From the podium

From the podium


Son Excellence Ismail Alaoui (Ministre de l'agriculture, du développement rural, des eaux et des forêts du Royaume du Maroc)

Notre Conférence se tient dans une conjoncture toute particulière, qui connaît des changements structurels caractérisés par une globalisation qui n'est pas toujours juste et équitable, notamment à cause des obstacles et des barrières douanières tarifaires et non tarifaires et aussi à cause des subventions directes et indirectes accordées par les pays riches, ce qui réduit la capacité des pays en développement. Cette conjoncture est aussi caractérisée par des événements que nous ne pouvons que dénoncer fortement, notamment le terrorisme aveugle, que ce soit un terrorisme pratiqué par des individus ou par des Etats.

Alors que nous discutons de la sécurité alimentaire dans le monde, nous devons dénoncer les actions inhumaines dont le Peuple palestinien a été victime, notamment le déracinement d'arbres et le déracinement de l'olivier, arbre symbolique. Je voudrais que le Comité international apporte toute son aide pour pallier cet état d'injustice. Je voudrais aussi que l'embargo contre l'Iraq soit levé pour arrêter et mettre un terme à la souffrance humaine en Iraq.

Cette conjoncture donne une coloration toute particulière à notre Sommet pour tout faire afin d'éradiquer la pauvreté et la malnutrition. En effet, les objectifs qui ont été établis il y a plus de cinq ans n'ont pas pu être réalisés à 100 pour cent. Comme vous le savez, cinq ans se sont écoulés depuis le dernier Sommet, plusieurs résolutions ont été prises, notamment la Déclaration de Rome et le Plan d'action. Mais une évaluation rapide de ce qui a été accompli ne montre que l'objectif de réduire les personnes souffrant de la pauvreté n'a pas été atteint, surtout en Afrique qui souffre encore de plusieurs crises et de l'aggravation de plusieurs cas de tension et des drames humains continuent à sévir dans ce continent.

Malgré les efforts déployés par le Gouvernement pour asseoir l'état de droit et pour libéraliser les économies, il faut augmenter l'aide apportée à l'Afrique. Et même, si on arrive à réaliser cette augmentation de l'aide internationale à l'Afrique, notre continent et ses pays continueront à souffrir du problème de la dette. Le Maroc appuie l'initiative en ce sens adoptée par l'Afrique dans le cadre du projet NEPAD pour que toutes les parties contribuent, en collaboration avec les autres composantes de la communauté internationale, au succès cette initiative. En application du Plan d'action du Sommet, le Maroc a réalisé des progrès importants dans le domaine de la sécurité alimentaire tant sur le plan national qu'international. Le Maroc a donc appuyé le plan concernant l'Afrique en signant des accords et des conventions avec la FAO d'un côté, et avec d'autres pays africains, de l'autre. Il a apporté son expertise à l'Afrique pour réussir ce projet. Sa Majesté, Mohammed VI, a déclaré que le Maroc annule la dette que les pays les plus pauvres lui doivent. En effet, nous avons adopté une stratégie globale qui prend en considération la nécessité de préserver les ressources hydriques et une meilleure utilisation des ressources techniques, notamment dans une région qui souffre de précipitations faibles.

D'autres projets de développement, qui font participer la population locale et prennent en considération les différentes spécificités des régions, visent à préserver l'équilibre environnemental. Et, pour faire face au fléau de la sécheresse qui s'est aggravée depuis deux décennies, le Maroc a adopté une approche globale qui a donné de bons résultats et a pu épargner à notre pays la sous-alimentation. Par rapport au secteur de la pêche, secteur qui contribue largement à la sécurité alimentaire dans notre pays, le Maroc a adopté un plan pour préserver les ressources halieutiques et les gérer de façon rationnelle pour assurer la pérennité de ses ressources.

L'éradication de la pauvreté est un élément clé de la stratégie marocaine, notamment à travers le plan quinquennal 2000-2004 et à travers la décision de créer l'Agence nationale pour le développement social et le Fonds marocain Mohammed VI pour les œuvres sociales aussi et ces deux actions sont en faveur notamment des habitants pauvres du monde rural ainsi que pour consolider l'infrastructure et améliorer la situation de la femme et scolariser les enfants ruraux, tant les fillettes que les garçons.

Je voudrais vous dire que pour l'an 2001-2002, nous avons généralisé la scolarisation pour tous les enfants qui ont atteint six ans. Et dans le cadre de la lutte contre la pauvreté, nous avons veillé à approfondir l'expérience démocratique et consolider l'action de la société civile et faire en sorte que la conscience soit prise, que le développement est l'affaire de tous, notamment à travers l'apport de la société civile, des ONG à côté des efforts gouvernementaux afin de consolider et de démocratiser l'action de notre Gouvernement. Je voudrais saluer les efforts déployés par la FAO et par son Directeur général afin de réaliser les programmes et projets qui visent à réaliser la sécurité alimentaire dans les pays en développement et pour que toute l'humanité puisse vivre dans la dignité.

Complete list of statements by order of delivery

See FAO Country profile


 

comments? please write to the webmaster

© FAO, 2002