Sommet mondial sur la sécurité alimentaire

Engagement renouvelé pour vaincre la faim

Les leaders de la planète, réunis aujourd’hui au siège de la FAO dans le cadre du Sommet mondial sur la sécurité alimentaire, ont adopté une déclaration renouvelant leur engagement à prendre aussitôt que possible des mesures pour éliminer définitivement et le plus tôt possible la faim de la surface de la terre.

Ils ont également décidé d’inverser la tendance à la diminution des financements nationaux et internationaux consacrés à l’agriculture, de promouvoir de nouveaux investissements dans ce secteur, d’améliorer la gouvernance des questions mondiales relatives à l’alimentation en partenariat avec les parties prenantes concernées des secteurs public et privé, et d’affronter de manière proactive les défis que pose le changement climatique en matière de sécurité alimentaire.

Un résultat tragique

Estimant que la présence de plus d’un milliard de personnes sous-alimentées dans le monde est un “résultat tragique en ces temps modernes”, M. Jacques Diouf, Directeur général de la FAO, a souligné la double nécessité de produire les denrées alimentaires là où vivent les pauvres et les affamés et d’augmenter les investissements en agriculture dans ces mêmes régions.

Programme d’action

Les pays pauvres ont besoin des outils politiques, économiques et de développement qui stimuleront leur production et leur productivité agricoles. Il faut investir davantage dans l’agriculture car la majorité des pays pauvres ont impérativement besoin d’un secteur agricole en bonne santé pour venir à bout de la faim et de la pauvreté et assurer leur croissance économique générale. L’ampleur de la crise alimentaire actuelle est la conséquence de 20 années d’investissements insuffisants dans l’agriculture et de délaissement de ce secteur. Or, l’agriculture assure directement ou indirectement la subsistance de 70 pour cent des populations pauvres de la planète.

Photos Audio Webcasting Delicious Twitter Facebook
 

Dernières nouvelles

La FAO et des experts internationaux préconisent un effort mondial pour prévenir la propagation rapide de la fusariose, une maladie mortelle pour les bananeraies et qui représente une menace grave pour le bien-être économique et la sécurité alimentaire dans les pays en développement.
Dix ans après que la pire catastrophe naturelle de lâhistoire récente ait déferlé sur le littoral des pays du Sud et du Sud-Est asiatique, les pays de la région sont mieux armés pour faire face aux tragédies comme celle du Tsunami de lâocéan Indien ; toutefois leur préparation peut encore être améliorée, selon lâOrganisation des Nations Unies pour lâalimentation et lâagriculture (FAO).
Accréditation des médias

En route pour le Sommet

Trois événements majeurs ont préparé le terrain pour le Sommet:

Le Forum d’experts de haut niveau «Comment Nourrir le Monde en 2050» s'est penché sur les options politiques envisageables par les gouvernements pour être en mesure de nourrir la population mondiale lorsqu’elle culminera à près de 9,2 milliards de personnes au milieu du siècle.

Le Comité de la sécurité alimentaire mondiale a examiné les réformes qui lui permettront de jouer un rôle plus efficace dans la gouvernance mondiale de la sécurité alimentaire.

La Journée mondiale de l'alimentation cette année porte sur les moyens d’atteindre la sécurité alimentaire en temps de crise.


Bookmark and Share