FAO.org

Accueil > Faim zéro > detail

Les cultures orphelines peuvent assurer la sécurité alimentaire de millions de personnes

Présentation du pois tubéreux africain (african yam bean), une culture traditionnelle particulièrement nutritive


07 Sep 2016

Les petits exploitants et les populations vivant dans les zones rurales d'Afrique cultivent une très grande variété de plantes comestibles autres que le riz, le blé ou le maïs. Ces cultures, y compris le pois tubéreux africain, ont pendant longtemps été négligées bien qu’elles constituent, dans la plupart des régimes alimentaires, un excellent complément alimentaire alternatif.

Cultivé dans certaines zones des régions tropicales d’Afrique centrale, occidentale et orientale, le pois tubéreux africain (Sphenostylis stenocarpa) pourrait grandement contribuer à la sécurité alimentaire globale et améliorer les régimes alimentaires des populations locales. Cette culture ne doit pas être confondue avec le jicama, un autre type de pois tubéreux également appelé pois patate, originaire lui d’Amérique latine. Le pois tubéreux africain est une culture traditionnelle, riche en protéines et en amidon, qui s’adapte très facilement à des conditions environnementales difficiles et qui peut fixer l'azote dans le sol, ce qui signifie qu'il ne nécessite pas d’importantes quantités d'engrais. Il est habituellement cultivé avec du maïs ou du manioc.

D’où vient-il?  

Le pois tubéreux africain proviendrait d'Éthiopie. Les variétés sauvages et cultivées sont présentes en Afrique de l'Est, de l'Érythrée jusqu’au sud du Zimbabwe, mais également en Afrique de l'Ouest, de la Guinée au sud du Nigeria - elles sont particulièrement présentes dans ce pays -, ainsi qu’au Togo et en Côte d'Ivoire.

Cette culture fait partie intégrante du système alimentaire des populations Igbo et Yoruba du Nigeria. Des spécialités à base de pois tubéreux africain sont ainsi consommées lors des mariages dans l'État d'Ekiti, dans la partie occidentale du pays.

Ce qu’il faut savoir 

Le pois tubéreux africain, principalement cultivé pour la consommation locale, est planté pour ses graines, qui sont riches en protéines et faibles en calories, et la plupart du temps consommées après avoir été séchées et transformées en farine, ou simplement cuites et assaisonnées. Les racines tubéreuses, riches en amidon, dont la forme étiolée ressemble à celle des patates douces, sont consommées fraiches, coupées en lamelles dans des salades, ou séchées et réduites en farine. Les feuilles peuvent également être cuites et consommées à peu près de la même façon que les épinards.

Cette culture semble être peu affectée par l'altitude et peut se développer jusqu’à 1 800 mètres d’altitude. Il faut compter de cinq à sept mois pour que la plante se développe et produise des graines arrivées à maturité. La plante grimpante, qui peut mesurer entre 1,5 et 3 mètres de hauteur, est de couleur verte ou tachetée de rouge. Elle s’entortille autour des rondins dans le sens des aiguilles d’une montre ou utilise les autres plantes comme support pour grimper. Le pois tubéreux africain est d’ailleurs souvent utilisé comme clôture vivante. En raison de la beauté de ses grandes fleurs roses et violettes, cette plante a également un usage ornemental.

Qualités spécifiques 

  • Comme toutes les légumineuses, le pois tubéreux africain augmente le taux d’azote naturel dans le sol et réduit par conséquent les besoins en engrais dans les régions où il est cultivé.
  • La culture présente une grande capacité d’adaptation et est en mesure de pousser sur les sols acides, sablonneux et fortement lessivés des plaines tropicales humides.
  • Le pois tubéreux africain est généralement cultivé en culture intercalaire avec du maïs ou du manioc et est également utilisé dans les rotations de cultures.
  • Il est principalement utilisé comme denrée alimentaire pour les populations, mais il est aussi utilisé pour nourrir les animaux.
  • Parmi d’autres facteurs, le temps de cuisson excessivement long (de 4h à 6h) freine l'utilisation alimentaire des haricots. Toutefois, ce problème peut être surmonté en utilisant des techniques de cuisine traditionnelle, c’est à dire en trempant les graines dans l'eau pendant 4 à 8 heures. Cette pratique permet de réduire à la fois le temps de cuisson et la quantité de substances antinutritionnelles.

Valeur nutritionnelle 

  • Le pois tubéreux africain présente l’avantage de produire des haricots (légumineuses et graines) ainsi qu’un tubercule comestibles.
  • Les petites racines tubéreuses, longues et étiolées comme les patates douces, possèdent une chair blanche, mais contiennent plus de protéines que les patates douces, le manioc ou les ignames.
  • Les pois séchés sont également riches en protéines (18,9 pour cent), et contiennent une bonne quantité de fibres alimentaires (16,7 pour cent) et 1,5 pour cent de matières grasses.

Vous possédez des photos ou des informations à ce sujet, envoyez-les sur notre compte Instagram avec le hashtag #traditionalcrops, #africanyambean. Si vous connaissez des recettes, n’hésitez pas à nous les faire parvenir !

 

Références:

Partagez