évolution des différentes catégories de viande qui composent l'indice est inégale: les cours de la viande ovine ont augmenté et ceux de la viande porcine ont légèrement progressé, les prix de la viande de volaille sont restés stables et ceux de la viande bovine ont fléchi. Une forte demande à l'importation, en particulier de la part de la Chine, ont tiré vers le haut les cours de la viande d'ovins. Des disponibilités relativement faibles en Europe ont entraîné une augmentation légère des prix de la viande de porc, tandis qu'une demande modérée et des perspectives d'offre plus abondante en Nouvelle-Zélande au cours des prochains mois ont pesé sur les prix de la viande de bœuf. 

» L'Indice FAO des prix du sucre a frôlé en moyenne 186 points en mars, marquant ainsi un recul de 6,5 points (3,4 pour cent) par rapport au mois de février et de 27,5 pour cent par rapport au même mois de l'année dernière. La chute des cours du sucre s'est poursuivie en raison d'abondantes disponibilités à l'exportation. La baisse du réal brésilien et un assouplissement des règles d'exportation en Inde, qui autorise les sucrières à vendre leur production à l'étranger jusqu'à la fin de la campagne en cours, semblent avoir contribué à stimuler les exportations de sucre brésilien et indien et à tempérer les cours internationaux.

* À la différence des autres catégories de produits, la plupart des prix utilisés pour calculer l'Indice FAO des prix de la viande ne sont pas disponibles au moment où l'Indice général est calculé et publié; c'est pourquoi la valeur de l'Indice des prix de la viande concernant les mois les plus récents est obtenue en panachant des projections chiffrées et des prix avérés. Ceci peut parfois donner lieu à des révisions non négligeables de la valeur finale de cet Indice, lesquelles peuvent, par suite, impliquer une modification de la valeur de l'Indice FAO des prix des aliments.

Télécharger l'ensemble des données: Excel, CSV

| Pour plus d'informations contactez-nous.


Télécharger l'ensemble des données: Excel