FAO.org

Accueil > Faim zéro > detail

Océans: nos alliés contre le changement climatique

Comment les écosystèmes marins contribuent à préserver notre planète


14 Jun 2017

On sait bien que les forêts, notamment les forêts ombrophiles, sont nos premières alliées dans la lutte contre le changement climatique, car elles absorbent les gaz à effet de serre. Mais saviez-vous que les océans constituaient les principales zones tampon de la planète contre le changement climatique? En effet, ils absorbent environ 25 pour cent de nos émissions actuelles de gaz à effet de serre, et plus de  90 pour cent de l’excès de chaleur causé par les changements climatiques d’origine anthropique.

Cependant, les océans sont aussi les plus affectés par le changement climatique. Les activités humaines entraînent une acidification et une élévation des températures de l’eau qui modifient nos océans et leurs ressources biologiques animales et végétales.

Les récifs coralliens et les environnements côtiers des régions tropicales, y compris les mangroves et les marais salants, sont particulièrement menacés. Ces écosystèmes stockent une grande partie du carbone qui reste emprisonné dans les océans pendant des centaines d’années, c’est pourquoi ils sont nos  “alliés” contre le changement climatique. Toutefois, depuis les années 40, plus de 30 pour cent des mangroves, près de 25 pour cent des marais salants et plus de 30 pour cent des prairies sous-marines ont disparu. Au moment où nous en avons le plus besoin, nous perdons ces écosystèmes cruciaux.

Voici cinq  façons dont les océans contribuent à la lutte contre le changement climatique et à l’atténuation de ses effets:

1. En piégeant le carbone: les mangroves, les récifs coralliens, les marais salants et les prairies sous-marines représentent à peine 1 pour cent du plancher océanique, mais ils contiennent entre 50 et 70 pour cent du carbone stocké dans les océans. Comme les forêts, les écosystèmes marins absorbent les gaz à effet de serre présents dans l’atmosphère et les séquestrent  parfois pendant des milliers d’années, ce qui leur a valu l’appellation de « puits de carbone bleu. » 

2. En réduisant l’érosion côtière : Avec le temps, les vagues emportent les sédiments loin du rivage. Quand cela se produit plus rapidement ou plus brutalement, par exemple lors de violentes tempêtes, cela peut endommager sérieusement les habitations et les infrastructures côtières. Les prairies sous-marines ont beau ressembler à nos prairies terrestres, ce sont des plantes florissantes qui prolifèrent au fond des mers salées et contribuent à maintenir les sédiments en place. Les marais salants, les mangroves et les récifs de corail contribuent aussi à ralentir l’érosion et à protéger les littoraux.  

3. En protégeant la vie marine et la biodiversité : Les récifs coralliens occupent moins de 0,1 pour cent de la surface des océans de la planète, mais ils abritent au moins 25 pour cent de l’ensemble de la biodiversité marine. Les récifs coralliens sont les moins secrètes des armes secrètes des océans, car ils exercent un fort pouvoir d’attraction sur  les touristes, qui viennent observer la richesse de la vie marine qu’ils abritent. Cependant, ces récifs sont des écosystèmes fragiles, de plus en plus affectés par l’activité humaine. Le tourisme négligeant, la pollution des eaux, la surpêche, l’élévation des températures et l’acidité contribuent à les endommager, parfois de façon irréversible.

4. En formant des barrières contre les tempêtes : les mangroves, les arbustes ou les petits arbres tolérant le sel qui poussent dans les eaux côtières salines créent des barrières de protection contre les vagues et maintiennent en place les sédiments grâce à leurs systèmes radiculaires sous-marins. Ils protègent ainsi les communautés côtières lors des cyclones ou des tempêtes tropicales. Selon des scientifiques, les mangroves ont sans doute atténué les dégâts causés par le Cyclone Nargis, au Myanmar en 2008, où certaines parties du littoral avaient perdu jusqu’à 50 pour cent de leur couvert de mangrove.

5. En ralentissant les vagues destructrices: Les marais salants sont des zones côtières humides qui sont inondées et drainées par l’eau salée apportée par les marées. Ils sont surtout connus pour protéger le littoral de l’érosion des sols, mais ils constituent aussi une défense efficace contre les ondes de tempêtes et les raz de marée. Ils peuvent réduire de 20 pour cent la hauteur des vagues. Lorsque celles-ci déferlent à l’intérieur et autour de ces marais, la végétation freine leur force et amortit leurs effets sur les communautés côtières. Les marais salants, qui étaient autrefois considérés comme des terrains vagues, peuvent rivaliser avec les forêts tropicales humides en qu’habitats biologiquement productifs, car ils servent de pépinières et de refuge à une grande variété de ressources biologiques marines.

La FAO sensibilise à l’importance de nos océans et coopère avec des gouvernements, des ONG et d’autres partenaires, y compris des communautés côtières et des pêcheurs, pour aider à comprendre les effets du changement climatique et minimiser les risques pour ces environnements marins. Ce faisant, elle protège ces communautés côtières et leurs moyens de subsistance, en particulier dans les Petits États insulaires en développement, touchés de manière disproportionnée par le changement climatique et les phénomènes météorologique extrêmes.

 Nous avons tous un rôle à jouer pour protéger ces habitats. Lisez notre Guide sur les océans (en anglais) pour en savoir plus. 

Partagez