Directeur général  QU Dongyu

La FAO et le Front parlementaire contre la faim en Amérique latine et dans les Caraïbes se penchent sur les moyens de renforcer leur collaboration

5 octobre 2020, Santiago/Rome – Le Directeur général de la FAO, M. Qu Dongyu, a rencontré aujourd’hui le coordonnateur régional du Front parlementaire contre la faim en Amérique latine et dans les Caraïbes, M. Jairo Flores, qui est également Député du Congrès du Guatemala, afin d’examiner les moyens de renforcer la collaboration entre la FAO et les parlements de la région, l’objectif étant de lutter contre la pauvreté, la faim et la malnutrition. M. Hamlet Sánchez Melo, coordonnateur adjoint pour les Caraïbes du Front parlementaire contre la faim et Député du Congrès national de la République dominicaine, a également assisté à la réunion.

Dès ses premiers mots, le Directeur général a salué les efforts et les réalisations du Front parlementaire, qui a voté des lois, a œuvré à la sensibilisation et a mobilisé des ressources pour atteindre les objectifs de développement durable, en particulier l’ODD 1 (pauvreté) et l’ODD 2 (faim). M. Qu a souligné les défis considérables auxquels certains pays de la région étaient confrontés, en particulier dans les Caraïbes et l’Amérique centrale, mais il a également fait remarquer avec préoccupation que c’est la région dans son ensemble qui a été touchée par les effets de la pandémie de covid-19. 

M. Jairo Flores a réitéré l’engagement du Front parlementaire à contribuer à l’élimination de la faim et de la malnutrition d’ici à 2030. Il a indiqué que le Front parlementaire ne s’était pas consacré uniquement à l’approbation de lois et de budgets liés à la faim et à la malnutrition, mais qu’il inspectait de plus en plus les ressources financières publiques. 

Il a également indiqué que le Front parlementaire travaillait avec des partenaires en dehors de la région, en particulier venant d’Europe, et s’est montré très intéressé par la manière dont les parlementaires pourraient renforcer leur engagement auprès de la FAO dans le cadre de l’Initiative Main dans la main.  

Le Directeur général a expliqué que l’Initiative Main dans la main était prise en charge et dirigée par les pays et qu’elle pouvait considérablement contribuer à l’élaboration de politiques publiques visant à stimuler la production, le commerce et la croissance, en particulier au moyen de la collecte et de l’analyse de mégadonnées. 

M. Qu a souligné que la mise en œuvre de politiques, notamment de politiques fiscales et foncières, était essentielle pour aider les agriculteurs, attirer les investissements et accroître la production alimentaire grâce à la science, à la recherche et à l’innovation. Dans ce contexte, il a souligné que le changement de modèle fonctionnel devait intervenir tout d’abord à la base – «il faut d’abord que les pays changent localement». 

Le Directeur général a également mentionné le fait que les parlementaires pouvaient, grâce à leur influence, jouer un rôle crucial dans la construction d’une plateforme de partenariats public-privé et solliciter les institutions financières internationales. 

Afin de produire davantage de revenus nationaux, M. Qu a suggéré aux pays de se concentrer sur certaines cultures de rapport dont ils disposent et qui leur procurent un avantage comparatif. Ainsi, les pays seraient dans une meilleure position pour augmenter leurs gains sur les marchés internationaux.

Dans ce contexte, le Directeur général a demandé aux fonctionnaires de la FAO de travailler étroitement avec les gouvernements et le Front parlementaire, afin de formuler des propositions concrètes visant à aider les pays à améliorer leurs chaînes de valeur liées aux cultures de rapport. 

Le Député de la République dominicaine, M. Hamlet Sánchez Melo, a présenté certaines mesures prises par le Front parlementaire pour aider les gouvernements à lutter contre les effets de la pandémie de covid-19 et a demandé à la FAO d’aider à renforcer les partenariats avec des institutions d’autres régions.

Pour conclure, M. Qu a parlé de la grande importance qu’attachait la FAO aux Petits États insulaires en développement (PEID), aux Pays les moins avancés (PMA) et aux Pays en développement sans littoral (PDSL), depuis sa prise de fonction en août 2019. 

Mme Beth Bechdol, Directrice générale adjointe, M. Maximo Torero, Économiste en chef, M. Julio Berdegue, représentant régional pour l’Amérique latine et les Caraïbes et Mme Angélica Jácome Daza, Directrice du Bureau des PEID, des PMA et des PDSL, ont également assisté à la réunion. 

Send
Print