Changement climatique

Travailler ensemble pour améliorer les moyens de subsistance, la résilience et l'égalité des sexes dans la filière apicole sénégalaise


07/02/2022

Le miel de Casamance, une région située au sud du Sénégal, représente 70 pour cent de la production nationale*. Malgré cela, la région reste pauvre avec environ 50 pour cent de ses habitants touchés par l'insécurité alimentaire et la malnutrition**. En raison d'un manque de collaboration entre les acteurs impliqués dans le secteur, les apiculteurs locaux peinent à répondre à une demande nationale croissante ainsi qu’aux nouvelles opportunités d'exportation. Ces défis économiques sont aggravés par les impacts de la crise climatique: l’augmentation des températures et la modification du régime des pluies sont devenus ces dernières années des obstacles considérables à la production de miel.

Dans le cadre du projet de la FAO Sécurité alimentaire: une agriculture adaptée (SAGA) financé par le gouvernement du Québec, l'initiative CasaMiel implémentée par la Société de coopération pour le développement international (SOCODEVI), partenaire de la FAO, vise à augmenter la production de miel au Sénégal tout en renforçant la résilience des apiculteurs face aux changements climatiques et en réduisant les inégalités de genre dans la filière.

L'initiative CasaMiel s’appuie sur l’approche champ-école des producteurs(trices) (CEP) pour accompagner les apiculteurs(trices) dans l’identification de pratiques de production plus durables, en se basant notamment sur l’analyse de l’agroécosystème et l’amélioration des services écosystémiques. En Casamance, l'approche CEP a également été adaptée par SOCODEVI pour mettre l'accent sur la résilience climatique, la protection de l'environnement et l'égalité des genres.

Entre 2019 et 2020, l'initiative CasaMiel a formé 72 femmes et 75 hommes à la production de miel résiliente. Un tiers des participants sont de jeunes producteurs(trices).

Travailler ensemble pour surmonter les défis d'un climat changeant

Entre 2019 et 2020, l'initiative CasaMiel a collaboré avec six groupements d’intérêt économique (GIE) membres de la coopérative CAC/Miel. Chaque GIE rassemble des apiculteurs voisins et gère une unité de transformation et de conditionnement du miel. Grâce à l'initiative, les groupements ont bénéficié d'un soutien technique et de dix ateliers de formation dans la langue locale (Peulh). Chaque atelier a inclus un module sur l'égalité des sexes et une formation aux bonnes pratiques apicoles. Ces formations techniques ont abordé toutes les étapes de la production de miel, du choix du type de ruche à la récolte et au conditionnement. En complément, un guide illustré détaillant l’itinéraire technique à suivre dans un contexte de changements climatiques a été coproduit avec les membres de la coopérative et SOCODEVI, et publié par la FAO. "Tout le monde souhaitait augmenter ses revenus pour pouvoir payer la scolarité de ses enfants ou se soigner. Il manquait pour cela les connaissances sur les bonnes pratiques, et je pense qu’aujourd’hui tout le monde les a.", déclare Étienne Manga, apiculteur de longue date et président du GIE Ahoumoula, dans le village de Kamobeul.

Les apiculteurs(trices) ont joué un rôle fondamental dans l’identification des principaux défis sociaux et climatiques freinant la production de miel et des solutions potentielles. Ils ont mis en lumière différents impacts des changements climatiques sur l'environnement, notamment des périodes de floraison raccourcies, une résurgence de feux de brousse et une augmentation des maladies et invasions de parasites. Pour chaque changement observé, des solutions d'adaptation ont été testées. Les participant(e)s ont par exemple été formé(e)s à la fabrication de ruches améliorées, moins sensibles aux feux de brousse et aux parasites, et offrant un environnement plus frais aux abeilles. En réponse aux demandes spécifiques des apicultrices, les ruches améliorées sont également plus légères et plus faciles à manipuler.

Au terme de l'initiative, les apiculteurs(trices) sont désormais équipés de 217 ruches améliorées et de 150 ruches de transport, ainsi que de 300 guides illustrés.

Les modules sur l'égalité des genres de la formation visaient à promouvoir la discussion entre hommes et femmes en abordant des thèmes tels que l'estime de soi, le leadership et la communication. Afin de favoriser les discussions au sein des foyers, une participation en binômes mixtes (conjoints ou membres de la même famille) a été demandée. Elle a permis aux participant(e)s de tracer des parallèles entre les inégalités abordées et leur situation personnelle. "C'est la première fois que ma femme et moi participons à la même formation. Aujourd'hui, il y a moins d’incompréhension entre nous dans la gestion du ménage et dans nos activités professionnelles", a expliqué Ousmane Baldé, mari de Bineta Baldé, tous deux apiculteurs à Bagadaji.

Amplifier les leçons apprises, la valeur d'une approche participative

Au niveau de la coopérative, une stratégie est en cours d'élaboration pour poursuivre la diffusion et l'adoption de bonnes pratiques apicoles, renforcer le lien avec les GIE et soutenir la formation des nouveaux membres.

Entre 2019 et 2021, la vente de miel de la coopérative CAC/Miel est passée de 2 816 litres à 8 840 litres.

L'initiative CasaMiel a eu des impacts concrets sur la qualité et la quantité de miel produit en Casamance, et a aussi prouvé la valeur ajoutée des approches communautaires et participatives pour renforcer les moyens de subsistance, l’adaptation aux changements climatiques et promouvoir l'égalité des genres. Elle a démontré que de nombreuses réponses se trouvent déjà au sein des communautés elles-mêmes. À l’avenir, les résultats et les leçons apprises documentés par l'initiative CasaMiel pourront informer la planification de l'adaptation nationale, au Sénégal et au-delà.  

Pour en savoir plus

Étude de cas “Initiative Casamiel, pour une apiculture résiliente, productive et inclusive en Casamance”

Manuel d’apiculture illustré “Apiculture et changements climatiques: construire une filière résiliente”

Site internet du projet Sécurité alimentaire: une agriculture adaptée (SAGA)

Album photo Flickr

*Tiré d’un entretien avec le Colonel Cheikh Daouda Diallo, coordinateur national du Programme d’appui au développement économique de la Casamance (PADEC)

** Analyse intégrée du contexte. Sénégal. 2017.https://docs.wfp.org/api/documents/WFP-0000070160/download/