From the podium

From the podium


Son Excellence Cheikh El Avia Ould Mohamed Khouna (Premier Ministre de la République Islamique de Mauritanie) (Langue originale arabe)

C’est pour moi un grand honneur de m'adresser à vous aujourd'hui au nom du Président de la République Islamique de Mauritanie, Monsieur Maaouiya Ould Sid’Ahmed Taya, à l'occasion de la tenue de cette Conférence intitulée "Sommet mondial de l'alimentation: cinq ans après".

Je voudrais tout d'abord vous exprimer mes chaleureuses félicitations pour votre présidence de cet important Sommet. Je suis convaincu que votre sagesse et votre expérience constituent le meilleur gage de réussite pour nos travaux.

A cette occasion, j'adresse mes sincères remerciements à la République amie d'Italie pour avoir accepté d'abriter ce Sommet et pour les facilités qu'elle nous a accordées. J'aimerais également exprimer à Monsieur Jacques Diouf toute notre considération pour les efforts louables qu'il ne cesse de déployer depuis son élection à la Direction générale de notre Organisation pour que celle-ci puisse mieux remplir l'importante mission qui lui est dévolue dans les domaines de l'agriculture et de l'alimentation. Au moment où le monde connaît une croissance économique soutenue et un développement scientifique et technologique vertigineux, il est paradoxal de constater qu'un grand nombre d'individus souffre encore de la faim et du sous-développement.

C'est dans ce contexte que le Sommet de Rome, tenu en 1996, s'est engagé à œuvrer résolument pour l’éradication de la faim et de la malnutrition dans le monde. Pour atteindre ce noble objectif, la Communauté internationale s'est engagée à réduire de 50 pour cent le nombre des personnes souffrant de la faim et de la malnutrition dans le monde. A cet égard, le Sommet qui nous réunit aujourd'hui, constitue une opportunité utile pour évaluer les efforts accomplis et définir les voies et moyens de réaliser nos ambitieux objectifs.

La République Islamique de Mauritanie se trouve, de par sa position géographique, sur la ligne de front de la désertification et souffre d'une sécheresse persistante et d'un déficit important en ressources d'eau. Cette situation particulière a provoqué ces dernières décennies de profondes mutations économiques, sociales et écologiques, dans une société dont la majeure partie vivait d'agriculture et d'élevage.

Cette situation a engendré une sédentarisation rapide dans plusieurs régions du pays et un exode rural massif vers les principaux centres urbains. Ainsi, la population des villes a augmenté de manière exponentielle, nécessitant la fourniture des services essentiels et la réalisation des équipements et infrastructures de base pour faire face à ce phénomène. A titre d'exemple, le nombre des habitants de la capitale, Nouackchott, avoisine actuellement le million, alors que selon les prévisions, ce nombre ne devrait pas dépasser les cent mille, à l'horizon de l'an 2000.Pour faire face à cette situation, notre pays a mis en œuvre des politiques de développement qui font de la promotion de l'homme, de l'amélioration de ses conditions de vie et du progrès social, leur objectif ultime.

Comme l'a dit le Président de la République, Monsieur Naayouiya Ould Sid Ahmed Taya: "Nous œuvrons résolument à édifier une société propice à l'éclosion des talents, où l'égalité des chances est garantie à tous, l'homme étant l'objectif ultime et la finalité de nos efforts". Dans ce cadre, notre pays œuvre à jeter les bases d'un développement durable qui prenne en compte toutes les dimensions politiques, économiques, sociales et écologiques, dans un climat de sécurité, de stabilité et de règne de l'état de droit.

Dans cet ordre d'idées, le Gouvernement poursuit une politique économique libérale visant à promouvoir l'initiative privée et à créer les conditions favorables au développement et à l'investissement. Ainsi, la sécurité alimentaire et la lutte contre la pauvreté occupent une place de premier ordre dans nos programmes de développement. Dans ce cadre, et pour résorber le déficit alimentaire, les efforts se poursuivent en vue de développer le secteur agricole, augmenter la production, accroître la productivité, diversifier les produits et promouvoir la production animale. Les politiques mises en œuvre ont permis d'élever le niveau de vie des populations et de faire reculer significativement la pauvreté, en dépit de la rareté des ressources, de l'ampleur des défis et des changements climatiques.

Il y a lieu de rappeler à cet égard que notre pays a connu cette année un déficit pluviométrique important et une mauvaise répartition des pluies, ainsi que des intempéries qui ont détruit les récoltes et affecté durement le cheptel.

En dépit d'une plus grande prise de conscience de la part de la Communauté internationale de la gravité du phénomène de la faim et de la pauvreté et de leurs répercussions négatives sur la sécurité et la stabilité dans le monde, les efforts internationaux restent en deçà de l'ampleur des défis. Il nous revient, en conséquence, de multiplier les efforts et de renforcer la solidarité et la coopération internationales pour atteindre les nobles objectifs que nous nous sommes fixés lors de notre dernier Sommet et qui ont constitué une source d'espoir pour bien des Etats et des peuples.

Complete list of statements by order of delivery

See FAO Country profile


 

comments? please write to the webmaster

© FAO, 2002