From the podium

From the podium


Mr Ousmane Seck (Conseiller, Banque islamique de développement - IDB)

Le Président de la Banque islamique de développement, le Dr Mohamed Ali, avait participé à la réunion de ce Sommet au mois de novembre 1996. Il a été retenu par un Conseil d'administration, prévu de longue date, et c'est ce qui me vaut l'honneur de m'adresser à vous en quelques mots.

Monsieur le Président, je voudrais d'abord vous féliciter pour votre patience, j'allais dire votre endurance; les sessions ont été longues, et elles ont été physiquement éprouvantes mais intellectuellement satisfaisantes. Le sujet en vaut la peine, il s'agit de la faim dans le monde, la faim chez les plus pauvres dans le monde. Les études qui ont été réalisées par la FAO nous renvoient des chiffres inquiétants. Nous n'avons pas besoin de revenir sur ces chiffres, ils ont été cités longuement et plusieurs fois lors de ces longues sessions.

Parmi les 54 pays membres de la Banque islamique de développement, nombre d'entre-eux figurent dans les zones les plus pauvres du monde, donc les zones les plus affectées par la faim. Et c'est pourquoi la Banque islamique de développement a inscrit en première priorité de ses activités, le développement de l'agriculture et de la sécurité alimentaire. Nous avons décidé de nous atteler à cette tâche avec toutes les autres institutions de financement du développement avec lesquelles nous avons conclu des accords de coopération. Nous avons aussi, surtout, renforcé notre coopération avec la FAO.

A l'heure où nous parlons, nous avons déjà conclu des projets avec la FAO au terme desquels, dans quelques mois, des ressortissants du Bangladesh se retrouveront en Gambie, des techniciens se retrouveront au Niger et des techniciens de l'Egypte se retrouveront à Djibouti, pour promouvoir la formation et le développement de l'agriculture, pour accroître la production agricole. Il n'y a pas d'autres moyens de lutter contre la faim que de développer l'agriculture et d'accroître la production agricole.

Monsieur le Président, nous voudrions simplement attirer votre attention sur trois points essentiels. Le premier point c'est le financement de l'agriculture. Le Comité de haut niveau sur la mobilisation des ressources, qui s'est réuni ici même il y a un an, a défini le cadre et ce qui a abouti à la création de ce fonds fiduciaire pour le financement de l'agriculture. La Banque islamique de développement se dit prête à collaborer avec toutes les autres institutions pour que ce financement soit une réalité. La deuxième question que je voulais vous signaler, c'est la formation en matière d'agriculture et notamment le développement des capacités, car si les Etats ainsi que les institutions, les agences des Etats ne sont pas fortes, l'encadrement de l'agriculture ne pourra être effectif. La troisième question, enfin, concerne la promotion de la recherche scientifique, de la recherche agronomique. Sur tous ces points la Banque islamique de développement offre sa collaboration, sa coopération avec toutes les autres institutions de financement du développement et notamment à la FAO.

Complete list of statements by order of delivery


 

comments? please write to the webmaster

© FAO, 2002