From the podium

From the podium


Son Excellence Kheng Sar (Vice-Premier Ministre de l’Intérieur du Gouvernement du Royaume du Cambodge)

C'est un très grand honneur et un très grand privilège pour moi d'être ici et de prendre part à ce Sommet mondial de l'alimentation: cinq ans après. Au nom du Gouvernement du Royaume du Cambodge et au nom de ma délégation, je voudrais saisir ici l'occasion qui m'est donnée d'exprimer mes plus sincères remerciements à la FAO qui a organisé ce Sommet dont l'importance ne saurait être minimisée. Je voudrais également remercier le Gouvernement italien qui a tout fait pour accueillir dans les meilleures conditions cette réunion.

Dès 1998, le Gouvernement du Royaume du Cambodge a adopté une stratégie triangulaire dont les objectifs sont les suivants. Tout d'abord, mettre un terme à la guerre: lancer un mouvement de réconciliation et d'unité nationale, rétablissement de la paix et de la stabilité politique, affermissement de la sécurité au sein de la nation; intégrer le Cambodge dans la communauté régionale et internationale afin d'établir des liens de coopération et d'amitié avec les autres nations; troisième élément de cette stratégie, promotion du développement économique et social par la mise en œuvre de quatre programmes de réformes holistiques dans les domaines de l'administration, de l'armée, de la justice et de l'économie.

Cette stratégie triangulaire est la dynamique qui va permettre au Cambodge d'atteindre un climat de paix et de sécurité. Vous le savez, mon pays a traversé plusieurs décennies de conflits internes, je veux notamment parler du terrible régime du Kampoutchéa démocratique qui a été en place pendant trois ans, huit mois et vingt jours. Le moment est bien choisi pour nous, Peuple cambodgien, de réhabiliter nos infrastructures et de les développer. Il ne s'agit pas seulement de nos infrastructures, il s'agit également de nos ressources humaines. Nous faisons tout notre possible pour préserver la paix, la sécurité et l'ordre civil pour renforcer la paix, la sécurité et l'ordre civil. Nous essayons de même d'améliorer la situation économique qui prévaut chez nous en dépit de l'effet dévastateur des inondations dont nous avons souffert et en dépit des autres difficultés auxquelles nous sommes confrontés depuis plusieurs années. Depuis 1979, le Cambodge a fait de nombreux progrès en matière de réduction de la pauvreté et nous avons essayé progressivement d'améliorer notre situation en matière de sécurité alimentaire. La proportion d'individus vivant sous le seuil de pauvreté est passé de 43 pour cent en 1992-93 à 37 pour cent en 1997-98. A l'heure actuelle, cette proportion est de 35 pour cent de la population.

Aujourd'hui encore, 80 pour cent de la population pauvre du Cambodge vit dans les zones rurales et 30 pour cent de la population rurale pauvre sont menacés d'insécurité alimentaire. Elle se retrouve dans cette situation environ un à deux mois par an.

Au fil des ans, nos parteniares extérieurs pour le développement ont été très généreux. Ils ont beaucoup aidé le Cambodge favorisant l'investissement public et son processus de réforme. C'est une histoire dont nous sommes fiers car elle est marquée par de grands succès. Mais le Gouvernement a encore beaucoup à faire et cela supposera des ressources financières supplémentaires. Les efforts qui sont déployés par le Gouvernement du Royaume du Cambodge, en étroite collaboration avec sa population, ont visé à lancer une politique de décentralisation par le moyen d'élections qui se sont tenues dans les conseils municipaux le 3 février 2002. Je pense qu'avec la coopération de nos partenaires dans le domaine du développement, le Gouvernement du Royaume du Cambodge sera à même de développer tous les secteurs de son économie. J'en tire la conclusion que les problèmes de production alimentaire et d'insécurité alimentaire seront, sinon résolus, du moins grandement réduits. Le Gouvernement du Royaume du Cambodge continue à travailler en étroite collaboration avec tous ses partenaires pour améliorer la coordination et la gestion de l'aide qui nous est apportée. Il faut que cette aide soit dirigée vers les zones prioritaires.

Je voudrais saisir l'occasion qui m'est offerte ici pour vous informer du fait que le Gouvernement du Royaume du Cambodge a fait beaucoup de progrès pour ce qui est de la mise en œuvre des résolutions qui ont été prises lors du dernier Sommet mondial de l'alimentation. En 1997, nous avons lancé une nouvelle stratégie dans le domaine agricole et nous avons également lancé le Programme spécial pour la sécurité alimentaire. Cette stratégie s'appuyait sur les recommandations formulées lors du Sommet mondial de l'alimentation de 1996. Au début de l'année 1998, le Cambodge a lancé la phase pilote du Programme spécial pour la sécurité alimentaire. Les résultats de cette première phase ont été encourageants. Le Gouvernement du Royaume du Cambodge a donc étendu la portée du Programme spécial pour la sécurité alimentaire.

A cet égard, le Gouvernement du Royaume du Cambodge a mis en œuvre une politique de sécurité alimentaire et de réduction de la pauvreté en donnant priorité aux infrastructures et à la production agricole. Nous avons étendu et accru nos systèmes d'irrigation. Nous avons accéléré la réforme agraire. Nous avons réformé nos politiques en matière de pêche et d'exploitation forestière. Nous avons notamment promu l'exploitation forestière communautaire et nous avons mis sur pied des programmes qui permettent l'accès au micro-crédit des populations rurales.

Encore une fois, au nom du Gouvernement du Royaume du Cambodge, je voudrais remercier les Pays Membres qui sont présents ici et qui aident le Cambodge dans son entreprise, entreprise absolument fondamentale, pour le développement de son pays. Je pense notamment à l'Italie, au Japon, à la Suisse, à la Pologne, à la Belgique et à l'Allemagne.

Mon Gouvernement est reconnaissant de l'aide qui lui a été apporté, mais nous demandons également l'aide de la FAO qui pourrait nous faire bénéficier de la présence d'experts qui viendraient aider le Ministère de l'agriculture, de la pêche et des forêts. Ces experts pourraient nous aider à travailler sur la mise en place d'un Programme spécial national pour la sécurité alimentaire. Enfin, le Gouvernement du Royaume du Cambodge soutient pleinement les résolutions qui seront passées par ce Sommet mondial de l'alimentation et nous nous engageons à continuer à mettre en œuvre le Plan d'action du premier Sommet mondial de l'alimentation. Nous voulons que notre travail soit bientôt couronné de succès.

Complete list of statements by order of delivery

See FAO Country profile


 

comments? please write to the webmaster

© FAO, 2002