NOUVELLES DU SOMMET

Plan d'action des leaders du NEPAD réunis à la FAO

ROME, 14 juin 2002 -- Avec l'adoption cette semaine d'un plan d'action, les dirigeants africains ont réaffirmé leur engagement politique commun à l'égard des stratégies agricoles et économiques énoncées dans le Nouveau Partenariat pour le développement de l'Afrique (NEPAD).

Ce plan sera soumis au Sommet du G8 au Canada dans le courant du mois et au Sommet de l'Unité africaine en Afrique du Sud en juillet. Les leaders africains se sont concertés à l'occasion du Sommet mondial de l'alimentation : cinq ans après qui s'est tenue du 10 au 13 juin au siège de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

Le NEPAD est un programme stratégique et intégré de gestion du développement économique et social en Afrique, préparé pour le compte de l'ensemble du continent africain par les dirigeants de 15 pays, qui comprennent les membres du Comité directeur, à savoir l'Algérie, l'Egypte, le Nigeria, le Sénégal et l'Afrique du Sud.

Dans le cadre de discussions portant sur les engagements politiques et financiers visant à éliminer la faim, M. Thabo Mbeki, Président de l'Afrique du Sud, a déclaré que l'Afrique remplissait sa mission. "En tant que continent, nous avons créé, grâce au NEPAD, un cadre pour la mise en œuvre du Plan d'action du Sommet mondial de l'alimentation", a indiqué M. Mbeki dans une allocution aux délégués.

"Le NEPAD définit l'agriculture comme un secteur prioritaire", a souligné M. Mbeki. En 2000, l'Afrique a dépensé 18,7 milliards de dollars pour ses importations alimentaires et reçu 2,8 millions de tonnes d'aide alimentaire, plus de 25 pour cent du total mondial pour cette année-là.

Selon la FAO, le secteur agricole en Afrique occupe environ 60 pour cent de la main d'œuvre totale, représente 20 pour cent des exportations totales de marchandises et assure 17 pour cent du PIB. Etant donné son rôle fondamental dans l'économie africaine, l'essor du secteur agricole est une condition indispensable au développement économique.

"Tant qu'on ne réduit pas l'incidence de la faim et la facture des importations en augmentant la production des produits agricoles, les taux élevés de croissance économique auxquels aspire le NEPAD ne pourront en aucun cas être atteints", selon le rapport mixte FAO/NEPAD du Programme intégré pour le développement de l'agriculture en Afrique (CAADP).

L'adoption du CAADP en tant que composante majeure du NEPAD est une mesure importante pour assurer la stabilité agricole et le développement économique, selon la FAO. Le programme, rédigé avec l'assistance technique de la FAO, entend répondre à la situation de crise immédiate dans laquelle se trouve l'agriculture africaine, tout en créant les conditions à long terme pour le développement.

Selon les chiffres qui viennent d'être publiés par la FAO et le Programme alimentaire mondial (PAM), 13 millions de personnes au Mozambique et en Zambie sont victimes d'une grave crise alimentaire. La gestion des eaux et des terres, les infrastructures rurales, l'accès aux marchés, les disponibilités alimentaires et la réduction de la faim ne peuvent être améliorés que si les interventions d'urgence en cas de catastrophe font partie intégrante du programme.

Le CAADP requiert un investissement ambitieux de 240 milliards de dollars d'ici à 2015, soit 17,2 milliards de dollars par an, c'est-à-dire moins que le coût annuel des importations vivrières en Afrique. En ce qui concerne la part de l'Afrique, les contributions intérieures aux investissements agricoles devraient augmenter, passant de 35 à 55 pour cent, à mesure que l'économie se stabilise. Le reste devra être mobilisé par des partenariats avec d'autres nations, le secteur privé, les organismes de développement et les institutions bancaires?

De nombreux partenariats ont été noués cette semaine en faveur du NEPAD. M. Josue Dione, Directeur de la Commission économique pour l'Afrique, a exprimé l'engagement de la CEA à "travailler avec la FAO et d'autres partenaires pour aider l'initiative du NEPAD dans le secteur agricole comme dans tous les autres domaines".

Le Président Olusegun Obasanjo du Nigeria a déclaré, "Le NEPAD est une initiative africaine authentique pour résoudre les problèmes endémiques de pauvreté et de sous-développement en Afrique. C'est une opération de longue haleine et non pas une solution de fortune".

    commentaires ?   écrivez au webmaître

© FAO, 2002