Bureau régional de la FAO pour l'Afrique

La Conférence de Namibie: Renforcer la résilience à la sécheresse en Afrique

Passer de la réaction en cas de crise à une approche stratégique et durable

L’appui à la sécurité alimentaire pour les communautés touchées par la sécheresse en Éthiopie passe par la provision de semences en cas d’urgence, la vaccination et l’alimentation du bétail. (Photo: © FAO / Giulio Napolitano)

18 août 2016, Windhoek – Une première Conférence africaine sur la sécheresse a eu lieu cette semaine sous les auspices de l’Union africaine à Windhoek, en Namibie, suite à la Réunion de haut niveau sur les politiques nationales en matière de sécheresse, organisée par la FAO , l’OMM et le Secrétariat de l’UNCCD en 2013, à Genève, en Suisse.

Elle met l’accent sur la nécessité pour l’Afrique de mettre en bonne place dans son programme de développement un «Cadre stratégique pour la gestion des risques de sécheresse et le renforcement de la résilience en Afrique».

La Conférence a été organisée par le Gouvernement namibien et le Secrétariat de l’UNCCD, avec le soutien de la FAO, et a réuni plus de 300 participants, y compris les délégués des pays, des groupes économiques régionaux ainsi que des organisations de développement et des agences de financement.

Prenant la parole lors d’une discussion de haut niveau de la première Conférence africaine sur la sécheresse basée sur le thème : «Renforcer la résilience face aux périodes de sécheresse sur le continent africain», le président namibien, Dr. Hage Geingob, a appelé les partenaires à collaborer pour la gestion de la sécheresse et répondre aux besoins des communautés et des agriculteurs. Il a donné l’assurance du Gouvernement namibien de continuer à travailler avec la FAO dans ce domaine.

Dans un discours lu au nom du Directeur général de la FAO, José Graziano da Silva, le Représentant de la FAO en Namibie, M. Babagana Ahmadu, a averti des conséquences désastreuses si l’Afrique n’est pas proactive en matière de gestion de la sécheresse, ajoutant que «si des politiques proactives de gestion des risques de sécheresse ne sont pas adoptées, cela compromettrait les efforts que nous menons pour répondre au défi de réaliser les Objectifs de développement durable et les Engagements de Malabo».

«Nous devons harmoniser les cadres réglementaires nationaux et les stratégies sectorielles avec la gestion des risques et nous devons soutenir et autonomiser les communautés et des acteurs ruraux vulnérables, tels que les agriculteurs et les éleveurs, afin d’accroître leur capacité d’adaptation avant que la sécheresse ne se produise. Ils sont en première ligne dans la lutte contre les effets de la sécheresse», a déclaré Babagana Ahmadu.

La FAO s’engage à soutenir les pays sujets à la sécheresse

La FAO a réitéré son engagement à soutenir les pays sujets à la sécheresse dans leurs efforts de renforcer la résilience à la sécheresse.

L’Afrique est particulièrement menacée par la variabilité et le changement climatiques, avec des sécheresses fréquentes et graves qui entravent la croissance agricole et les efforts dans la lutte contre la faim et la pauvreté. Les récents épisodes de sécheresse, qui ont duré deux années consécutives, ont été les plus sévères dans les 30 dernières années et ont fortement touché l’Afrique australe et de l’Est.

La Commissaire de l’Union africaine à l’économie rurale et l’agriculture, Mme Rhoda Peace Tumusiime, a souligné qu’«il est évident que l’Afrique a besoin d’aller au-delà de la réaction en cas de crise de sécheresse si elle veut faire rentrer les sécheresses catastrophiques dans les livres de l’histoire africaine».

Les effets de la sécheresse sont aggravés par l’insécurité alimentaire chronique qui prévaut, même dans les conditions climatiques normales, dans plusieurs régions d’Afrique subsaharienne, et touchent ainsi l’un des besoins fondamentaux pour la survie des populations: l’alimentation.

Les participants à la Conférence ont appelé à un changement de paradigme, pour passer de la réaction en cas de crise à une approche de gestion des risques et des stratégies durables, ce qui permettra aux gouvernements africains de progresser et de faire en sorte que la dévastation due aux sécheresses soit chose du passé.

 

Contact:

[email protected]

[email protected]