FAO.org

Accueil > Situation alimentaire mondiale > Indice FAO des prix des produits alimentaires
Situation alimentaire mondiale

Indice FAO des prix des produits alimentaires

L'indice FAO des prix des produits alimentaires mesure la variation mensuelle des cours internationaux d'un panier de denrées alimentaires. Il est établi à partir de la moyenne des indices de prix de cinq catégories de produits, pondérés en fonction de la part moyenne à l'exportation de chacune des catégories pour la période 2002-2004.

En 2014, le bulletin sera publié aux dates suivantes: 09 janvier, 06 février, 06 mars, 03 avril, 08 mai, 05 juin, 03 juillet, 07 août, 11 septembre, 09 octobre, 06 novembre, 04 décembre.

Veuillez noter que la version de novembre 2013 de l’Indice FAO des prix des produits alimentaires introduit un certain nombre de révisions dans la façon dont l’Indice FAO est calculé, notamment des modifications dans la couverture des produits de base. Les changements apportés ne modifient pas significativement les valeurs des séries. L’Indice FAO des prix des produits alimentaires révisé a également été étendu jusqu’en 1961.

Pour plus d'informations (dans toutes les langues), veuillez consulter le dossier spécial publié dans l’édition de novembre 2013 des Perspectives de l’alimentation. Une version plus développée de l'article, contenant plus de détails techniques est disponible uniquement en anglais.

L'Indice FAO des prix des aliments est en baisse pour le sixième mois consécutif

Date de parution: 09/10/2014

» L'Indice FAO des prix des céréales s'est établi en moyenne à 191,5 points en septembre 2014, en baisse de 5,2 points (2,6 pour cent) par rapport au mois d'août et de 12,2 points (6,0 pour cent) par rapport à la même période l'année dernière. Ce recul enregistré en septembre, pour le sixième mois consécutif, a fait chuter la valeur de l'indice à son niveau le plus bas depuis août 2010. Il s'agit de sa plus longue période de recul depuis la fin des années 90. Au niveau des sous-indices, ce sont le sucre et les produits laitiers qui ont enregistré la diminution la plus forte, suivis par les céréales et les huiles. La viande s'est quant à elle maintenue. Parmi les causes, citons la nette appréciation de la valeur du dollar, qui a continué de peser sur le prix de tous les produits de base sur les marchés internationaux.

» L'Indice FAO des prix des céréales, en baisse pour le cinquième mois consécutif, s'est établi en moyenne à 177,9 points en septembre, soit 4,6 points (2,5 pour cent) de moins qu'au mois d'août et 17,1 points (8,8 pour cent) en dessous du niveau enregistré en septembre 2013.  La baisse des prix du blé et du maïs résulte principalement de l’abondance de la production et du bon niveau des disponibilités à l'exportation.  Même les prix du riz, qui s'étaient constamment renforcés ces derniers mois, ont accusé un recul en septembre, traduisant une concurrence accrue entre les pays exportateurs à l'approche de la récolte.

» L'Indice FAO des prix des huiles végétales s'est établi en moyenne à 162 points en septembre, soit une baisse de 4,6 points (2,8 pour cent) par rapport au mois d'août. En recul constant depuis six mois, l'indice a atteint son niveau le plus bas depuis octobre 2009. Ce recul reste essentiellement imputable à l'huile de palme, dont les prix ont plongé jusqu'à leur niveau le plus bas en cinq ans sous l'effet conjugué d'une production abondante et d'une faible demande à l'importation. Par ailleurs, les rendements du soja aux États-Unis, meilleurs que prévus, et l'offre abondante d'huile de tournesol ont pesé sur leurs prix, contribuant à la baisse de l'indice.

» L'Indice FAO des prix des produits laitiers s'est établi en moyenne à 187,8 points en septembre, soit 13,0 points (6,5 pour cent) de moins qu'en août et 62,4 points (24,9 pour cent) en dessous du niveau enregistré l'année dernière à la même période.  La baisse a concerné le cours de tous les produits laitiers couverts par l'indice, en particulier le lait écrémé en poudre.  Ce déclin constant des prix s'explique par l'abondance des disponibilités à l'exportation, principalement en Océanie. De plus, la décision prise par l'Union européenne d'interdire la vente de fromage à la Fédération de Russie a provoqué une hausse de la production de beurre et de lait écrémé en poudre au sein de l'Union. Ailleurs, la chute des prix du lait écrémé en poudre a stimulé la production de lait entier en poudre, les fabricants tentant d'adapter leur offre de produits afin d'obtenir le meilleur revenu. 

» L'Indice FAO des prix de la viande s'est établi en moyenne à 207,8 points en septembre, soit seulement 0,3 point de plus que sa valeur révisée d'août mais toujours 21,7 points (11,6 pour cent) de plus qu'en septembre 2013.  Globalement, les prix ont aujourd'hui atteint des niveaux historiques et l'absence d'augmentation ce mois-ci pourrait laisser penser que, de manière générale, ils ont atteint un maximum.  Si les prix de la viande bovine restent forts, essentiellement en raison d'une hausse des prix à l'exportation en Australie, où la reconstitution du cheptel a entraîné une réduction de l'offre, les cours moyens de la volaille sont demeurés stables, tandis que ceux de la viande ovine se sont quelque peu tassés. En ce qui concerne la viande de porc, les prix ont enregistré un recul au cours de chacun des trois derniers mois, traduisant une reprise de la production dans plusieurs grands pays producteurs et exportateurs après une zootie due au virus de la diarrhée épidémique porcine; en outre, la fermeture du marché de la Fédération de Russie aux produits carnés en provenance d'un certain nombre de pays, depuis le mois d'août, a contribué à l'incertitude des marchés.

» L'Indice FAO des prix du sucre s'est établi en moyenne à 228,3 points en septembre, soit 16,1 points (6,6 pour cent) de moins qu'en août et 18,2 points (7,4 pour cent) en dessous du niveau enregistré en septembre 2013. Ces derniers mois, les bonnes perspectives de l'offre et les estimations selon lesquelles la production mondiale en 2014/15 serait supérieure à la consommation ont continué d'exercer une pression à la baisse sur les cours internationaux du sucre, faisant chuter les prix moyens en septembre à leur niveau le plus bas depuis janvier.

 

Télécharger l'ensemble des données: Excel, CSV

| Pour plus d'informations contactez-nous.


Télécharger l'ensemble des données: Excel