FAO.org

Accueil > Faim zéro > detail

Combien en savez-vous sur les petits États insulaires ?

Voici 7 faits sur la sécurité alimentaire et la nutrition dans les petits États insulaires en développement (PEID)


30 Mar 2017

Au cours des dernières années, on nous a souvent rappelé qu’il ne faut laisser personne derrière nous dans la mise en œuvre de nos actions pour un avenir durable. Des données récentes indiquent que plusieurs des petits États insulaires en développement (PEID) ont atteint des niveaux de malnutrition en dessous de 5 pour cent. La bonne gouvernance est certainement le facteur essentiel pour l’augmentation de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans les PEID et la FAO apporte son soutien à travers des conseils politiques, des analyses et de l’assistance technique.

Voici 7 faits sur la sur la sécurité alimentaire et la nutrition dans les PEID et ce que nous mettons en place pour venir en aide :

Combattre l’empiètement de la pauvreté et du chômage

La pauvreté et le chômage sont les contraintes majeures pour l’accès à la nourriture dans les PEID étant donné que ces pays luttent avec des hauts niveaux de pauvreté. Les taux les plus élevés de pauvreté sont enregistrés dans les Îles de la région AIMS avec 66.2 pour cent à Sao Tomé-et-Principe et 69.3 pourcent en Guinée-Bissau.

#Les Comores : La FAO aide à la création d’emplois stables et rémunérés pour la population rurale pour ainsi augmenter les revenus et améliorer la sécurité alimentaire. L’objectif est axé sur la durabilité de la paix en promouvant les emplois pour les jeunes.

Diminuer la dépendance aux aliments importés

Dans les pays PEID, les aliments importés, contrairement aux aliments produits nationalement, sont de loin la plus importante source d’aliments. Dans au moins sept pays des Caraïbes, 80 pour cent ou plus des aliments disponibles sont issus de l’importation. Voilà pourquoi la production locale d’aliments nutritifs pour un régime équilibré est si importante.

#Saint Kitts: Un récent projet de la FAO a renforcé les coopératives de pêches du pays, menant ainsi à l’adoption d’un nouvel agenda législatif et mettant en place un base solide pour une cogestion et une approche écosystémique des pêches (EAF) durable. Par conséquent, le secteur prend une approche plus commerciale des activités de la pêche, en assurant la demande du consommateur en termes de sécurité et qualité des aliments.  

Assurer l’accès, à des aliments abordables, diversifiés et nutritifs

Les aliments consommés dans les PEID ont été caractérisés par des choix d’aliments nutritionnellement pauvres. Des habitudes alimentaires inadéquates dans la plupart de ces îles ont contribué à l’augmentation de la prévalence des maladies chroniques, non transmissibles, comme le diabète et les maladies cardiaques. La plupart des aliments importés qui sont abordables et disponibles sont riches en calories, ont une teneur élevée en gras et en édulcorants.

#Les Maldives : La FAO travaille pour établir un secteur commercial viable et écologique des œufs qui augmente durablement les revenus et améliore la sécurité et la nutrition alimentaire des ménages. 

Travailler pour fournir de l’aide suite aux désastres naturels

Les petites îles sont particulièrement vulnérables aux événements météorologiques extrêmes dus au changement climatique, ce qui affaiblie les efforts pour l’avancée de la sécurité alimentaire et la nutrition. Durant les années entre 1990 et 2014, 182 désastres naturels majeurs se sont produits dans les Caraïbes. À Cuba, les ouragans Gustav et Ike ont gravement affecté différentes provinces, provoquant une brusque diminution des niveaux de production et de disponibilité d’aliments conduisant à l’insécurité alimentaire.

#Cuba: L’aide de la FAO a fourni du matériel et des équipements pour restaurer les capacités de production d’aliments dans les secteurs de l’élevage et de la pêche, dans les provinces de Camaguey, Holguin, Las Tunas et Pirnar del Rio et la production de tilapia dans la municipalité de l’Isla de la Juventud.

Renforcer la résilience de l’agriculture face au changement climatique

Le changement climatique affecte disproportionnellement les pays les plus pauvres au monde, - en particulier les petits États insulaires en développement – où les peuples sont les plus dépendants des ressources naturelles. Ces effets disproportionnels affaiblissent les communautés locales qui dépendent lourdement sur les secteurs sensibles au climat comme la pêche, le tourisme et l’agriculture.

#La Jamaïque : La FAO a installé des stations météorologiques automatisées dans les zones majeures de production agricole dans le pays. Les meilleures observations de la météo et du climat contribuent à apporter des services à valeur ajoutée parmi lesquels on trouve : prévisions météo spécifiques à une localité, prévisions des récoltes et niveaux de production, programmation des semis et dates d’irrigation, estimation d’irrigation nécessaire et développement de programmes de gestion des parasites et maladies incluant des systèmes d’alerte précoce.

Promotion d’une exploitation durable de la forêt

Les forêts abritent la grande majorité de la biodiversité terrestre dans les PEID. La biodiversité est caractérisée par de hauts niveaux d’endémisme et une façon de préserver ces espèces endémiques est de protéger l’environnement. La Papouasie-Nouvelle-Guinée abrite un nombre remarquable de différentes espèces et écosystèmes. Les îles de la Nouvelle-Guinée englobent la troisième plus grande forêt pluviale au monde.

#La Papouasie-Nouvelle-Guinée : La FAO travaille pour renverser la tendance constante de la dégradation de la forêt à travers le renforcement des capacités de l’agence nationale des forêts et des cours de formation destinés aux opérateurs des industries forestières et aux fonctionnaires du gouvernement.

Établir une feuille de route pour la bonne gouvernance

La bonne gouvernance est certainement le facteur essentiel pour améliorer la sécurité alimentaire et la nutrition dans les petits États insulaires en développement. Elle est caractérisée par des processus prévisibles, éclairés et transparents qui sont idéalement transversaux, pluridisciplinaires et sur plusieurs niveaux.

#Les Seychelles : À la suite de l’introduction d’un processus de réforme du secteur de l’administration publique en 2009, le gouvernement des Seychelles a demandé le soutien de la FAO pour analyser les institutions agricoles majeures du pays, à savoir, le ministère des ressources naturelles et l’agence agricole des Seychelles (SAA). Avec le soutien de la FAO, une analyse a été effectuée pour déterminer l’efficacité et l’efficience des deux structures et pour identifier les secteurs ayant besoin de renforcement institutionnel pour améliorer leur contribution à la sécurité alimentaire et au développement économique.

Soyez un catalyseur du changement et renforcez la prise de conscience sur la sécurité alimentaire et la nutrition dans le PEID en disséminant cet article !

Partagez