FAO Regional Office for Africa

Revue et reformulation de la Politique Agricole Commune (PAC) et du Programme Régional d’Investissement Agricole, de Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle (PRIASAN) de 2nde génération.

Signature d’un projet de coopération technique entre la FAO et la Commission de la Communauté Economique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC)

©FAO

09 août 2021, Libreville –  Dans le cadre des initiatives visant à contribuer à la transformation des systèmes agro-alimentaires en Afrique centrale pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations et la résilience de leurs moyens d’existence, le Coordonnateur du Bureau Sous-régional de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) pour l’Afrique centrale, M. Hélder Muteia et le Président de la Commission de la CEEAC, Son Excellence Gilberto Da Piedade VERISSIMO, ont signé ce jour en présence du Directeur du Bureau Inter Africain des Ressources Animales de l’Union Africaine, un projet de coopération technique portant sur «  Appui à la CEEAC pour la reformulation de la Politique Agricole Commune (PAC) et le Programme Régional d’Investissement Agricole, de Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle (PRIASAN) de 2nde génération  ».

D’un montant total de 206.000 US dollars soit 120.000.000 XFA sur une durée d’un an, le présent projet d’appui à la CEEAC vise à faire le bilan de la première génération de la PAC et du PRIASAN et partant, sur la base des leçons apprises, à définir de nouvelles priorités pour des investissements catalyseurs clefs conformément aux engagements continentaux, 2063 de l’Union Africaine et à l’agenda 2030 ainsi que à des impératifs de réponse aux impacts de la pandémie de COVID-19.

Le projet permettra à la CEEAC, de répondre aux nouvelles préoccupations de développement du secteur agricole dans la région. Il s’agit notamment, de prendre en compte de manière systématique, les thématiques émergentes, dont entre autres, le genre, l’emploi des jeunes, l’agriculture intelligente face aux changements climatiques, la biosécurité, la réglementation phytosanitaire et semencières, la tenure foncière, l’irrigation, la mécanisation agricole, l’approche « Une seule Santé ».

L’impact ultime attendu de ce projet est de contribuer, à terme à créer les conditions pour une croissance agricole inclusive durable, la réduction de la pauvreté, la sécurité alimentaire et nutritionnelle et la souveraineté alimentaire dans l’espace CEEAC.

Dans son allocution, le Président de la Commission de la CEEAC, Son Excellence Gilberto Da Piedade VERISSIMO, a déclaré « en adoptant le plan stratégique indicatif à moyen terme 2021-2025, en novembre 2020, les Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEEAC se sont fixés pour objectif stratégique, en lien avec les agendas 2063 de l’Union africaine et 2030 des Nations Unies, d’accroître de manière significative et durable la production, la productivité et la compétitivité des chaînes de valeurs agrosylvopastorales et halieutiques et leur accès aux marchés».

« Pour y parvenir, les Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEEAC ont adopté également en novembre 2020, le Plan d’Action Prioritaire qui prescrit pour l’année 2021, entre autres activités, l’actualisation de la Politique Agricole Commune Régionale et le Programme Régional d’Investissement Agricole, de Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle de la CEEAC adopté le 24 mai 2015 » a-t-il conclu.

Pour sa part, le Coordonnateur du Bureau Sous-régional de la FAO pour l’Afrique centrale, M. Hélder Muteia, a précisé que « cette actualisation se traduira non seulement par un ajustement, mais aussi et surtout par une valeur ajoutée certaine aux deux principaux documents de stratégie du secteur agricole sous-régional, conformément au cadre de résultats du PDDAA 2020-2025 ».

« Cette reformulation du PAC et du PRIASAN qui se tient dans un contexte de pandémie de la Covid-19 et de la préparation du prochain Sommet mondial des Nations Unies sur les systèmes alimentaires, permettra aux Etats membres de la CEEAC d’enrichir ses documents stratégiques pour une vision holistique du développement et de la transformation des systèmes alimentaires résilients, durables et inclusifs ainsi qu’une meilleure participation de tous les acteurs » a indiqué Hélder Muteia.

En raison des liens étroits entre l’Agriculture et l’Élevage, l’actualisation de la Politique Agricole Commune de la CEEAC nécessite l’implication du Bureau Inter Africain des Ressources Animales de l’Union Africaine (UA – BIRA), compte tenu de son rôle majeur dans la mise en œuvre du Programme Détaillé pour le Développement de l’Agriculture en Afrique et du Projet « Livestock for Livelihoods », une émanation de la stratégie de développement de l’élevage en Afrique de l’Union Africaine.

Le Bureau Inter Africain des Ressources Animales de l’Union Africaine (UA – BIRA), dans son mandat de promouvoir les secteurs des ressources animales et de la Pêche en Afrique, accompagne les États membres et les communautés Economiques régionales dans la revue, la formulation et la mise en œuvre de plans d'investissement agricole régional et national a souligné le Directeur du Bureau Inter Africain des Ressources Animales de l’Union Africaine, M.  Nick NWANKPA.

La production domestique agricole de l’Afrique centrale n’assure qu’une faible couverture des besoins alimentaires régionaux, d’où un renchérissement de la facture des importations qui se chiffre en moyenne à 5 milliards de francs CFA par Etat ; la prévalence de la pauvreté avoisine les 50 % au niveau régional, avec des taux de plus de 70 % dans certains pays, tandis que le double fardeau de la malnutrition demeure endémique.

A l’issue des deux jours de travail, les trois institutions conviendront des résultats clefs et des besoins en ressources financières au titre de l’appui de UA-BIRA au projet, des priorités d’un partenariat tripartite FAO/CEEAC/UA-BIRA à l’horizon 2025 ainsi que d’une feuille de route.