FAO.org

Accueil > Faim zéro > detail

Les pouvoirs des pollinisateurs: pourquoi plus d’abeilles signifie une alimentation de meilleure qualité

L’incidence des abeilles sur la nutrition et pourquoi et comment les protéger?


24 Aug 2016

Qu’ont en commun les concombres, la moutarde, les amandes et la luzerne? En apparence, rien; et pourtant, ils ont bel et bien une caractéristique commune: ils doivent tous leur existence aux services des abeilles. Ce que nous apportent ces petites ouvrières à la robe rayée ne se réduit pas au miel et aux piqures douloureuses. Elles travaillent sans relâche dans les champs de la planète depuis des millénaires sans être reconnues pour leurs multiples contributions à la production vivrière. Les abeilles de tous bords jouent un rôle important dans la production agricole, la foresterie et la régulation du climat. Toutefois, aujourd’hui, les services de pollinisation affichent une tendance à la baisse à l’échelle de la planète, ce qui influe directement sur les rendements agricoles et la nutrition.

Dans la série de podcasts Faim Zéro, la FAO examine pourquoi les pollinisateurs sont essentiels à la production alimentaire et ce que nous pouvons faire pour les protéger.

Voici cinq informations importantes à propos des abeilles:

1. Elles augmentent la quantité de nourriture

Les abeilles ainsi que d’autres insectes pollinisateurs permettent d’améliorer la production alimentaire de 2 milliards de petits agriculteurs dans le monde, contribuant ainsi à assurer la sécurité alimentaire de la population mondiale. Les recherches montrent que si la pollinisation était bien gérée dans les différentes petites exploitations agricoles, tous les autres facteurs étant égaux, les rendements agricoles pourraient croître d'une valeur médiane de 24 pour cent.

2. Elles améliorent la qualité des aliments

Les aliments les plus riches en micronutriments comme les fruits, les légumes et les graines sont tributaires de la pollinisation. Si une plante a été bien pollinisée, c’est à dire qu’elle a reçu une assez grande quantité de pollen, ses fruits seront plus grands et plus uniformes. Par exemple, quand les pommes sont bien rondes, cela signifie qu’elles ont été suffisamment pollinisées, alors que quand les pommes sont déformées, cela signifie qu’elles n’ont pas été suffisamment pollinisées ou bien que la pollinisation n’a pas été équilibrée. D’une manière générale, les plantes consacrent la majorité de leurs ressources aux fruits qui ont été pollinisés, augmentant ainsi leur qualité et leur goût.

3. Les abeilles et les pollinisateurs ont besoin d’un environnement favorable pour être heureux

Les pollinisateurs ont besoin de ressources leur permettant de butiner, de lieux riches en pollen et en nectar de fleurs. Ils ont besoin d’un lieu de nidification et d’une zone de butinage, ainsi que d’un environnement naturel non-toxique. Il y a un siècle, les petits systèmes agricoles diversifiés sans pesticide constituaient des conditions optimales pour les pollinisateurs. De tels environnements existent encore dans des pays en développement comme le Kenya.

4. Leurs principales menaces

L’absence d’un habitat approprié pour les abeilles pourrait se traduire par un déclin continu de la pollinisation. La monoculture, les pesticides et la hausse des températures due au changement climatique posent un problème pour les populations d’abeilles et, par conséquent, pour la qualité des denrées alimentaires que nous cultivons. Le déclin de la pollinisation constitue également une menace immédiate pour la nutrition. Si cette tendance se poursuit, les cultures nutritives comme les fruits, les fruits à coque et de nombreuses cultures légumières seront remplacées par des cultures de base telles que le riz, le maïs et les pommes de terre, entraînant tôt ou tard une alimentation déséquilibrée.

5. Mesures de protection pour les agriculteurs et les gouvernements

Pour les agriculteurs:

Les agriculteurs doivent mettre en place un habitat adéquat pour les abeilles afin que la pollinisation soit assurée. Les pratiques recommandées comprennent: maintenir certaines zones d’habitat en conditions naturelles, créer des haies, réduire ou changer l'utilisation de pesticides, laisser les sites de nidification et planter des cultures attrayantes, telles que le manioc, autour du terrain. Ce dernier est souvent utilisé par les agriculteurs au Ghana et a donné des résultats plus que satisfaisants.

Au niveau politique:

Selon le rapport de la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES), les gouvernements devraient favoriser une agriculture plus diversifiée et moins dépendante des produits chimiques toxiques pour faciliter un accroissement de la pollinisation, en vue d’améliorer la qualité et d’accroître la quantité des denrées alimentaires produites.

Il devient de plus en plus important de former les agriculteurs à la valorisation des pollinisateurs et à l’application de méthodes visant à maintenir les activités des abeilles autour de la ferme tout au long de l’année. Ils doivent considérer les abeilles comme des alliées plutôt que comme des ennemies. Toutefois, cela ne constitue qu’une partie du large travail visant à changer les comportements et les pratiques qui valorisent les processus naturels comme la pollinisation –non seulement sur le terrain, mais également au sein du gouvernement. Écouter l'épisode complet ici.

Partagez