Directeur général  QU Dongyu

Codex Alimentarius: le Directeur général de la FAO souligne la place centrale de la science et des données dans les travaux de la Commission

Rome, le 25 novembre – La science et les données jouent un rôle de premier plan dans les travaux du Codex Alimentarius, organe ayant pour mandat d’établir des normes. C’est ce qu’a déclaré le Directeur général de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), M. Qu Dongyu, lors de l’ouverture de la 45e session annuelle de la Commission du Codex Alimentarius.

Organisée par la FAO et l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), cette réunion de la Commission se déroule en présentiel pour la première fois depuis trois ans. De nombreux délégués y participent également en ligne. M. Qu Dongyu a fait observer que les rapides avancées technologiques avaient rendu possible la tenue de telles réunions en toute transparence, sans laisser personne de côté.

«Le Forum mondial de l’alimentation tenu récemment a mis en avant le rôle central joué par la science, la technologie et l’innovation dans la transformation des systèmes agroalimentaires à l’échelle mondiale. Le recours systématique à la science et aux données dans les travaux du Codex en est un exemple concret. Les normes du Codex, fondées sur les données scientifiques émanant des organes d’experts de la FAO et de l’OMS ainsi que de consultations d’experts, ont été parmi les premières du genre» en ce qui concerne le recours à une approche scientifique, a expliqué M. Qu.

Le Directeur général a indiqué que la récente élaboration despriorités stratégiques de la FAO en matière de sécurité sanitaire des aliments représentait une contribution marquante de la FAO aux travaux du Codex, et a précisé que le document énonçant ces priorités serait examiné en vue de son approbation à la prochaine session du Conseil de la FAO, qui aura lieu en décembre. Ce document important appelle à une intégration plus cohérente des enjeux de sécurité sanitaire des aliments dans la mise au point de systèmes agroalimentaires durables et inclusifs, ainsi que dans l’élaboration de politiques en matière de sécurité alimentaire, de nutrition et de développement agricole.

M. Qu Dongyu a déclaré que les normes Codex étaient essentielles pour transformer les systèmes agroalimentaires de façon à les rendre plus efficaces, plus inclusifs, plus résilients et plus durables.

Le Codex a établi des normes sur près de 200 produits alimentaires et a élaboré plus de 120 lignes directrices et codes d’usages concernant un large éventail de questions ayant trait à la sécurité sanitaire, à la qualité et au commerce des aliments, ainsi que des milliers de normes numériques sur les contaminants, les résidus de pesticides et de médicaments vétérinaires, et les additifs alimentaires.

Parmi les textes soumis pour adoption par la Commission lors de cette session figurent les toutes premières lignes directrices relatives aux aliments thérapeutiques prêts à l’emploi destinés aux enfants souffrant de malnutrition aiguë sévère. Celles-ci devraient ouvrir la voie à une plus large production de ces aliments et ainsi contribuer à combler l’écart entre l’offre de la demande. D’autres textes seront examinés en vue de leur adoption, notamment les directives relatives à la gestion des flambées épidémiques d’origine alimentaire et biologique, les normes sur les dattes fraîches, les oignons et les échalotes, ainsi qu’un code d’usages pour la prévention et la réduction de la contamination des fèves de cacao par le cadmium.Les participants à la 45e session de la Commission du Codex Alimentarius tenteront également de clore la question de la limite maximale de résidus pour le zilpatérol, un médicament vétérinaire utilisé pour stimuler la croissance du bétail.

Send
Print